Personnes âgées : le Département donne le la !

Annick Berlioz
Publié le
Modifié le
Avec la musicothérapie, les personnes âgées se détendent en battant la mesure et en chantant des airs d’autrefois.

A.Riguet

  • Société
  • Autonomie
Chapô

Depuis 2018, le Département propose des sorties culturelles aux personnes âgées. Avec l’épidémie de Covid 19, cette action a été remplacée par des séances d’accompagnement musical par téléphone. Présentation.

Avec la musicothérapie, les personnes âgées se détendent en battant la mesure et en chantant des airs d’autrefois.

 

“Mon époux souffre de la maladie d’Alzheimer depuis quatre ans. La musique a toujours occupé une grande place dans sa vie. Il en écoute régulièrement. Entre mars et mai dernier, il a bénéficié de 15 séances de musicothérapie. À chaque fois, j’étais présente et ai pu partager avec lui de grands moments de bonheur”, se réjouit Marie-Laure, 63 ans, qui habite Moirans.

La musicothérapie est une discipline qui utilise la musique comme remède contre le stress et la dépression. Elle était déjà pratiquée sous l’Antiquité et, plus près de nous, dans les années 1940 pour soulager les traumatismes des soldats.

En 1954, Jacques Jost, ingénieur du son, et Édith Lecourt, psychologue, fondent le premier centre de musicothérapie en France. Aujourd’hui, les bienfaits de la musique sont reconnus par toutes les branches de la médecine : oncologie, psychiatrie, gériatrie...

 

Un programme au cas par cas

À domicile pour sortir de l'isolement ou en maison de retraite pour maintenir l'autonomie, la musicothérapie est source de bien-être. “Nous avons deux approches. La première, basée sur l’écoute, permet de verbaliser les émotions. L’autre, plus active, s’appuie sur le chant et la pratique d’un instrument pour réactiver les fonctions cognitives et stimuler la mémoire, explique Julie Sanchez, musicothérapeute à Musique en tête, une association soutenue par le Département. Pour faciliter les échanges, un premier contact est prévu avec la personne en présence de son auxiliaire de vie ou de son aidant. Ensemble, nous définissons un programme. C'est du cas-par-cas. Avec un patient souffrant de la maladie de Parkinson, par exemple, nous pouvons utiliser la musique pour fluidifier la marche et cultiver la confiance en soi”, poursuit la musicothérapeute.

S’enchaîne une dizaine de séances d’une demi-heure avec des rendez-vous à jour et à heure fixes. Très vite, la magie opère. Julie joue de la guitare et entonne une chanson. Au bout du fil, les langues se délient et les souvenirs refont surface. Tel air évoque les bancs de l’école, tel autre les premiers émois. L’association intervient également dans les Ehpad où la demande est importante. Comme à la maison de retraite Notre-Dame des Roches, à Anjou, où une animation est programmée chaque semaine en visioconférence.

“C'est très émouvant. Avec le chant, la voix, les sons, certains résidents deviennent rayonnants. Petit à petit, leurs mains et leurs pieds se mettent à battre la mesure et leurs traits se détendent. Preuve que la musique fait du bien au corps et à l'âme”, se réjouit Joëlle, l’animatrice de l'Ehpad.

 

Corps suite

Repères

Image
Musicothérapie balles
Dossier

 

Aider les personnes âgées à sortir de l’isolement

Ateliers mémoire, activités physiques et culturelles, séances de bien-être, initiation aux outils numériques, chaque année, le Département soutient à hauteur de plus de 1 million d’euros des actions collectives pour permettre aux seniors de préserver leur autonomie et de lutter contre l’isolement.

Avec l’épidémie de Covid 19, ces animations sont organisées à distance (téléphone ou visio-conférence) ou en petits groupes dans le respect des gestes barrières tout en maintenant un lien avec nos aînés, très impactés par cette crise sanitaire.

 

© A.Riguet

2
minutes de votre temps
A- A+
Annick Berlioz
Publié le
Modifié le