Un bon tuyau pour trouver un emploi

Publié le
Modifié le
À l’École de la deuxième chance, les jeunes acquièrent des connaissances de base en français, en bureautique et en mathématiques.

A.Berlioz

  • Société
  • Citoyenneté
Chapô

Le Département, la fondation Impala Avenir, l’École de la deuxième chance et l’IMT de Grenoble accompagnent la mise en place d’une formation aux métiers de la fibre optique.

 

“La fibre, c’est magique. Je voulais savoir comment ça marche et travailler dans ce domaine”, témoigne Sébastien, 21 ans, qui a arrêté l’école en troisième, sans diplôme ni formation.

Depuis novembre dernier et après plusieurs années de galère, il a intégré un stage de technicien en fibre optique et a enfin trouvé sa voie.

Fin 2016, le Département a engagé 560 millions d’euros pour raccorder l’ensemble des Isérois à l’Internet très haut débit. D’emblée, il a prévu des clauses d’insertion dans ses marchés publics avec les entreprises qui interviennent sur ce grand chantier. C’est ainsi que 260 000 heures de travail ont été réservées pour les personnes éloignées de l’emploi.

 

La fibre, un métier d’avenir

Pour compléter cette démarche, il s’est rapproché de la fondation Impala Avenir qui a créé une méthode d’apprentissage, nommée École des plombiers du numérique permettant à un public déscolarisé d’acquérir rapidement des compétences dans la fibre et le câblage.

“Chaque année en France, 100 000 jeunes quittent le système scolaire sans aucune qualification. Cela concerne aujourd’hui près d’un million de filles et de garçons de 17 à 25 ans, rappelle Florian Du Boÿs, président d’Impala Avenir. Dans le même temps, les infrastructures du numérique se développent très rapidement. D’ici à 2025, elles devraient générer plus de 25 000 emplois. Pour faciliter l’entrée sur le marché du travail de tous ceux qui sont intéressés par le secteur, nous avons créé un modèle pédagogique innovant, pré-qualifiant et défini en amont avec les entreprises de la filière.”

En Isère, une première session de l’École des plombiers du numérique financée par Pôle emploi et Constructys a démarré en novembre dernier avec 12 stagiaires. Courte, pratique, individualisée, la formation repose sur trois piliers : un accompagnement renforcé, un apprentissage des gestes techniques et un stage en entreprise.

Tous les jeunes ont été recrutés sur leur motivation et non sur leurs diplômes. Le Département financera leur permis de conduire pour leur donner plus de chance de réussir en facilitant leur mobilité. Pour mettre en place ce dispositif, il s’est allié avec l’École de la deuxième chance, porteur du projet, l’Institut des métiers et des techniques (IMT) pour le volet pratique et trois entreprises partenaires (ERT Technologies, Telenco et SFR).

“Nous nous sommes engagés à prendre de six à huit stagiaires. Cette immersion leur permettra de valider leur formation et peut-être à l’avenir d’intégrer nos équipes. Nous sommes perpétuellement en quête de main-d’œuvre dans les branches techniques et manuelles”, souligne Anastasia Lochet, responsable des ressources humaines d’ERT Technologies (filiale de SFR) qui intervient sur le déploiement de la fibre en Isère.

Encart

Contacts : 8, rue Aimé-Pupin à Grenoble - 04 76 29 03 03

Corps suite

Zoom

 

L’École de la deuxième chance de l’Isère, vecteur de l’insertion

Créée en 2008 dans le département et présente à Grenoble, Voiron et Vienne, l’École de la deuxième chance (E2C) de l’Isère accompagne chaque année 275 jeunes de 16 à 25 ans qui sont sortis du système scolaire sans diplôme ni formation.

Objectif : les aider à construire leur projet professionnel et à révéler leur potentiel dans un cadre bienveillant et collectif. Sa méthode pédagogique repose sur un accompagnement professionnel, une formation personnalisée et un parcours en alternance avec de nombreux stages en entreprise.

Pour permettre aux jeunes de découvrir des métiers, l’E2C a créé des partenariats avec des entreprises : stages, visites, enquêtes, rencontres de professionnels, présentation de métiers, simulations d’entretien… À l’issue de leur stage, 45 % des jeunes enchaînent sur une formation qualifiante ou un emploi.

2
minutes de votre temps
A- A+
Publié le
Modifié le