Berlioz en Orient

Publié le
Modifié le
Orientale se teignant les ongles au henné, par Henri Daniaud, huile sur toile, 1852.

C.Aulagner, Musée International de la Parfumerie

  • Culture
  • Expositions
Chapô

L’exposition du musée Hector-Berlioz nous plonge dans l’imaginaire du compositeur et dans celui d’un siècle hanté par les figures féminines voluptueuses d’un Orient fantasmé, de Didon à Salammbô.

Orientale se teignant les ongles au henné, par Henri Daniaud, huile sur toile, 1852.

 

“Croirez-vous que je suis tombé in love pour ma reine de Carthage ? (…) Je l’aime à la fureur, cette belle Didon !” Ce message n’a pas été « twitté » par un jeune d’aujourd’hui. Il émane d’un quinquagénaire du milieu du XIXe siècle nommé Hector Berlioz, dans une lettre de 1856 à une amie.

À l’époque, le bouillonnant compositeur vient de se lancer dans la création de son œuvre la plus ambitieuse, mûrie depuis quarante ans, Les Troyens.

Ce monumental opéra en cinq actes, qu’il n’eut pas le temps de voir jouer dans son intégralité, raconte l’idylle impossible, des rives de Troie à celles de l’antique Carthage, entre le bel Énée et la majestueuse Didon – qui finit par se suicider.

Bouleversé dès son plus jeune âge par le texte de Virgile (qu’il dut traduire du latin), le jeune Hector n’aura dès lors de cesse de vouloir mettre cette épopée tragique en musique. “Le poète latin, en me parlant de passions épiques que je pressentais, sut le premier trouver le chemin de mon cœur”, écrit-il dans ses Mémoires.

 

Image
L’odalisque, par Hyacinthe Aubry-Lecomte d’après Anne-Louis Girodet.
Dossier
L’odalisque, par Hyacinthe Aubry-Lecomte d’après Anne-Louis Girodet.

 

Un Orient exotique et fantasmé

Les tableaux, estampes et partitions réunis par l’équipe du musée Hector-Berlioz sous la direction artistique de Bruno Messina (dont une bonne partie provenant des collections des musées départementaux, notamment Hébert et Bergès) nous immergent à la fois dans l’imaginaire berliozien et dans l’ambiance de ce siècle puritain baigné d’orientalisme, qui inspira les grands artistes de l’époque.

Sur fond de campagne d’Égypte, de conquête de l’Algérie et de guerre gréco-turque, les visions d’un Orient exotique et fantasmé, peuplé de figures féminines voluptueuses, inondent la peinture et la littérature, de Gustave Flaubert à Théophile Gautier ou Victor Hugo.

Les belles et sensuelles odalisques capturées pour être offertes au sultan, sont représentées le plus souvent nues, au bain… sans que soit évoquée leur condition d’esclaves sexuelles. Femmes fortes ou fragiles, reines puissantes ou poignantes captives, des héroïnes lointaines hantent toute l’œuvre d’Hector Berlioz dès ses débuts.

En 1929, alors qu’il se présente pour la quatrième fois au concours du Grand Prix de Rome, le jeune Côtois se voit ainsi imposer le thème de la mort de Cléopâtre… qui lui inspire une cantate jugée trop audacieuse musicalement. La même année, il découvre Les Orientales de Hugo.

Enfin lauréat, admis en résidence à la Villa Médicis, il compose plusieurs mélodies à partir de ce recueil. La Captive deviendra même un « tube » chez les pensionnaires !

Parcourant les trois salles de l’exposition au son des airs de Berlioz (demandez l’audioguide !), dans une ambiance suave et colorée, on pourra laisser son imaginaire voguer vers cet Orient rêvé. © Maison Bergès

Encart

Pratique

“Les Orientales de Berlioz”

  • Jusqu’au 31 décembre au musée Hector-Berlioz à La Côte-Saint-André.
  • Ouvert tous les jours sauf le mardi, entrée libre.
  • Visites guidées de l’exposition les 11 et 19 décembre sur réservation au 04 74 20 24 88.
  • Tout le programme d’animations sur musees.isere.fr
2
minutes de votre temps
A- A+
Publié le
Modifié le