Une nouvelle aide pour les parents handicapés

Publié le
Modifié le
Une centaine de foyers isérois bénéficient actuellement de la PCH parentalité.
  • Société
  • Autonomie
Chapô

Depuis le 1er janvier, les parents en situation de handicap peuvent bénéficier d’une aide, la PCH parentalité, décidée par l’État, mais financée et mise en place par le Département. Elle permet de couvrir les prestations humaines et matérielles nécessaires pour élever leurs enfants.

Une centaine de foyers isérois bénéficient actuellement de la PCH parentalité.

 

“Lorsqu’on est en fauteuil, s’occuper de son enfant relève parfois du parcours du combattant. Il faut s’organiser, déléguer et anticiper en permanence. Tout prend beaucoup plus de temps. D’autant que la crèche, l’école et les équipements sportifs sont souvent difficiles d’accès”, explique Sonia, atteinte d’une maladie évolutive grave, la sclérose en plaques, et maman de deux enfants, de 3 et 6 ans.

Pour les parents en situation de handicap, beaucoup d’actes peuvent s’avérer extrêmement compliqués, voire impossibles. Comme le cas de ce papa malvoyant, empêché dans l’aide aux devoirs de son petit garçon, ou encore de ce couple, dont les troubles moteurs sont un obstacle pour donner le bain à leur petite fille, l’habiller et l’emmener chez l’assistante maternelle.

Mise en place le 1er janvier dernier, la Prestation de compensation du handicap (PCH) parentalité permet désormais à tous ces foyers de bénéficier d’un nécessaire accompagnement dès lors que leur enfant n’est pas en capacité, compte tenu de son âge, de prendre soin de lui-même et d’assurer sa sécurité.

 

Une avancée sociale et humaine

Ce dispositif se décline en deux volets : le premier consiste en un forfait mensuel pour rémunérer un professionnel chargé de les assister. Le montant évolue en fonction de l’âge de l’enfant. Pour les familles monoparentales, la somme est majorée de 50 %.

Pour en bénéficier, le parent doit avoir lui-même la PCH aide humaine, attribuée aujourd’hui à une centaine d’Isérois. Le second volet réside en un coup de pouce financier destiné à prendre en charge du matériel de puériculture, comme une table à langer à hauteur réglable, une poussette ou une baignoire amovible. Elle est allouée aux parents bénéficiaires de la PCH dès la naissance de leur enfant, puis au troisième et au sixième anniversaire de celui-ci. Actuellement, 100 foyers isérois bénéficient de la PCH parentalité.

“Cette aide est une sérieuse avancée sociale, rappelle Delphine Hartmann, vice-présidente en charge de l’autonomie et des handicaps. Dans l’ensemble, ces personnes sont tout à fait capables d’assurer leur rôle de parents, dans l’éducation, les relations affectives, le jeu et l’interaction. Mais elles ont souvent grandement besoin d’être soutenues dans les tâches matérielles, surtout quand le handicap restreint leur mobilité.” Pour rappel, la PCH, mise en place en 2005, n’absorbait pas les frais liés à la parentalité.

Corps suite

Zoom

Image
Delphine Hartmann
Dossier
Delphine Hartmann, vice-présidente en charge de l’autonomie et des handicaps

 

Comment bénéficier de la PCH parentalité ?

“Pour bénéficier de la PCH parentalité, les parents doivent déposer un dossier à la Maison départementale de l’autonomie ou dans la Maison du Département la plus proche de chez eux, et joindre un extrait de naissance.

Le montant de l’aide versée par le Département est de 900 euros par mois pour un enfant de 0 à 3 ans et de 450 euros pour les 3-7 ans. Il est majoré de 50 % pour les familles qui élèvent seules leur(s) enfant(s). Des forfaits de 1 400 euros, 1 200 euros et 1 000 euros peuvent être versés à la naissance au troisième et au sixième anniversaire de l’enfant.

En 2021, le Département a par ailleurs versé la PCH à 8 000 personnes pour un montant total de 45 millions d’euros.”

 

Plus d’infos : isere.fr

2
minutes de votre temps
A- A+
Publié le
Modifié le