La Dauphine apporte sa bière à l’édifice

Depuis 2006, Catherine Dereume propose toute une gamme de bières artisanales, fabriquées à Saint-Geoire-en-Valdaine, sous la marque « La Dauphine ».

S.Anselmetti

  • is(h)ere
  • Entreprises
Chapô

C’est dans une ancienne usine de tissage, un bâtiment magnifique, que Catherine Dereume a créé la Brasserie du Val d’Ainan, à Saint-Geoire-en-Valdaine. Sous la marque « La Dauphine », elle propose toute une gamme de bières artisanales, dont certaines agréées ISHERE.

Depuis 2006, Catherine Dereume propose toute une gamme de bières artisanales, fabriquées à Saint-Geoire-en-Valdaine, sous la marque « La Dauphine ».

 

Pour Catherine Dereume, la fabrication de la bière, c’est à la fois une vocation et un héritage : “Je suis belge d’origine et arrière-petite-fille de brasseur. Mon autre arrière-grand-père, ingénieur-brasseur, construisait des cuves, confie-t-elle. De formation, je suis ingénieure agroalimentaire, avec une spécialisation en fermentations.”

Pendant ses études, elle commence à brasser de la bière pour sa propre consommation. Elle transmet ensuite sa passion à son mari, isérois d’origine, et ensemble ils lancent le projet d’installer une brasserie en Nord-Isère.

À l’époque, il n’en existe que deux dans tout le département. En 2005, le couple a le coup de cœur pour une usine de tissage textile du XIXe siècle, à Saint-Geoire-en-Valdaine : “Un superbe bâtiment de 1 800 m2 avec beaucoup de cachet et empreint d’une mémoire”, souligne Catherine. Ils décident d’y créer la Brasserie du Val d’Ainan et d’y produire leur bière sous le nom La Dauphine, en hommage à l’ancienne province du Dauphiné.

Aujourd’hui, la brasserie produit 800 hectolitres de bière par an. Catherine (divorcée en 2013) et ses quatre salariés fabriquent une large gamme de bières artisanales : classiques, spéciales ou saisonnières. “Au total, nous proposons 14 variétés fixes et 12 saisonnières ou cuvées du moment”, explique la brasseuse.

Parmi elles, quatre sont agréées ISHERE : L’Authentique, une bière dorée et épicée, fabriquée à partir de malts isérois ; la dorée au chanvre, dont le chanvre est cultivé à Pont-de-Beauvoisin ; la blonde au miel, dont le miel provient de Chartreuse ; et la Cholat, 100 % malt d’orge d’Isère, du nom de l’entreprise agricole partenaire.

 

La fabrication

Toutes les bières sont élaborées et brassées sur place, selon un savoir-faire traditionnel : sans additif, ni conservateur, elles ne sont ni filtrées, ni pasteurisées. La refermentation se fait en bouteille, sans ajout de gaz carbonique, sous l’effet du sucre et des levures naturellement présentes.

La fabrication annuelle requiert 25 tonnes de céréales, essentiellement du malt d’orge, mais aussi du malt de blé, de seigle, des flocons d’avoine et de blé. À elle seule, l’orge maltée (graine germée puis cuite) représente une trentaine de variétés. Malts clairs, caramélisés ou encore torréfiés donnent ainsi une couleur et un goût différents à la bière.

Pour apporter l’amertume et les arômes, la brasserie utilise aussi une vingtaine de variétés de houblons, dont cinq sont cultivées sur place. « Ce que j’aime dans la fabrication de la bière, c’est la liberté que l’on peut avoir dans l’assemblage des ingrédients et dans l’élaboration de ses propres recettes », raconte Catherine. La plupart de ses bières contiennent ainsi des épices et des plantes aromatiques, qui, sans dénaturer le goût de la bière, apportent une touche d’originalité.

 

Où les trouver ?

Les bières La Dauphine sont disponibles en vente directe à la brasserie (visites organisées les vendredis et samedis sur rendez-vous) et dans une cinquantaine d’enseignes du Nord-Isère, du Pays voironnais et de l’agglomération grenobloise : épiceries fines, cafés, restaurants, caves ou supérettes.

 

Contact : la-dauphine.fr

Encart

Repères

Vous voulez soutenir l’agriculture iséroise ?

Retrouvez la liste des produits, producteurs et transformateurs agréés ISHERE sur ishere.fr

Corps suite

Zoom

 

Le premier whisky La Dauphine

Depuis un an, en plus de ses bières, la Brasserie du Val d’Ainan produit en petite quantité un whisky, fabriqué avec des malts fumés à la tourbe.

Il est distillé à Saint-Chef, puis vieilli en tonneaux à Saint-Geoire-en-Valdaine pendant quatre ans. C’est un whisky équilibré, doux et tourbé.

 

© S.Anselmetti

2
minutes de votre temps
A- A+
Publié le
Modifié le