• Photo : DR

Biche

ô ma biche

Grandeur nature

De mi-septembre à mi-octobre, c’est la saison des amours pour les cerfs et les biches. Où les observer et écouter le caractéristique brame des mâles ? Quelques pistes auditives en Isère.

Par Richard Juillet

  • Le Domaine de Vizille : idéal pour écouter le brame du cerf( ©G. Navizet)
  • Les biches vivent en hardes, séparées des mâles de décembre à août (© G. Navizet)
Ah, l’automne, les balades en forêt, les feuilles mortes, les champignons… Mais l’automne, c’est aussi pour certains animaux le moment le plus “hot” de l’année, la période où se joue une réputation et la survie d’une espèce. Bref, pour les cerfs “gonflés” de testostérone, c’est le temps du rut.
 
Entre le 15 septembre et le 15 octobre, cerfs et biches, qui s’étaient évités une bonne partie de l’année, se retrouvent pour s’accoupler et donner naissance au mois de mai de l’année suivante à un faon.
 
Pour les observer, c’est la période idéale et particulièrement au Domaine départemental de Vizille. Dans l’ancienne réserve de chasse du duc de Lesdiguières, 200 cerfs, daims et biches vivent en semi-liberté dans un parc de 40 hectares de prairie et de forêt.
 
En limite de celle-ci où une tour a été aménagée, on peut entrer dans leur intimité durant cette période où ils se cachent beaucoup moins. Les mâles sont en effet en plein exercice de séduction ou de défense de leur territoire, bramant à qui mieux mieux selon les circonstances.
 
> CINQ BRAMES DIFFÉRENTS
 
Le site spécialisé cerfs.free.fr nous apprend qu’il existe au moins cinq brames différents : du brame de présence, un rot bref et grave pour dire “je suis là”, au brame de langueur “long et mélancolique”, en passant par celui du triomphe “cri puissant du vainqueur au combat”.
 
“Les cerfs ne brament pas que la nuit, précise d’ailleurs Anne Buffet, l’administratrice du Domaine de Vizille. En période de rut, le visiteur peut les entendre à tout moment de la journée. Mais le plus impressionnant, c’est quand ils se battent, avec le bruit des bois qui s’entrechoquent.”
 
En Nord-Isère, au parc animalier du château de Moidière, à Bonnefamille, on peut apprécier le brame de Prince. Ce cerf élaphe de 12 ans est seul à “régner” sur une vingtaine de biches et, malgré tout, il ne manque pas de se signaler à la saison des amours. “Son brame ressemble plutôt à un mugissement de taureau”, s’amuse Michèle Dugon, la propriétaire du château.
 

Enfin, autre lieu propice à l’écoute du brame, le parc naturel des Chambaran, à Saint-Pierre-de-Bressieux, où, sur 240 hectares, 200 grands mammifères cohabitent en totale liberté.

 
Fabien Balmand et son équipe organisent chaque année un accueil, sur rendez-vous, pour les visiteurs. “Nous les accompagnons jusqu’à des places de brame préalablement repérées, tout en leur donnant des explications et la conduite à tenir”, explique-t-il. Et depuis 20 ans qu’il travaille dans ce parc, il ne s’en lasse pas. “J’ai gardé une oreille d’enfant. Je trouve ça beau et émouvant.”
 
 

LE BRAME EN VIDÉO

 

CERFS ET DAIMS BIEN DE CHEZ NOUS !

Cliquez sur les photos

Prince, cerf élaphe de 12 ans, dans le parc animalier du château de Moidière, à Bonnefamille (©.DR)
Des daims au Domaine de Vizille. Ils brament aussi, mais plus tard dans la saison (©G. Navizet)
200 cervidés vivent en totalité liberté dans le Parc naturel des Chambaran (©DR)
Publié le : 
09 septembre 2016