Rose Valland patriote de l’art

Véronique Granger
Publié le
Modifié le
Rose Valland en compagnie de l’Américaine Édith Standen, membre des Monuments’men (bien mal nommés !), devant « l’armure de Nuremberg » : l’une des 60 000 œuvres spoliées par les nazis, qu’elle a contribué à récupérer grâce à ses notes secrètes.
  • Expositions
Chapô

À Grenoble

Avec ses petites lunettes et ses tailleurs gris, cette Iséroise de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs était particulièrement discrète. Ce qui ne l’a pas empêchée d’être incarnée à Hollywood au cinéma par Suzanne Flon (en 1964, dans Le Train) puis par Cate Blanchett (en 2014, dans Monuments Men) ! C’est sans doute grâce à cette discrétion – et à son extraordinaire courage – que Rose Valland parvint à lister et ficher sans se faire repérer des milliers d’œuvres d’art dérobées par les nazis principalement aux familles juives. Elles étaient entreposées au musée du Jeu de Paume à Paris où Rose Valland était attachée de conservation, avant d’être convoyées en Allemagne pour le futur musée d’Hitler. Après-guerre, s’appuyant sur ces précieuses données, Rose Valland passa encore huit années de sa vie outre-Rhin pour permettre leur restitution. Si elle fut abondamment médaillée, cette « Résistante de l’art », décédée en 1980, resta longtemps une quasi-inconnue dans son pays. Reconstituant les lieux emblématiques de son histoire, de la maison familiale de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs au musée du Jeu de Paume jusqu’à son bureau en Allemagne, le Musée dauphinois la met enfin en vedette, dans une mise en scène souvent émouvante. On pénétrera ainsi dans l’appartement d’une famille spoliée et rescapée de la Shoah, dont les murs vides rappellent leur histoire douloureuse, en même temps que l’on entendra la voix des survivants redécouvrant les lieux… D’authentiques mobiliers d’époque, ainsi que de nombreux tableaux de maîtres ou objets toujours en attente de leur propriétaire légitime, ont été prêtés par le musée du Louvre, le Centre Pompidou ou le musée de l’Armée pour l’occasion. Soixante quinze ans après, 2 000 œuvres, appelées « Musées nationaux Récupération » (MNR), sont concernées.

Encart

Jusqu'au 15 avril 2020 au Musée dauphinois. « Rose Valland, en quête de l’art spolié ». www.musee-dauphinois.fr

1
minutes de votre temps
A- A+
Véronique Granger
Publié le
Modifié le