Grégory Faive : les mots pour en rire

Publié le
Modifié le
Grégory Faivre fait revivre à lui tout seul avec brio toute une galerie de personnages où chacun se reconnaîtra.

N.Tsimbidaros - A.Dutoit - Anger

  • Culture
  • Théâtre
Chapô

Avec « Le Discours », le comédien et metteur en scène grenoblois Grégory Faive, en résidence dans le Pays voironnais avec le Grand Angle, apporte la preuve que le théâtre parle à tout le monde.

Grégory Faivre fait revivre à lui tout seul avec brio toute une galerie de personnages où chacun se reconnaîtra.

 

Comment écrire un discours pour le mariage de proches dont la seule préoccupation est le chauffage au sol, quand on est en train de se faire larguer par sa petite amie ?

L’argument du « Discours » peut sembler mince. Embarqué dans les affres existentielles d’un quadragénaire lors d’un repas de famille, le spectateur est pourtant tenu en haleine jusqu’au dessert. Grégory Faive, qui a adapté le roman à succès de Fabrice Caro, réussit à lui tout seul à faire vivre toute une galerie de personnages familiers, avec une bonne tranche de rigolades et d’autodérision.

Accueilli pour trois ans en résidence au Grand Angle dans le cadre du dispositif du Département « scènes ressources en Isère », le comédien et metteur en scène grenoblois a pu donner la première représentation en juin dernier à Voiron, à la réouverture des théâtres, après quelques mois de retard. Carton plein ! 

Après un duo irrésistible de drôlerie et de finesse écrit par Serge Papagalli, « À quoi servent les points virgules », avec Emilie Geymond et « Tout va s’arranger », avec sa Cie du Chat du désert, « Le Discours » est sa troisième création sur ce territoire depuis 2018. Et il a trouvé son public : “Aller au théâtre ne va pas de soi, beaucoup de gens ont peur de s’ennuyer. Mon principe, quand je monte un spectacle, c’est que tout le monde, ma grand-mère, mon neveu, mon voisin, doit pouvoir ressentir quelque chose. Le rire, le rythme sont essentiels.”

 

Une baleine au fond du lac

Le travail de fond mené avec les habitants porte également ses fruits. En 2019, une centaine d’acteurs et une vingtaine de décorateurs et de costumiers en herbe avaient vécu pour la plupart leur première expérience théâtrale pour l’adaptation du « Songe d’une nuit d’été », la féérie de Shakespeare. “Chacun était invité à jouer une fée, un prince, un soldat ou même un arbre selon ses affinités. Nous avions quasi achevé les répétitions… quand la Covid a tout interrompu. Mais j’espère pouvoir remonter le projet”, souffle Grégory.

En attendant, associé au musée archéologique du lac de Paladru, il vient de lancer un nouvel atelier participatif, « On n’a toujours pas retrouvé de baleine au fond du lac de Paladru ». Cinq séances d’écriture seront animées par les comédiens de la compagnie en novembre et décembre avec des écoliers de Coublevie, des collégiens de Chirens, des riverains du lac et un collectif d’habitants du Voironnais.

Puisant dans les légendes du cru, ils forgeront à eux tous le socle d’un spectacle déambulatoire au bord du lac, en juin 2022. Un final pas triste en perspective pour cette immersion au pays des chevaliers-paysans !

Encart

Pratique

Image
Grégory Faive - Portrait
Dossier

 

« Le Discours » en tournée en Isère

  • 13, 15 et 16 octobre : Théâtre 145 – TMG, à Grenoble.
  • 3 décembre : La Faïencerie, à La Tronche.
  • 12 avril 2022 : Le Laussy, à Gières.
  • 15 avril 2022 : Le Diapason, à Saint-Marcellin.
  • 10 mai 2022 : L’Ilyade, à Seyssinet-Pariset.

 

Contacts : Cie le Chat du désert - 04 76 25 71 04

2
minutes de votre temps
A- A+
Publié le
Modifié le