Quoi de neuf à la rentrée ?

Publié le
Modifié le
Cathy Simon, vice-présidente du Département en charge de l’éducation

F.Pattou

  • Ça s'explique
  • L'Isère avance
Chapô

À chaque rentrée son lot de nouveautés ! Le point avec Cathy Simon, vice-présidente en charge de l’éducation sur les actions menées par le Département de l’Isère pour les collégiens en 2021-2022.

Cathy Simon, vice-présidente du Département en charge de l’éducation

À chaque rentrée son lot de nouveautés ! Des repas qui passent à 2 euros pour redonner du pouvoir d’achat aux familles, des transports scolaires désormais assurés par la Région Auvergne-Rhône-Alpes, une politique d’investissement toujours très ambitieuse afin de répondre aux besoins des communautés éducatives et permettre aux élèves d’étudier dans des conditions optimales… Cathy Simon répond à nos questions.

 

Isère Mag : La Région Auvergne-Rhône-Alpes a repris sa compétence « transport scolaire » qu’elle avait déléguée au Département de l’Isère depuis 2017. Quelles en sont les conséquences ?

Cathy Simon : Pour les familles dont les enfants sont scolarisés dans un établissement public ou privé sous contrat, en école, collège, maison familiale et rurale ou lycée, un changement de taille a effectivement été opéré depuis le 1er septembre dernier.

D’un commun accord, le Département de l’Isère et la Région Auvergne-Rhône-Alpes ont mis fin à la convention de délégation qui les liait depuis 2017 tout en maintenant une étroite collaboration.

La Région reprend donc la gestion directe des transports scolaires en Isère en créant une antenne régionale des transports interurbains et scolaires qui exploitera le réseau TransIsère sous la nouvelle marque « cars Région ».

Concrètement, cela ne change rien pour les familles. Les inscriptions s’appuient toujours sur le dispositif du Département, Pack’ Rentrée, et la gratuité des transports instaurée en 2015 par notre majorité reste préservée*.

Sur la forme, il faut s’attendre à quelques modifications comme un nouvel habillage des cars scolaires ou la gestion des arrêts de bus, assurée dorénavant par la Région.

Le Département de l’Isère garde toutefois la compétence « transport » pour les élèves porteurs de handicap, et remplira cette mission avec ses partenaires comme par le passé.

 

I.M : Le Département a décidé de baisser significativement le coût des repas au restaurant scolaire, désormais fixé au tarif unique de 2 euros. Pourquoi ?

C.S : Cette mesure, qui figurait dans notre programme électoral, fait partie de notre ADN. Nous l’avons votée le 16 juillet dernier pour qu’elle puisse s’appliquer dès cette rentrée.

La démarche est simple. Nous voulons partout où nous le pouvons améliorer le quotidien de nos concitoyens et, en corollaire, leur redonner du pouvoir d’achat. Cela passe aujourd’hui par l’instauration du repas à 2 euros pour tous les collégiens du secteur public, quel que soit le niveau de revenu des familles, comme nous l’avons fait en 2015 pour la gratuité des transports scolaires.Ce coup de pouce financier, qui va directement toucher 54 000 foyers isérois, représente un gain plusieurs centaines d’euros par an.

Dans le même esprit, le Département va prendre en charge cette année 50% du prix des licences et des adhésions sportives pour tous les collégiens, toujours sans condition de ressources des parents, et va doubler le montant du Pass’ Culture distribué aux élèves du public comme du privé.

Il nous est en effet apparu injuste que certaines familles se retrouvent dans une situation où elles ont trop de revenus pour toucher une aide et pas assez pour vivre correctement.

 

I.M : Côté travaux, où en est-on après cette période de ralentissement économique liée à la crise sanitaire ?

C.S : Nous n’avons pas eu de difficultés majeures à observer, mis à part la fin de chantier du collège Lucie Aubrac, à Grenoble, décalée en raison de difficultés d’approvisionnement en matériaux de construction sur les marchés internationaux.

Notre programme de modernisation et d’extension de collèges se poursuit selon le calendrier prévu, avec l’accent mis sur la rénovation thermique, l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite et le déploiement du très haut débit, en lien avec le plan « Collèges connectés ».

Certaines opérations sont en cours d’achèvement et d’autres démarreront durant cette année scolaire : à Pont-de-Beauvoisin, Tignieu-Jameyzieu, Montalieu-Vercieu, Crolles, Saint-Martin-d’Hères, Saint-Martin-le-Vinoux, Saint-Quentin-Fallavier, Grenoble, Vizille et L’Isle-d’Abeau.

Le Département participe également à hauteur de 15,8 millions d’euros à la restructuration de la cité scolaire de l’Édit à Roussillon, chantier piloté par la Région, dont les travaux préparatoires ont été engagés à l'été 2020.

 

* Sur le périmètre géré précédemment par le Département.
Corps suite

Collèges : le Département toujours présent

Cliquez pour agrandir

 

3
minutes de votre temps
A- A+
Publié le
Modifié le
Cathy Simon
Vice-présidente