Meunier-Carus soigne le confort des dentistes

Christophe Simon, gérant de Meunier-Carus Médical.
  • Économie
  • Entreprises
Chapô

À Montferrat, dans le Voironnais, Meunier-Carus Médical, l’un des deux seuls fabricants français de gros matériel dentaire, se distingue avec ses produits haut de gamme. Sa table ergonomique, adaptée à la posture naturelle des dentistes, révolutionne le marché.

Christophe Simon, gérant de Meunier-Carus Médical.

 

“Je veux apporter du bien-être au dentiste.” Ayant repris Meunier-Carus Médical en 2009, Christophe Simon est resté fidèle à l’ADN maison, le confort et l’humain. Depuis son virage vers le secteur de la santé en 1988, après trente-quatre ans d’activité dans la tapisserie et la décoration, l’entreprise s’est penchée sur les besoins spécifiques des dentistes.

C’est par hasard qu’elle arrive sur le marché après que ses fondateurs, les frères Meunier-Carus, eurent répondu à la demande d’un orthodontiste désirant faire reskaïer son fauteuil.

Depuis, Meunier-Carus Médical fabrique des tabourets et des fauteuils haut de gamme grâce aux retours de ses clients. C’est une autre rencontre, en 2012, cette fois-ci avec un dentiste s’intéressant aux troubles musculosquelettiques de ses confrères, qui lui offre un nouveau tournant.

“Le docteur Pierre Farré, qui intervenait à la faculté de chirurgie dentaire de Toulouse, m’a appris que les deux tiers des dentistes souffraient de ces maux, à cause de mauvaises positions de travail, délétères notamment pour les cervicales, raconte Christophe Simon. Ce nouvel appel d’un praticien était le signe du renouveau.”

 

Image
Meunier Carrus
Dossier

 

Travailler dans une position naturelle

Pendant six ans, l’entrepreneur et l’expert vont mettre au point une table conçue pour que le dentiste, son assistant(e) et le patient aient tous les trois une position confortable et non traumatisante. Un concept développé dans les années 1950 par un dentiste américain pour que le praticien puisse travailler plus vite et dans une position naturelle.

Mais pourquoi une table et pas le fauteuil que l’on trouve généralement dans les cabinets dentaires ? “Le métier est tributaire de son histoire, explique Christophe Simon. C’est en effet les barbiers qui jadis arrachaient les dents des patients assis ; eux travaillaient debout simplement éclairés par la lumière de l’extérieur. Le matériel ne s’est pas adapté aux nouvelles postures, c’est pourtant la base en ergonomie !”

Lancée en 2019, Zee Table, son produit-phare, est un succès. L’entreprise a rempli son objectif d’en vendre dix la première année et compte bien arriver à 20 ventes en 2020. Du matériel haut de gamme (de 12 500 à 40 000 euros selon les options) conçu et fabriqué en Isère avec des entreprises partenaires : Alumed, à Sainte-Blandine, spécialiste du matériel médical, Thomas Dornon, sellier-tapissier à Saint-Hilaire-de-Brens, Serge Ferrari, à La Tour-du-Pin, pour le revêtement, et Casuel, spécialiste de la mousse, à Tignieu-Jameyzieu. “Je suis le Petit Poucet face aux mastodontes du secteur, scandinaves ou allemands, reconnaît Christophe Simon, mais comme j’évolue sur un marché de niche haut de gamme avec des composants de grande qualité, je m’y retrouve !”

Avec des années de R&D, des composants locaux plus chers et des certifications médicales dispendieuses, le défi de Meunier-Carus Médical n’aurait pas été possible sans une aide à l’innovation versée alors par le Département. “Je suis très sensible à l’existence de telles aides, car elles servent à soutenir l’innovation et à soutenir l’emploi local !”, conclut Christophe Simon.

Encart

Meunier-Carus en chiffres

  • Création : 1954
  • Implantation : Montferrat
  • Employé : 1
  • Nombre d’entreprises partenaires : 8
  • Nombre de tables vendues : 18 depuis leur lancement
  • Chiffre d’affaires : 500 000 euros
Corps suite

Zoom

Image
Meunier - Carrus
Dossier

 

Zee Table, au design épuré, s’appuie sur deux idées : que le patient soit allongé et que sa bouche soit dans l’axe visuel naturel du dentiste.

En plus d’éviter à ce dernier une position traumatisante, notamment pour les cervicales (comme quand il travaille sur une personne à moitié assise), la table de Meunier-Carus Médical, plus moelleuse qu’une table d’ostéopathe, offre un confort optimal au patient.

“Il place lui-même sa tête sur l’appui-tête anatomique, il est donc tout de suite dans la position idéale, contrairement aux fauteuils, où le dentiste perd du temps à placer le patient, selon qu’il s’agit d’une personne de grande taille ou d’un enfant.”

2
minutes de votre temps
A- A+
Publié le
Modifié le