RETOUR

AUX SOURCES...

Grandeur nature

Chefs-d’œuvre de la nature, les cascades sont un point de fraîcheur dans un univers minéral. Certaines s’offrent au visiteur sans effort, d’autres demandent plus de persévérance. Tour d’horizon des plus belles chutes d’eau du département. 

Par Richard Juillet

 

Si l’Isère ne figure pas parmi les départements qui possèdent les plus impressionnantes cascades de France – la Haute-Savoie et le Jura, notamment, en affichent de sublimes –, nos chutes d’eau méritent qu’on s’y intéresse.

Certaines sont même devenues des sites touristiques à part entière comme la cascade du Moulin-Marquis, à Choranche, dans le Vercors.

 

> LA PLUS HAUTE

 

Avec ses 400 mètres de hauteur, elle figure parmi les trois plus hautes de France métropolitaine, derrière celles de la Lyre, en Haute-Savoie (550 mètres), et de Gavarnie (422 mètres), dans les Hautes-Pyrénées.

En forme de queue de cheval, elle est visible, sans effort, depuis la route départementale 531 qui serpente dans les gorges de la Bourne. À proximité, d’autres cascades font la renommée du Vercors : celle de la Vernaison, par exemple, située à Échevis, sur la route des Grands-Goulets, à la limite Isère-Drôme, ou encore à Saint-Gervais, dans le massif des Coulmes.

Ici, la Drevenne a creusé l’impressionnant canyon des Écouges qui présente une succession de ressauts, dont certains font jusqu’à 70 mètres de hauteur !

Bien plus discrète, la cascade de la Fauge, à Villard-de-Lans, s’offre aux visiteurs après trente-cinq minutes de marche et un passage sur le pont de l’Amour. Tout un programme !

 

> LA PLUS BELLE

 

Pour découvrir l’une des plus belles cascades de l’Isère, il faut se rendre en Chartreuse, à Saint-Pierre-d’Entremont, où, à 900 mètres d’altitude, se dévoile le cirque de Saint-Même. Joyau naturel, il présente quatre superbes chutes d’eau alimentées par les sources souterraines du Guiers Vif : la cascade des Sources, la Grande Cascade, la cascade Isolée et la Pisse-du-Guiers. 

À son opposé géographique, une autre cascade mérite le détour : celle de la Pisserotte, à Saint-Joseph-de-Rivière. Pour apprécier ses 80 mètres de hauteur et, dit-on, sa puissance sonore, il faut marcher quinze minutes environ depuis le hameau des Grollets.
 
Enfin, sur le balcon oriental de la Chartreuse, une dizaine de chutes d’eau sont recensées entre Bernin et Barraux, dont la cascade d’Alloix, à Saint-Vincent-de-Mercuze, et ses 45 mètres de dénivelé.
 
 

> LA PLUS SURPRENANTE

 

On la trouve dans la région de l’Île-Crémieu, à Saint-Baudille-de-la-Tour. Après vingt minutes de marche depuis le hameau de Chapieu, sur un chemin bordé par les ruines d’un ancien moulin, la cascade de la Roche apparaît dans son écrin mousseux. Dans une ambiance de bayou, elle jouxte le singulier étang de Boulieu, où des cyprès chauves « passent » leur vie les pieds dans l’eau.

Magique, quelles que soient les saisons !

 
  • La cascade de la Pisse au Désert-de-Valjouffrey ©G.Jacquemin

 

> D'AUTRES PISTES « FRAÎCHEUR » ...

  • Au Désert-de-Valjouffrey : cascade de la Pisse (photo ci-dessus)
  • À Claix : cascade de la Pissarde,
  • Au Périer : cascade de Confolens
  • À Chamrousse : cascade de l’Oursière
  • À Venosc : cascade de la Muzelle
 

QUELQUES BELLES CASCADES

Les cascades du cirque de Saint-Même, à Saint-Pierre-d’Entremont, alimentées par le Guiers Vif. ©G.Laget
Les cascades du cirque de Saint-Même, à Saint-Pierre-d’Entremont. ©G.Laget
La cascade du Moulin-Marquis, à Choranche, dans le Vercors. ©R.Juillet
La cascade du Moulin-Marquis (gros plan). ©R.Juillet
La cascade de la Pisserotte à Saint-Joseph-de-Rivière. Pisse, pissarde, pisserotte… de nombreuses cascades portent ces noms en Isère. En patois dauphinois, pisserôta signifierait « petit tuyau de fontaine » ou « filet d’eau tombant d’un rocher »… ©R.Juillet
La cascade de la Pisse au Désert-de-Valjouffrey, en automne ©G.Jacquemin
L'un des sauts de la Drevenne, aux Ecouges, dans le Vercors ©F.Pattou
Publié le : 
06 juin 2017