Allez les filles !

Publié le
Modifié le
Les joueuses des Amazones, club de rugby féminin qui évoluent en élite, mènent de nombreuses actions pour faire découvrir leur sport.
  • Société
  • Citoyenneté
Chapô

Depuis 2016, le Département a renforcé son soutien auprès des clubs qui créent et/ou maintiennent des sections féminines dès le plus jeune âge. Objectif : aider le sport féminin à s’imposer dans toutes les disciplines.

Les joueuses des Amazones, club de rugby féminin qui évoluent en élite, mènent de nombreuses actions pour faire découvrir leur sport.

 

“La petite au cours de danse et le fiston au foot!” Si le propos peut paraître stéréotypé, des statistiques démontrent que les activités sportives restent encore bien « genrées ».

Ainsi, selon le ministère de l’Égalité des chances, seulement 60 % des filles de 12 à 17 ans (contre 77 % des garçons) s’adonnent à un sport en dehors du temps scolaire. À peine 3 % d’entre elles pratiquent le rugby, 4 % le football et 25 % le judo. Face à ce constat, le Département a décidé de renforcer son soutien auprès des clubs qui développent la mixité.

En janvier dernier, lors de la Journée internationale du sport féminin, le président du Département, Jean-Pierre Barbier est venu à Voiron saluer les basketteuses du Pays Voironnais basket club (PVBC) et porter ce message : “Le sport féminin n’occupe pas la place qu’il mérite. Notre volonté est de donner aux femmes toutes les chances de pratiquer le sport de leur choix.”

 

La mixité dans le sport est un axe fort du Département

Un message qui est déjà bien passé, puisque de nombreux clubs sportifs isérois de rugby, de football, de volley, de handball, de cyclisme, de judo ou encore de tennis ont identifié le sport féminin comme l'un des en enjeux phares du Contrat d'objectifs sport Isère (COSI), mis en place avec le Département.

 

Image
Sortie féminine - Ambassadrice Féfération cyclisme

 

Comme le Grenoble Métropole Cyclisme Eybens formation 38 qui a créé une équipe loisirs, constituée de dix femmes de 17 à 35 ans. “La Fédération française de cyclisme licencie entre 10 et 12 % de pratiquantes et nous, 17 %, explique Cédric Noël, son président.

Parmi les freins, la rigueur de la pratique qui nécessite un investissement important. Pour les lever, nous avons lancé le projet Ambassadrice et nommé à ce poste Laure Girard qui organise des sorties féminines tout au long de l’année.”

Le CS Vienne Rugby a la même volonté de se féminiser. “Au rugby, les filles peuvent s’entraîner avec les garçons jusqu’à l'âge de 15 ans. Pour leur permettre d’aller plus loin, nous avons créé une équipe de 25 joueuses de 16 à 40 ans. Nous intervenons aussi dans les collèges, les lycées et les communes pour démontrer que le rugby n'est pas réservé aux garçons”, témoigne Yan Arnaud, le directeur général.

Toujours dans le rugby, les Amazones, section féminine du FCG qui évolue en élite, organisent chaque année une journée du sport féminin à Grenoble, au stade Lesdiguières.

“Tous les lundis, nous réservons un créneau permettant aux filles de découvrir le ballon ovale. Par ailleurs, nous participons à Octobre rose, la campagne nationale de lutte contre le cancer du sein et intervenons auprès des soignantes au service oncologie du CHU de Grenoble avec des séances de remise en forme”, témoigne Christian Brottier, le président.

Des initiatives qui permettent d’inciter les femmes à prendre la place qui leur est due dans le sport comme dans l’ensemble de la société.

Corps suite

Zoom

Image
Martine Kohly - IsèreMag
Martine Kohly, vice-présidente en charge de l’enfance, de la famille, de la jeunesse et des sports

 

“Les femmes doivent pouvoir pratiquer l’activité sportive de leur choix”

La pratique sportive est un facteur d’intégration et d’émancipation pour les femmes à tous les âges de la vie. Elle leur permet de s’affirmer dans tous les domaines. Le sport au féminin est encore plus important dans les quartiers dits difficiles, où les filles sont victimes de nombreuses discriminations.

D’où la décision du Département de placer la promotion du sport féminin parmi les axes majeurs de sa politique en soutenant davantage les clubs qui mènent des actions pour promouvoir la mixité dans leur discipline et permettre aux filles de pratiquer un sport au plus près de chez elles.

 

© F.Pattou

2
minutes de votre temps
A- A+
Publié le
Modifié le