ASSOCIATIONS

ILS S'ENGAGENT

Associations

LA MAIN A LA BATTE

Par Sandrine Anselmetti


Les Dragons de Villefontaine ont le feu sacré ! Leur passion : le base-ball. Créé en 1978, ce club est l’un des deux seuls en Isère consacrés à ce sport américain avec les Grizzly de Grenoble.

Méconnu en France, le base-ball est un sport d’équipe, d’adresse et de stratégie. Le principe du jeu ? Deux équipes de neuf joueurs s’affrontent sur un terrain en forme de quart de cercle : l’une attaque pendant que l’autre défend, à tour de rôle. A l’attaque, chaque joueur passe à la batte. Le batteur doit frapper la balle lancée par l’adversaire. S’il la touche, il court pour atteindre le plus vite possible les quatre "bases" réparties sur le terrain. S’il réussit à faire un tour, l’équipe marque un point. L’objectif du défenseur est bien sûr de lui compliquer la tâche !

« C’est un sport très intéressant au niveau collectif et stratégique. C’est aussi un défouloir : on s’éclate à frapper dans la balle le plus fort possible et on devient vite accro ! », témoigne Julien Bruneau, président du club. 

Avec 70 licenciés âgés de 4 à 53 ans, les Dragons comptent quatre équipes en compétition, dont les seniors qui évoluent en régional 1, une équipe loisir en softball (descendant direct du base-ball) et une école de base-ball pour les moins de 6 ans. « Notre objectif pour l’avenir : développer la pratique chez les jeunes, afin d’inverser la pyramide des âges et de faire de plus en plus d’adeptes. »

 

Baseball Dragon

Facebook Baseball Dragon

 

LES SPORTS NORD-AMÉRICAINS EN ISÈRE

 

  • Jean Clot et Chloé Biron, créateurs de sharetreuse.fr
  • Le site www.sharetreuse.fr

SHARETREUSE : L'ENTRAIDE MADE IN CHARTREUSE !

Par Richard Juillet


« Pour couper mon bois, je recherche une scie électrique… » Cette petite annonce est apparue récemment sur le site sharetreuse.fr, une plateforme de partage et d’entraide qui s’adresse aux habitants du massif de la Chartreuse, un territoire de 50 000 habitants à cheval entre Isère et Savoie.

« L’idée nous est venue en discutant avec des voisins nouvellement installés, expliquent ses créateurs, Chloé Biron et Jean Clot, qui habitent Sarcenas. Ils avaient besoin d’une remorque et d’une tronçonneuse. Plutôt que de les acheter, on a sondé les habitants du village pour savoir si un outil d’échange, type fichier excel partagé, pouvait les intéresser. Devant l'engouement des retours et certaines remarques, nous avons opté pour un outil plus moderne, un site Internet élargi à tout le massif. »

Les statuts de l’association Sharetreuse — anglicisme bien venu — sont déposés en août 2016 et le site opérationnel en octobre. 

Depuis, la plateforme s’est étoffée. Elle propose des achats groupés, du covoiturage, du baby-sitting, des dons d’objets… Les annonces sont répertoriées par thème et par commune, ce qui permet de savoir ce qui s’échange, se donne ou se vend près de chez soi. Pratique pour faire des économies et des rencontres… ! « La plateforme s’inscrit dans une démarche de développement durable par la mutualisation de biens de consommation. Elle revendique aussi un objet social en favorisant les liens de proximité et la lutte contre l’isolement », poursuit Jean. 
 
Pour l’heure, Sharetreuse annonce 150 adhérents et met en place des points-relais pour ceux qui n’ont pas d’ordinateur. 

 

Site internet Sharetreuse 

  • Le refuge

UN REFUGE POUR LES JEUNES HOMOSEXUELS

Par Annick Berlioz


« Chaque année en France, plusieurs centaines de jeunes de 18 à 25 ans sont chassés du domicile familial en raison de leur orientation sexuelle », témoigne Gilles Roche, délégué départemental du Refuge à Grenoble. Ouverte en juillet 2016, cette antenne, animée par 24 bénévoles, est la 16e de France. « Acculés à l’errance, ces jeunes recourent souvent à la prostitution comme moyen de survie. Et  il  y a 13 fois plus de risque de suicide que chez les hétérosexuels de la même génération. Notre mission est de leur redonner confiance pour qu’ils reprennent pied. » 

Pour cela, l’association dispose d’une ligne téléphonique ouverte 7 jours / 7 et 24 heures/ 24 où ils peuvent parler de leurs difficultés. Si besoin, une prise en charge leur sera proposée : soutien psychologique, accompagnement juridique, recherche d’emploi, logement...
 
Pour faire face aux situations les plus critiques, l’association est en train d’aménager un appartement relais où les jeunes pourront être hébergés temporairement. 
 
Le Refuge est aussi conventionné par l’Education nationale pour intervenir dans les collèges et les lycées. « L’homophobie commence souvent à l’adolescence au moment des premiers émois amoureux », rappelle Gilles Roche. Un combat important. Au plan national, le Refuge a accompagné 500 jeunes en 2016. Avec une augmentation de 33 % en un an.
 
Contact : 06 31 59 69 50
 

Envoyez un mail au refuge 

Publié le : 
03 mars 2017