L'Isle-d'Abeau, une mosaïque de quartiers

Corine Lacrampe
Publié le
Modifié le
L'Isle-D'Abeau

C.Lacrampe

  • Territoires
Chapô

Cette ville a 50 ans et une physionomie singulière : déployée au milieu d'espaces de verdure, coupée par une autoroute et une rivière, la Bourbre, bâtie autour de quartiers rivalisant d'architecture moderne et nourrie au cœur par une vaste zone commerciale.

Au sein de la CAPI, la communauté d'agglomération Porte de l'Isère, L'Isle-d'Abeau est vraiment une ville particulière. Avec une population pour moitié âgée de moins de 30 ans, elle est au nombre des villes les plus jeunes de France. Surtout, L'Isle-d'Abeau symbolise cette utopie des villes nouvelles à la campagne qui sévissait à la fin des années 1960. Comment transformer un village de 725 âmes en cité de 16 200 habitants ?

 

Des marais paysans au Triforium

La frise de la table d'orientation, récemment installée au sommet du bourg, près du cimetière, évoque des épisodes historiques de la commune et pointe le canal du Catelan creusé par des prisonniers ibériques, en 1808, pour assécher les marais. Car, à l'origine, L'Isle-d'Abeau n'est qu'une île au milieu des marécages où les villageois fauchent la laîche pour nourrir le bétail en hiver et battent le chanvre. Pointé aussi, l'hôtel de ville, qui occupe l'ancienne mairie-école datant de 1865, réaménagée et agrandie en 2000. Puis, on repère le parc Saint-Hubert, poumon vert de la ville et le rouge quartier Triforium, d'architecture florentine revisitée – 1987.

 

Image

 

La ville s'étale vers la Bourbre et au-delà, pour constituer, avec les 4 communes voisines, Four, Saint-Quentin-Fallavier, Vaulx-Milieu et Villefontaine, la Ville nouvelle de L'Isle d'Abeau. Le site a été choisi à l’époque pour sa proximité avec l’aéroport de Lyon-Saint-Éxupéry – ex Lyon-Satolas –  et les axes autoroutiers. Mais la crise économique aura raison de son expansion.

 

Du bourg aux Trois Vallons

Les quartiers émergent dans les vallons entre les champs où pâturent encore quelques vaches et les espaces verts éco-pâturés par les chèvres et les moutons. Si le bourg arbore des maisons dauphinoises en pierre et pisé, les faubourgs sont récents. Le plateau Saint-Hubert aligne ses bâtisses postmodernes : Décumanus, Atrium, Excelsior aux colonnes géantes...

 

Image

 

Plus loin, c'est le parc d'affaires, puis les Sitelles, les Hauts de Saint-Germain et les Coteaux de chasse. Bien visible en contrebas, la zone commerciale des Sayes abrite toutes les grandes enseignes. Il faut passer le pont sur l'autoroute pour rejoindre la gare SNCF futuriste et les pavillons des Trois Vallons qui voisinent Saint-Alban-de-Roche.

Bientôt la résidence Hacienda – 39 logements – sera inaugurée à Pierre-Louve. Si Les Lillots et les Lilottes apprécient leur ville à la campagne, ils se sentent avant tout de leur quartier. Et lorsqu'un logement se libère, il trouve immédiatement preneur.

mairie-ida.fr

 

© C.Lacrampe

Encart

Repères : L'Isle-d'Abeau en chiffres

  • 16 200 habitants
  • 22 quartiers et lieu-dits
  • 100 associations culturelles ou sportives
  • 1 km de chemins piétonniers
  • 6 crèches, 7 groupes scolaires (2 400 élèves)
  • 3 collèges (1 500 collégiens), 1 100 lycéens
  • 31 hectares pour la zone commerciale des Sayes (550 emplois)
  • 135 hectares d'espaces verts (dont 14 ha pour le seul parc Saint-Hubert)
Corps suite

Dynamique

Image

 

Une ville aux nombreuses vitalités

Avec son urbanisme décentralisé, la ville distille néanmoins toute une vie ou plutôt des vies parallèles d'une cohésion improbable. Il y a la vie sur les stades où les équipes s'affrontent en toute sportivité, supportées par des familles entières de bénévoles. La vie des consommateurs qui envahissent du matin au soir les grandes surfaces. Celle des établissements scolaires qui voient le ballet quotidien de leurs élèves.

Il y a l'industrie et la recherche, secteurs actifs au sein de l'environnement lillot. Et la vie des quartiers avec des réunions de voisins et des initiatives communes.

Aux Trois Vallons, par exemple, certaines familles se sont engagées dans un défi « zéro déchet ». Le centre de loisirs du Cœur de l'Isle propose des activités autour du recyclage, du jardinage, de l'apiculture... Le Millénium des spectacles, la médiathèque Agnès Varda des animations...

Tout ce patchwork lillot compose un quotidien dynamique et convivial. Pour couronner le tout, la nature demeure au cœur des marais, des tourbières et des berges. La nouvelle voie verte de la Bourbre propose un parcours de découverte avec mares pédagogiques et nichoirs.


Racines

Image

 

Ville nouvelle, un patrimoine d'architecture sociale

Laboratoire d'urbanisme original et d'architecture sociale, L'Isle-d'Abeau constitue un terrain d'études, sujet de thèses et objet de colloques.

Ce fut un site expérimental pour de nouvelles façons de construire impliquant de grands architectes. Si la terre était en œuvre chez sa voisine de Villefontaine, L'Isle-d'Abeau fut pionnière quant aux maisons bioclimatiques. Un demi-siècle plus tard, le bilan reste positif.

Les bâtisses vieillissent ou/et s'entretiennent assez bien. Le lien social est effectif. La mairie a publié un livret sur les édifices les plus intéressants : Patrimoine architectural remarquable du XXe siècle de L'Isle-d'Abeau.

Disponible en mairie et téléchargeable ici.


Économie

Image

 

Comment Vicat recycle le béton

Vicat c'est le « béton » ! Pas franchement écolo. Et pourtant. Le groupe cimentier est engagé dans la transition énergétique et une démarche d’économie circulaire.

Depuis 2018, il propose aux acteurs de la construction une solution Vicat Circulère. L'entreprise, elle-même, s'attache à réduire sa consommation énergétique, développe l'utilisation de déchets recyclés et de combustibles alternatifs et locaux. Avec l'offre Vicat Circulère, le groupe se met au service des acteurs de la construction et aux territoires pour requalifier les friches industrielles ou urbaines dans le cadre d'une réhabilitation « verte » : déconstruction et dépollution, valorisation et recyclage local des déchets, réaménagement en éco-construction.

Dans les laboratoires de ses locaux lillots – 14 000 m2 –, les scientifiques mettent au point de nouveaux ciments, bétons et granulats « verts » aux qualités thermiques et acoustiques toujours plus performantes, toujours plus connectés et esthétiques. Des recherches sont menées sur la végétalisation du béton, son recyclage, la manière de piéger davantage le CO2, car on ne le sait guère, le béton comme les arbres piège le CO2.

Alors fini le temps où l'on mettait le béton sous le tapis ! Fini l'enfouissement. De la déconstruction à la reconstruction, voici des solutions vertueuses et de nouveaux métiers !

 

Corps fin

L'Isle-d'Abeau et le Département

Image

 

Cathy Simon et Daniel Cheminel sont les conseillers départementaux du canton de L'Isle-d'Abeau qui compte 51 000 habitants et 13 communes : Chèzeneuve, Crachier, Culin, Four, L'Isle-d'Abeau, Maubec, Meyrieu-les-Étangs, Saint-Agnin-sur-Bion, Saint-Alban-de-Roche, Saint-Jean-de-Bournay, Tramolé, Vaulx-Milieu et Villefontaine.

 

Sport

Image

 

Les filles du foot à L'Isle-d'Abeau

Le pôle féminin du FBC de L'Isle-d'Abeau n'a pas à rougir devant son homologue masculin.

Les filles s'entraînent sur le stade de Collonge comme les garçons, dès 6 ans, dans la mixité jusqu'à 12 ans, puis avec l'équipe féminine. Elles sont une quarantaine de 13 à 26 ans à défendre les couleurs du club, coachées par Karl Planche avec l'aide d'Océane Pagas et Alissa Gasparovic. S'ajoute une section loisir pour les mamans, sœurs, femmes ou filles de joueurs.

La compétition ne les intéressent pas, mais elles apprécient l'ambiance du club et les exercices et jeux de cardio-motricité avec ballons. Karl Planche : “Nous avons été les pionniers de ce genre de section qui créé du lien social : nous avons 10 nationalités dans le groupe. Notre FBC, c'est une famille et L'Isle-d'Abeau un grand village. Au sein du club, les générations se succèdent.”


Citoyenneté

Image

 

Ecoco pour l'écologie urbaine

16h30 au Triforium, les enfants du centre de loisirs Cœur de l'Isle partent de la place des Baldaquins pour une éco-rando ramassage de déchets.

Celle-ci est encadrée par Loïc Bertaud, coordinateur du projet écoco pour une ville plus éco-responsable, lancé en 2019 et incarné par une mascotte de perroquet. Les enfants se mettent à l'affût des papiers et canettes abandonnés par terre avant de rejoindre les bennes de tri. Petite information sur le recyclage, puis visite du Passe-jardin, grand jardin municipal, citoyen et solidaire, pour parler compost, poules, fruits et légumes.

Ce jardin programme régulièrement des animations de quartier : soupe de Noël aux légumes du potager, chasse aux œufs de Pâques avec les poules du poulailler, compost collectif, ateliers de bricolage, découverte des légumes anciens, jeux...

 

©C.Lacrampe

 

 

5
minutes de votre temps
A- A+
Corine Lacrampe
Publié le
Modifié le
Cathy Simon
Vice-présidente
Daniel Cheminel
Conseiller Départemental
Luc Berraud
Océane Pagas
Isabelle Billotte