Des cours de collège végétalisées

Publié le
Modifié le
La cour du collège Jean Vilar à Échirolles a fait l’objet d’importants travaux paysagers pour atténuer l’effet d’îlot de chaleur urbain.
  • Société
  • Environnement
Chapô

Très bitumées, les cours des établissements scolaires n’ont pas été imaginées pour le bien-être des élèves. Il s’agissait plutôt de les utiliser comme espaces sportifs tout en offrant une facilité de surveillance et d’entretien. Avec le réchauffement climatique, la donne a changé.

La cours du collège Jean Vilar à Échirolles a fait l’objet d’importants travaux paysagers pour atténuer l’effet d’îlot de chaleur urbain.

 

Sacré réchauffement climatique qui nous impose de modifier notre mode de vie, d’isoler nos habitats, de trier nos déchets ou d’économiser l’eau ! Même les établissements scolaires doivent aujourd’hui réinventer leur environnement !

Au collège Jean-Vilar, à Échirolles, les 420 élèves ainsi que le personnel administratif et éducatif bénéficient depuis l’été dernier de nouveaux aménagements paysagers, destinés à atténuer l’effet d’îlot de chaleur urbain particulièrement ressenti lorsque les températures deviennent excessives.

Pour éclaircir et végétaliser la cour de récréation, le goudron a en grande partie été remplacé par des pavés à joints gazon, matériaux et technique qui facilitent le drainage des eaux de pluie et leur accès à la nappe phréatique. Vingt arbres ont été plantés ainsi que des massifs fleuris et arbustifs. Ils offrent des espaces calmes et ombragés autour desquels 30 bancs en bois ont été installés pour le plus grand confort des élèves.

Si le chantier a pu être perçu, au départ, comme moins prioritaire que la rénovation des locaux, pour qu'ils répondent aux nouvelles exigences thermiques (le projet est enclenché), tous s’accordent à dire aujourd’hui que c’est une vraie réussite. Et des projets complémentaires germent déjà pour accentuer le côté nature du collège avec notamment la création d’un potager.

Le Département, qui a en charge l’entretien et la rénovation des 97 collèges publics de l’Isère, a investi 461 000 euros dans ce chantier pilote qui répond au concept évocateur de « cour oasis ». Et d’autres établissements, principalement en zone urbaine, vont prochainement faire l’objet de travaux similaires.

 

Réduire les îlots de chaleur

C’est le cas du collège Fernand-Léger à Saint-Martin-d’Hères, où le projet de perméabilisation et de végétalisation de la cour est à l’étude pour une réalisation cet été. Cette fois, c’est la communauté éducative et les élèves qui sont à la manœuvre.

“Nous avons été interpellés par la direction du collège qui souhaitait partager le travail produit par le conseil de la vie collégienne et les enseignants d’EPS. Les élèves et leurs enseignants avaient projeté des aménagements potentiellement réalisables pour verdir et animer leurs espaces de récréation, explique Cathy Simon, vice-présidente du Département en charge de l’éducation.

Nous avons été sensibles à cette initiative et avons répondu favorablement à ce projet inscrit pleinement dans l’objectif de réduction des îlots de chaleur en milieu urbain.”

Les études de conception ont été confiées à un bureau d’études techniques qui a présenté au collège l’avant-projet d’aménagement de la cour de récréation. Le premier coup de pioche est prévu en juillet prochain et le gros des plantations sera réalisé cet automne.

Corps suite

Zoom

Image
Cathy Simon - IsèreMag

 

Plus de verdure aussi pour les écoliers

Dans le cadre de son Plan Écoles, le Département de l’Isère a soutenu les communes pour leurs projets de construction et de réhabilitation d’écoles maternelles et primaires. Les aides proposées ont également pu être utilisées pour végétaliser les cours des établissements scolaires.

 

© F.Pattou

2
minutes de votre temps
A- A+
Publié le
Modifié le