Un écrin pour la mémoire de l’Isère

Le visiteur est accueilli dans l’atrium par La Tour des mémoires, une toile monumentale signée Philippe Cognée.

F.Pattou

  • Culture
  • Événement
Chapô

Ouvert au public depuis le 5 juillet dernier, le nouveau bâtiment des Archives départementales de l’Isère à Saint-Martin-d’Hères s’impose comme un haut lieu culturel, avec un nouvel espace d’expositions temporaires. On plonge dans l’histoire de la forêt en Dauphiné avec de nombreux documents…

Le visiteur est accueilli dans l’atrium par La Tour des mémoires, une toile monumentale signée Philippe Cognée.

 

L’immense vaisseau, amarré en bordure du campus universitaire, conçu par  CR&ON Architectes & D3 Architectes*, émerge d’un coup à l’horizon avec ses quatre monolithes de béton stratifié de gris et ocre, aux couleurs des massifs environnants.

Dressés à 25 mètres de hauteur, ces gigantesques sanctuaires, préservés de la lumière et de l’humidité, abritent sur 14 000 mètres carrés et six étages toute la mémoire de l’Isère et du Dauphiné, de l’an mil à nos jours. Soit 560 000 parchemins, plans, feuillets, liasses, registres, dossiers, microfilms, photographies et autres documents que les archivistes du Département de l’Isère ont dû déménager et relocaliser de façon à être consultables par tout citoyen – l’accès aux archives étant ouvert à tous gratuitement sur présentation d’une pièce d’identité.

“Un travail de titan, reconnaît Hélène Viallet, la directrice des lieux. Et ce n’est pas fini, car nous allons enfin pouvoir accueillir 25 ans d’arriérés en attente chez les notaires et dans les administrations, faute de place dans nos anciens locaux.” L’œuvre monumentale de l’artiste contemporain Philippe Cognée, La Tour des mémoires, évoque de façon allégorique ce caractère infini de la connaissance, qui irrigue le territoire et doit aussi s’ouvrir sur le monde. Déployée sur toute la hauteur de l’atrium, la toile accueille les visiteurs en majesté.

Bernard, passionné d’histoire locale et lecteur assidu depuis 1975, est impressionné. “Il va falloir s’habituer. Tout est si immense ! Mais j’ai vite retrouvé mes repères dans la salle des inventaires.”

Yannis, généalogiste professionnel pour un notaire lyonnais, savoure quant à lui le confort retrouvé de pouvoir consulter sur place des documents précieux pour la recherche d’héritiers : “On se sent un peu comme dans une bibliothèque ancienne avec cette alliance de bois et de béton. Je sens que je vais y passer beaucoup de temps.”

 

Image
Radeau de grumes à destination de l’arsenal de Toulon, porte de la Graille à Grenoble, par Le May ; gravure de Née (1784).
Dossier
Radeau de grumes à destination de l’arsenal de Toulon, porte de la Graille à Grenoble, par Le May ; gravure de Née (1784).

 

Un nouvel espace d’expositions temporaires

Si beaucoup viennent ici pour faire valoir des droits, d’autres, chercheurs amateurs, étudiants ou professionnels, se rendent aussi aux Archives pour remettre au jour de larges pans de notre histoire. Avec son nouvel espace d’expositions temporaires, l’équipe des Archives va pouvoir apporter aussi sa pierre à l’édifice.

Après les vues du chantier immortalisées par le photographe Bernard Ciancia en juillet, elle vient ainsi d’inaugurer sa première exposition historique sur la forêt en Isère, du Moyen Âge à nos jours.

Des documents d’exception issus de nos Archives seront exposés pour l’occasion, comme la fameuse ordonnance de Colbert sur les eaux et forêts de 1669, qui permit de réguler l’exploitation anarchique de la forêt – il fallait laisser le temps aux fûts du Vercors et de Chartreuse de grandir pour fabriquer les mâts de la future flotte de la marine royale !

On découvrira aussi sur les cartes d’époque que des communes comme Vaulx-en-Velin, alors iséroise, étaient couvertes de forêt. Ou que le trafic était intense sur le Rhône et l’Isère pour acheminer les radeaux de grumes vers les chantiers navals.

“Pour nous, c’est un nouveau métier et c’est passionnant”, confie Hélène Viallet, toujours à l’affût de nouvelles pépites.

 

*CR&ON architectes, mandataire - D3 architecte, associé.

Encart

Pratique

Archives départementales de l'Isère, 12 rue Georges Perec, à Saint-Martin-d'Hères

Contacts : archives.isere.fr - 04 76 54 37 81.

2
minutes de votre temps
A- A+
Publié le
Modifié le