L’électrique, c’est branché !

Publié le
Modifié le
Cédric, vaguemestre au Département de l’Isère effectue  ses tournées depuis trois ans avec un véhicule électrique.

R.Juillet

  • Société
  • Environnement
Chapô

En 2012, le Département de l’Isère acquérait sa première voiture électrique. Aujourd’hui, sa flotte dépasse les 100 véhicules et, chaque année, elle s’étoffe davantage. Une action qui s’inscrit dans le cadre de sa Stratégie Air Climat Énergie, destinée à réduire son empreinte carbone.

Cédric, vaguemestre au Département de l’Isère, effectue ses tournées depuis trois ans avec un véhicule électrique.

 

Cela fait trois ans que Cédric et Patrice, vaguemestres au Département de l’Isère, ont été dotés d’un véhicule électrique pour effectuer leur tournée quotidienne de distribution et de ramassage du courrier dans ses différents sites de l’agglomération grenobloise. Et ils ne s’en plaignent pas.

Au contraire. “Au début, j’étais un peu sceptique, mais aujourd’hui, je ne le changerai pour rien au monde. C’est tellement pratique, avance Patrice. Je ne roule qu’en ville, alors ne plus avoir à passer les vitesses est un vrai confort de conduite.”

Leur tournée représente une cinquantaine de kilomètres par jour, ce qui au regard de l’autonomie de leur Renault Kangoo, environ 120 km, leur laisse une bonne marge de manœuvre. “Certes, l’hiver, avec le chauffage, l’autonomie peut être réduite. Dans ce cas, nous la rechargeons plus souvent, mais cela est toujours moins contraignant que d’aller à la pompe à essence comme autrefois”, enchaîne Cédric.

À la Maison du Département du Vercors, à Villard-de-Lans, comme dans les 12 autres maisons de territoire, la fée électricité s’est aussi invitée dans les garages. Christine Felter, infirmière puéricultrice au service de protection maternelle et infantile, est ravie de la Zoé.

“Cette voiture est idéale, car dans le Vercors nous ne faisons pas de longs trajets, explique-t-elle. Nous avons eu au départ une miniformation pour adopter les bons réflexes. Elle est agréable, pas bruyante et surtout non polluante. Par ailleurs, la fonction préchauffage, activable à partir d’un smartphone, est très appréciable l’hiver en montagne. Cela permet une prise en main rapide sans nécessité de dégivrer manuellement.”

 

À Comboire, Thomas Duplay, le gestionnaire du parc départemental, vient de recevoir les derniers véhicules électriques de type Zoé. Ils seront répartis parmi les différents services du Département.

 

Déjà une centaine de véhicules moins polluants

Dans le cadre de sa stratégie Air Climat Énergie, démarche adoptée en 2018 destinée à réduire son empreinte carbone, le Département s’est engagé à remplacer progressivement son parc de véhicules à énergie fossile par des modèles électriques – ou à hydrogène – selon une règle bien établie.

“Lorsque nous renouvelons dix véhicules, nous en acquérons trois à motorisation électrique, explique Thomas Duplay, gestionnaire du parc départemental et responsable aujourd’hui d’une flotte d’une centaine de véhicules légers électriques dont certains ont aussi été affectés dans les collèges. Actuellement, nous faisons des essais sur des fourgons de type Renault Trafic ou Peugeot Expert pour voir si leur autonomie est compatible avec les missions des agents du Département.”

Mais le mieux est évidemment d’éviter d’avoir à se déplacer – la crise sanitaire nous a fait découvrir le télétravail et les visioconférences – ou de rationaliser ses déplacements par le covoiturage ou l’autopartage.

Cette augmentation du parc de véhicules électriques du Département s’accompagne donc, en parallèle, d’un programme de réduction du nombre total de véhicules et d’une optimisation de leur emploi par leur mutualisation entre les différents services départementaux.

 

© F.Pattou

2
minutes de votre temps
A- A+
Publié le
Modifié le