Le cocktail gagnant de Cherry Rocher

Publié le
Modifié le
Cherry Rocher - Produits
  • Viabilité hivernale
Chapô

De la fabrication de ses propres alcools et sirops, en passant par celle des marques de distributeurs, le groupe nord-isérois a développé un modèle atypique. Avec des alambics qui débordent d’innovations.

Depuis le 1er juillet, l’Isère compte une nouvelle boisson régionale… le pastis ! Fabricant de liqueurs et apéritifs installé à La Côte-Saint-André et à Ruy-Montceau – le site fait actuellement l’objet de travaux d’agrandissement –, Cherry Rocher vient en effet d’acquérir la marque de pastis Janot. Un produit de plus au catalogue de cette entreprise qui ne cesse d’étendre son offre en grandes surfaces, à côté des géants du secteur. 

Depuis sa création en 1705 par Barthélémy Rocher, qui va connaître le succès avec ses liqueurs de cerise, le Cherry Brandy puis le Guignolet – toujours le best-seller maison –, “l’entreprise n’a cessé de racheter des distilleries et de les fusionner, explique Anthony Bonnefond, son directeur marketing, avec une accélération ces vingt dernières années”

Cherry Rocher compte désormais trois filiales, dont Le Grand Rubren, une liquoristerie provençale installée à Barcelonnette, à laquelle est désormais rattaché le pastis Janot. Présent sur tous les types d’alcool, des liqueurs aux cocktails, en passant par les digestifs, les whiskies, les vodkas ou les rhums, le groupe isérois compte pas moins de 200 références.

 

Image

 

Il produit chaque année plus de 5 millions de litres, dont un tiers est commercialisé à l’export. Il est présent sur le marché de la vente d’alcools (et une quarantaine de sirops aussi) sous ses propres marques, mais aussi sur celui de la revente d’ingrédients pour les professionnels de l’industrie agro-alimentaire. 

Enfin, avec ses volumes modestes par rapport aux grands acteurs nationaux, Cherry Rocher a su séduire la grande distribution pour ses marques de distributeurs sur des produits très ciblés, comme l’absinthe ou le génépi. 

 

Une centaine de nouvelles recettes par an 

“Les remontées de nos commerciaux jusqu’au siège de Ruy-Montceau nous permettent de détecter les tendances et de travailler sur de nouveaux produits. Toutes activités confondues, nous mettons au point 100 recettes par an, poursuit Anthony Bonnefond. 

Nous lançons nos innovations sans prendre de risque, avec 3 000 bouteilles au maximum – à comparer avec les lancements à 500 000 ‘cols’ des grandes marques d’apéritifs –, puis, si cela prend, nous passons à 10 000 et ainsi de suite.”

Pour assouvir la soif de cocktails qui assaille les Européens depuis dix ans, Cherry Rocher sort des nouveautés en rafale. Si les liqueurs à la fleur de sureau ou de violette rencontrent un grand succès, tous les regards, en cette fin d’été sont tournés vers les ventes de la base pour spritz… au citron, lancée début juillet !

“Comme pour la couleur orange du Spritz Original, nous avons énormément travaillé le jaune. Le citron a le vent en poupe, comme en témoigne le succès de notre limoncello, notre deuxième produit le plus vendu.”

Et, côté digestifs – “en plein renouveau” –, la tendance du « consommer local et français » bénéficie aux marques de Cherry Rocher, associées aux territoires, tel le génépi des Alpes, médaillé d’or au concours agricole de Paris l’an dernier.

Encart

Repères

Image

 

Le site de Ruy-Montceau fait actuellement l’objet de travaux d’agrandissement. 

  • Création : 1705
  • Chiffre d’affaires : 17,7 millions d’euros pour Cherry Rocher (30 millions d’euros avec ses filiales)
  • Effectif : 53 (uniquement Cherry Rocher)
  • Implantations : Cherry Rocher (La Côte-Saint-André, Ruy-Montceau), Distillerie du Périgord (Sarlat-la-Canéda), Le Grand Rubren, (Barcelonnette), Avèze (Riom-ès-Montagnes).
  • cherry-rocher.fr

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Corps suite

Zoom

Image

 

Bien implanté dans les festivals français

“C’est le mojito, qui nous a mis le pied à l’étrier.” Pour Anthony Bonnefond (en photo), Cherry Rocher doit beaucoup au cocktail préféré des Français. 

En 2014, à l’affût des nouvelles tendances, son équipe de R&D en a développé une recette spéciale pour les Eurockéennes de Belfort, avec une alcoolémie réduite et des fûts spéciaux.

Depuis, la formule n’a cessé de se développer et les stands du Cherry Mojito Live Tour sont désormais présents dans une vingtaine de festivals, notamment Musilac, en Savoie, ou Aux fêtes du bruit en Bretagne. Une occasion de se faire une place de choix au comptoir, mais aussi sur les réseaux sociaux.

Corps fin

Repères

Image

 

Les médailles de Cherry Rocher au concours général agricole 2023 : Cliquez pour agrandir.

2
minutes de votre temps
A- A+
Publié le
Modifié le