Des déchets de chantier triés et revalorisés

Véronique Granger
Publié le
Modifié le
recyclage-dechets-chantier-iseremag©FPattou
  • Société
  • Environnement
Chapô

La loi sur la transition énergétique de 2015 impose aux maîtres d’ouvrage de recycler au moins 70 % de leurs déchets de chantier. Le Département a pris de l’avance !

Une benne pour les métaux, une autre pour les matériaux valorisables (plastiques, carton…), une pour les déchets inertes (plâtre, briques, béton), une pour les déchets spéciaux (peintures, solvants, colles) et encore une pour tous les autres déchets : comme à la maison, le tri se généralise sur les chantiers départementaux depuis 2017.

Sur celui du collège Jules-Flandrin, à Corenc, où les travaux de réhabilitation battent leur plein, le « moniteur environnement » de la société Lély – l’un des cinq prestataires habilités par le Département en Isère pour ses appels à concurrence – vient contrôler au quotidien le remplissage, pour ajuster si besoin.

Selon un premier bilan des vingt-quatre premiers mois de chantier, le taux de valorisation atteint 89 % du poids des déchets et 73 % en volume.

50 gros chantiers concernés en Isère

Pour Henri Montesinos, conducteur d’opération au Département qui a mis en place ce système au sein de la collectivité pour tous les gros chantiers de bâtiment, tout le monde est gagnant : “Auparavant, la gestion des déchets était déléguée le plus souvent aux entreprises intervenantes, qui nous refacturaient le coût des bennes au prorata de leurs marchés. On n’avait aucune visibilité sur ce que devenaient les déchets au final, alors que nous en avons la responsabilité. Et il y avait presque toujours des litiges au moment de payer, sachant que le coût des bennes représente 60 % des frais généraux. Aujourd’hui, non seulement on maîtrise la valorisation de nos déchets conformément à la loi, mais on fait des économies. Et c’est surtout plus écologique !”

Sachant que le bâtiment génère plus de 40 millions de tonnes de déchets chaque année en France – contre 30 millions de tonnes d’ordures ménagères –, les enjeux sont loin d’être négligeables sur l’environnement. Entre l’incinération et l’enfouissement, la gestion des déchets non triés est source d’importantes émissions de gaz à effet de serre. Sans compter la consommation de ressources évitées grâce au réemploi des matériaux recyclés.

Le Département, qui gère actuellement une cinquantaine de gros chantiers en Isère, a pris une longueur d’avance !

 

Repères

Image
1
minutes de votre temps
A- A+
Véronique Granger
Publié le
Modifié le