Assurer votre sécurité, favoriser vos déplacements

Publié le
Modifié le
Au PC Itinisère, à Grenoble, six agents se relaient 24 h/24 pour veiller sur le réseau routier départemental et déclencher si besoin, des interventions ciblées : déneigement, secours à personne, information des usagers…
  • Dossier
Chapô

Pouvoir se déplacer facilement et en sécurité où que l’on vive en Isère est une liberté fondamentale. Nos 4 680 kilomètres de routes départementales tout comme nos 4 100 ouvrages d’art (ponts, tunnels et autres murs de soutènement) en sont un maillon essentiel.

Au PC Itinisère, à Grenoble, six agents se relaient 24 h/24 pour veiller sur le réseau routier départemental et déclencher si besoin, des interventions ciblées : déneigement, secours à personne, information des usagers…

 

Chaque année, le Département investit plus de 100 millions d’euros dans la gestion et la modernisation de son réseau routier qui ne cesse de s’adapter et de s’améliorer, avec une expertise reconnue au plan national.

 

Le 29 décembre, de fortes pluies se sont abattues sur l’Isère sur un manteau neigeux déjà conséquent. De considérables quantités d’eau ont dévalé les pentes de nos massifs, s’accumulant dans les rivières au point de provoquer de multiples débordements. Cet épisode météorologique, dont nombre d’Isérois se souviendront, a provoqué d’importants dégâts sur les routes.

Parmi les secteurs les plus touchés : la vallée du Grésivaudan et en particulier la RD 525 qui longe les gorges du Breda et la gare du funiculaire de Saint-Hilaire-du-Touvet. Au total, plus d’une vingtaine de routes départementales ont dû être coupées, avec des dégâts qui se chiffrent en centaines de millions d’euros.

Dès le 31 décembre, la circulation a repris, le Département ayant mobilisé dans un délai très court plus de 200 agents, de nombreuses entreprises prestataires et une centaine de véhicules pour nettoyer, sécuriser et rouvrir au plus vite les voiries impactées.

“Avec 4 680 kilomètres de routes départementales, dont près d’un quart situées en montagne à plus de 800 mètres d’altitude, nous devons être extrêmement agiles pour remettre les voies rapidement en état. Il faut rester humble face aux phénomènes naturels, mais nous essayons d’anticiper les problèmes et de prévoir une réponse rapide en cas d’événements climatiques de cette ampleur”, rappelle Bernard Perazio, vice-président en charge des mobilités et de la construction publique.

Pour intervenir efficacement en toute saison, en plaine comme en montagne, le Département s’appuie sur 350 agents répartis dans 29 centres d’entretien routier sur l’ensemble du territoire.

Ils sont en lien direct avec le Poste de commandement (PC) routier Itinisère qui veille 24 h/24 sur le réseau.

 

Image
Routes A48 - Rondeau

 

Ce dispositif permet aussi d’assurer l’entretien régulier des routes départementales et de les sécuriser. “La sécurité de l’usager, c’est fondamental tout comme la prévention !”, insiste Bernard Perazio.

En 2022, 5,7 millions d’euros seront ainsi consacrés à la protection contre les risques naturels sur les routes d’altitude avec la pose de grillages et d’équipements de protection contre les chutes de rochers. Et 3,8 millions seront destinés au traitement des carrefours accidentogènes.

Le Département souhaite aussi concevoir une route mieux partagée par les usagers, tous modes de déplacement confondus.

Une attention particulière sera ainsi portée à la protection des cyclistes avec l’accélération des projets d’aménagements cyclables, parmi lesquels la passerelle au-dessus de l’A 48 à Saint-Jean-de-Moirans ou la voie verte 63 dans le Grésivaudan.

 

Image
Pont de la Vena

 

Autre enjeu, faciliter les déplacements entre les territoires en sécurisant et en modernisant les axes principaux. Parmi les projets-phares : dans l’Oisans, la reconstruction du pont de la Vena sur la RD 1091 ; dans le Sud-Isère, la sécurisation de la RD 1075 entre le col de Fau et le col de la Croix-Haute ; dans le Nord-Isère, l’aménagement de la RD 519 entre Marcilloles et le Rival, et dans le Grésivaudan, la suppression du passage à niveau à Brignoud sur la RD 10.

Des chantiers qui peuvent générer des ralentissements. À leur approche, il est indispensable d’adapter sa conduite afin d’assurer la sécurité des personnes travaillant sur ces routes.

 

© F.Pattou & Vuedici


Interview

Image
Bernard Perazio
Bernard Perazio, vice-président en charge des mobilités et de la construction publique

 

Isère Mag : Comment le Département prend- il en compte les grandes évolutions technologiques qui devront être mises en place sur les routes de demain ?

Bernard Perazio : La route change. Elle intègre de nouvelles formes de mobilités et de nouveaux modes de transport. Elle devient multimodale. De plus, les technologies évoluent à très grande vitesse. Nous avons déjà des GPS avec des applications ultra-performantes qui permettent une lecture en temps réel de la circulation. C’est le préambule à l’avènement des véhicules autonomes.

Afin d’accompagner l’évolution des comportements et ces innovations, le Département, en tant que gestionnaire des routes, doit adapter ses équipements. Pour cela, il participe activement à un groupe de travail constitué des principaux constructeurs automobiles, comme Fiat et Renault, et des grandes agglomérations urbaines de Paris, d’Aix-Marseille et de Turin.

L’enjeu est de réfléchir à la mise en oeuvre de nouvelles techniques à l’échelle européenne pour assurer la sécurité et la fonctionnalité de la route du futur.

 

I. M. : Plus concrètement ?

B. P. : L’objectif est de mettre au point des systèmes intelligents capables de récolter des informations sur les routes et de les transmettre aux automobilistes pour qu’ils puissent adapter leur vitesse en fonction de l’état du trafic (bouchons, accidents…), voire, si besoin, être guidés vers une déviation ou changer d’itinéraire.

Grâce à ces dispositifs, les usagers des routes pourront aussi se transmettre des messages d’un véhicule à un autre en cas de collision, de freinage, de la présence d’un événement inopiné ou d’un danger.

De son côté, le PC routier Itinisère a déjà été équipé pour recevoir et émettre les alertes transmises par les véhicules.

 

I. M. : Où en sommes-nous en Isère ?

B.P. : Nous sommes précurseurs dans tous ces domaines. Une soixantaine de caméras ont été installées sur les routes de montagne sujettes aux risques naturels et aux intempéries.

Reliées aux stations météo, elles informent le PC Itinisère qui, lui-même, prévient les automobilistes de l’état de la route via des panneaux à message variable et des applications mobiles. Nous avons aussi équipé certaines falaises de capteurs similaires à ceux des avalanches pour anticiper au mieux les potentielles chutes de rochers.

Le Département est aussi partenaire du projet C2ROP qui traite de la problématique des risques rocheux aux côtés de la SNCF, de bureaux d’études et du Département de la Savoie.

L’objectif est d’effectuer un diagnostic des risques d’éboulement et d’homogénéiser nos pratiques en fixant des recommandations précises pour la conception, la réalisation et l’exploitation des dispositifs de protection sur l’ensemble des Alpes.

Une attention particulière a été aussi portée aux usagers fragiles, comme les cyclistes. Par exemple, dans le tunnel des Écouges où un système de détection de vélo a été mis au point avec un déclenchement automatisé de l’éclairage.

 

> Les routes dans le département de l'Isère

Cliquez pour agrandir

 

 

 

 

 

 

 

Encart

Repères

Rouler en sécurité

Alertés par les agents du Département en patrouille, les gendarmes et les sapeurs-pompiers en intervention, les opérateurs du poste de commandement Itinisère, basé à Grenoble, vous informent en temps réel sur les conditions de circulation du réseau routier départemental.

Pour connaître les perturbations du trafic, appelez le 0 820 08 38 38 (0,12€/min + prix appel) ou rendez vous sur le site : itinisere.fr

 

Les numéros à connaître en cas d’urgence

  • Le 15 (Samu)
  • Le 17 (Police Secours)
  • Le 18 (Sapeurs-Pompiers)
  • Le 112 (n° appel d’urgence européen) 
  • Le 114 (n° d’urgence pour les personnes sourdes et malentendantes).
Corps suite

Zoom

Image
panneau 90 km/h RD 1006-iseremag

 

Retour à 90 km/h : le message est plus clair

Le 2 mars dernier, la commission départementale de sécurité routière a émis un avis favorable pour un retour de la vitesse maximale autorisée à 90 km/h sur les 12 tronçons proposés par le Département de l’Isère, soit 165 kilomètres de routes départementales.

“Ce feu vert était très attendu, s’est réjoui Jean-Pierre Barbier, le président du Département, qui, le 7 avril dernier, a officialisé le retour au 90 km/h sur la RD 1006. Il valide le sérieux de nos propositions en matière de sécurité routière. Lorsqu’on quitte une voie rapide où l’on peut circuler jusqu’à 110 km/h pour rejoindre une route départementale limitée à 90 km/h, puis abaisser sa vitesse à 70 km/h dans des zones accidentogènes et entrer en agglomération à 50 voire à 30 km/h, le message adressé aux automobilistes par les panneaux de signalisation est clair.

Il différencie les zones par paliers de 20 km/h et permet à l’usager d’adapter sa vitesse en fonction de l’environnement. Ce différentiel est également source de sécurité lors de manœuvres de dépassement, avec les poids lourds notamment, et renforce le respect de la limitation à 70 km/h sur les portions accidentogènes.”


Zoom

Image
Routes glissières motards

 

Les motocyclistes protégés

Les motards représentent en moyenne 24 % des morts dans les accidents de la route. Pour les protéger, le Département a engagé de nombreuses actions. La première vise à réduire les obstacles latéraux, comme les poteaux électriques.

Une attention particulière est également portée sur les glissières de sécurité qui protègent les automobilistes, mais peuvent devenir de vrais dangers pour les motards en cas de chute. “Quand leur présence est indispensable, nous les équipons de lisses ou d’écrans de protection qui permettent de réduire les blessures, témoigne Rebecca Dunhill, chef de service action territoriale au Département.

L’autre point noir des motards est la perte d’adhérence. Nous sommes très vigilants sur l’état et l’entretien de nos routes et procédons systématiquement à la pose d’un marquage non glissant. Nous signalons aussi les chantiers avec des gravillons et décalons le joint de chaussée en dehors de l’amorce du virage.

Enfin, nous procédons à des aménagements qui prennent en compte la conduite des motards, en évitant par exemple la pose de coussins berlinois (dispositifs au sol rectangulaires pour réduire la vitesse).”


Zoom

Image
Savoir rouler à vélo !

 

Bien rouler à vélo, ça s’apprend

Parmi les nombreuses actions financées via son Pass isérois du collégien citoyen, le Département propose un prêt de 30 vélos pour initier les collégiens de sixième au « bien rouler à vélo ».

Ainsi, six semaines durant, entre la Toussaint et Noël, six classes du collège de l’Isle, à Vienne, en ont profité pour se remettre en selle. “Certains élèves ne savaient pas faire de vélo et beaucoup n’étaient pas très à l’aise”, a constaté Corinne Boisson, professeure d’éducation physique et sportive, qui a piloté l’opération.

Deux groupes de niveaux ont donc été constitués, avec des parcours ludiques à bosses pour les plus agiles, des jeux pour travailler la conduite, l’équilibre et le freinage pour les autres, et un rappel sur la sécurité et la signalisation routière pour tous.

“Tout le monde a bien progressé”, conclut l’enseignante.

 

© F.Pattou & Vuedici & NaturaVelo

Corps fin

Zoom

Image
Carrefour - La côte saint andré

 

Des carrefours sécurisés

Chaque année, le Département aménage une dizaine de carrefours et points singuliers sur l’ensemble du territoire.

“Nous travaillons à partir des signalements venant des maires, des sapeurs-pompiers, mais aussi des habitants sur les dangers de certains croisements. Nous réalisons alors une étude de terrain sur l’intensité du trafic, la visibilité, la vitesse de passage, la situation et l’accidentologie.

Nous croisons toutes ces données pour voir s’il est nécessaire d’aménager un carrefour ou un autre type d’équipement : tourne-à-gauche, voie supplémentaire, feux tricolores ou giratoire. Le temps d’effectuer le diagnostic, d’obtenir les autorisations et de consulter les entreprises de travaux, le projet peut prendre de un à trois ans”, explique Patrick Berger-By, adjoint au chef de service aménagement voirie à la Maison du Département à Bourgoin-Jallieu.

Actuellement, deux gros carrefours sont en cours d’aménagement : l’un au Cheylas, dans la vallée du Grésivaudan, l’autre au Grand-Lemps, dans la Bièvre.


Zoom

Image
Tunnel - Saint Pancrasse

 

Des tunnels éclairés sur détection

En 2014, le tunnel de Saint-Pancrasse a été entièrement rénové. À cette occasion, le Département a remplacé les lampes haute pression par des diodes électroluminescentes s’éclairant avec un système de détection automatique.

“Le tunnel est éteint entre 23 heures et 5 heures du matin, là où le trafic est quasi inexistant. Pour garantir la sécurité des usagers, des caméras thermiques ont été installées en amont et en aval pour détecter les véhicules, les cyclistes et activer l’éclairage dès leur entrée. Ce qui permet de répondre aux contraintes réglementaires, tout en minimisant la consommation énergétique”, explique Olivier Latouille, chef du PC Itinisère du Département.

Un système identique sera mis en place dans le tunnel des Écouges qui relie Saint-Gervais à Rencurel via le col de Romeyère. L’information sera traitée par un automate capable d’intensifier l’éclairage en fonction du type de véhicule signalé – trois fois plus fort pour un cycle que pour une voiture.

Des panneaux à messages variables seront enfin installés à chaque entrée pour alerter la présence d’un cycliste ou d’un automobiliste en sens opposé.


Zoom

Image
Via Chartreuse

 

Des bandes et voies cyclables partout où c’est possible

Les deux-roues ont désormais leur place dans tous les projets d’aménagement routiers portés par le Département. Exemple sur l’emblématique route de l’Oisans, la RD 91, où des bandes cyclables se sont imposées au fil des chantiers successifs.

“Avec l’ouverture prochaine du pont de la Véna et du futur pont de Gavet, nous aurons bien avancé sur cet itinéraire très fréquenté par les cyclotouristes”, se félicite Véronique Lespinats, de la direction des mobilités du Département.

D’autres réalisations d’envergure sont en cours de finalisation, comme la Via Chartreuse et la V63, qui longe l’Isère de Pontcharra au Sud-Grésivaudan pour rejoindre la Via Rhôna.

Entre les contraintes topographiques et administratives (l’acquisition des terrains, par exemple, s’il s’agit de créer une voie séparée de la route), les besoins des différents usagers et les contraintes budgétaires, la création ou la sécurisation d’une bande cyclable ne se fait pas en un coup de crayon ! Les adeptes de la petite reine disposent déjà de 300 kilomètres de bandes ou voies cyclables en Isère.

À compter de 2022, le Département prévoit d’investir 5 millions d’euros par an pour doubler ce réseau d’ici à 2028.

 

 

9
minutes de votre temps
A- A+
Publié le
Modifié le
Bernard Perazio
Vice-président
Arnaud Boulas
Arnaud Charbonnier
Élise Hervé
Fabrice Besson
Gabriela Chacon
Rebecca Dunhill
Sébastien Boval
Thibaud Arrachepied