Volontaires dans un Ehpad

Publié le
Modifié le
Valentin, 24 ans, s'est proposé comme volontaire à la résidence mutualiste de l'Arche à Charvieu-Chavagneux

F.Pattou

  • Société
  • Autonomie
Chapô

En novembre dernier, le Département lançait un appel à volontariat pour soulager les salariés des maisons de retraite, mis à rude épreuve par la pandémie. Pour une mission ponctuelle ou comme bénévoles réguliers, de nombreux Isérois ont répondu. Témoignages.

“Lorsque j’ai appris que les Ehpad recherchaient des volontaires, j’ai tout de suite répondu. Je voulais me rendre utile pendant la pandémie”, témoigne Valentin, 24 ans.

Titulaire d’une licence d’arts du spectacle, ce jeune homme, qui habite Saint-Savin, dans le Nord-Isère, était sans travail depuis plusieurs mois. Sur les conseils d’une amie, il a déposé son CV sur la plateforme Teamsquare (lire encadré) qui l’a mis en relation avec la résidence mutualiste de l’Arche à Charvieu-Chavagneux, à 24 kilomètres de chez lui.

Depuis le 8 janvier, il y effectue une mission à mi-temps. “Je tiens compagnie aux résidents. J’arrive dans leur chambre avec une tablette et on contacte leurs familles. J’apporte aussi des instruments pour leur faire écouter de la musique. Ça leur fait beaucoup de bien.”

 

Des équipes débordées

Depuis un an, les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes et les résidences autonomie de l’Isère sont très éprouvés par la pandémie. Contraints de lutter contre la propagation du virus, leurs salariés doivent redoubler d’efforts pour s’occuper de nos aînés.

“Pour le repas, le couchage, la toilette, les animations, les visites… nous devons respecter un protocole sanitaire très strict. Il nous faut beaucoup plus de personnel qu’en temps normal, d’autant qu’il y a davantage d’arrêts maladie”, rappelle Caroline Motti, directrice de la résidence mutualiste de l’Arche.

Face à cette situation de crise, les directeurs d’établissement ont tiré la sonnette d’alarme auprès du Département qui a émis un SOS auprès de tous les Isérois. “Plusieurs profils étaient recherchés : des soignants, mais aussi des personnes sans qualification pouvant aider les salariés”, explique France Lamotte, directrice de l’autonomie au Département.

L’appel a eu beaucoup de succès. Au total, plus de 500 personnes se sont inscrites via la plateforme Teamsquare pour venir en renfort sur des postes de remplaçants. Plus de 130 agents du Département ont également dédié au moins une demi-journée de volontariat par semaine sur leur temps de travail ou de congés à un Ehpad ou à une résidence autonomie.

Parmi eux, Christine, 54 ans, chargée de gestion du revenu de solidarité active. “Durant mes vacances de Noël, j’ai consacré cinq après-midi à l’Ehpad La Maison à Voreppe. Je participais aux animations et encadrais les visites des familles.”

Laurence, qui travaille à l’accueil, tient à la remercier. “Ces volontaires nous donnent un sérieux coup de main. Ce sont de véritables rayons de soleil pour les salariés comme pour les résidents”, confie-t-elle.

Encart
Corps suite

Zoom

 

Une plateforme pour trouver des remplaçants

D’ici à dix ans, avec le vieillissement de la population, 300 000 nouveaux emplois seront à pourvoir dans la gérontologie. Aides-soignants, auxiliaires de vie, kinésithérapeutes, médecins, personnels administratifs… toutes les professions connaissent la pénurie.

Depuis un an, la crise sanitaire a considérablement aggravé la situation. La Mutualité française et l’association Arbre de vie, avec l’aide du Département, a décidé de prendre les devants en créant la plateforme Teamsquare qui permet de postuler comme vacataire sur des postes très divers : infirmiers, aides-soignants, auxiliaires de vie.

Expérimental sur les 14 Ehpad de la Mutualité française et de l’association Arbre de vie, cet outil devrait prochainement s’ouvrir à l’ensemble des établissements isérois.

2
minutes de votre temps
A- A+
Publié le
Modifié le