VISER

COMME ROBIN DES BOIS

A fond

Vous avez peut-être été séduits par des démonstrations d’archers sur les fêtes médiévales iséroises ou en station l’été. Le tir à l’arc est aussi un sport accessible à tous, des enfants aux seniors. Pratiqué en salle et en extérieur, il muscle la concentration tout en apportant du bien-être. 

Par Véronique Buthod

 

Qui n’a pas essayé, enfant, de fabriquer un arc avec une corde et un bout de bois ? Et vibré avec Robin des Bois ? Aujourd’hui, le tir à l’arc s’affiche sur les écrans, via les jeux vidéo et des films tel Hunger Games. “Il y a une curiosité pour ce sport”, estime Guy-Hervé Savornin, président du comité départemental isérois.

Pratiqué au sein de 32 clubs, avec 1 450 licenciés, des poussins aux seniors, il est aussi proposé en centres de loisirs et sur les temps d’accueil périscolaires.

“Ce sport est souvent conseillé pour les enfants hyperactifs, car il canalise l’énergie, précise Alexandre Blandin, diplômé d’État. Il développe aussi la coordination motrice, la concentration et l’organisation. Il faut en effet mettre en place un ensemble d’actions pour réussir un tir régulier.” Autre atout : “Le score, c’est ludique… et puis on travaille le calcul mental”, sourit-il.

On peut s’y mettre à tout âge, même si l’on est gêné par une blessure ou en reprise d’activité ; le tir à l’arc est d’ailleurs intégré au dispositif Prescri’Bouge du comité départemental olympique et sportif de l’Isère, en lien avec les professionnels de santé. Il n’exige pas de capacités physiques exceptionnelles et, surtout, l’arc est adapté à la morphologie de chacun.

“Sur le pas de tir, on est tous égaux. Il y a un effort musculaire, mais ce qui compte, c’est la régularité du geste”, souligne Guy-Hervé Savornin. Et l’aspect bien-être est important. “Après le temps de concentration, on ressent un relâchement quand la flèche est partie… Et lorsqu’on réussit un joli tir, on est aux anges !”

 

> DIVERSIFIER LES PRATIQUES

 

Afin de développer la pratique en compétition, le Trophée des mixtes, tous niveaux, a été lancé en 2018 ; les jeunes disputent depuis trois ans le challenge départemental, sur huit manches, en salle puis en extérieur. Car dès les beaux jours, les archers se régalent à pratiquer en plein air.

Sur le plat, sur des cibles situées à 70 mètres (tir à l’arc extérieur, discipline internationale) ou sur des parcours (tir campagne et tir nature). Les Championnats de France de tir campagne auront lieu du 10 au 14 juillet à Vaujany.

Le principe : enchaîner 24 cibles réparties dans l’environnement, dans un temps déterminé. “Cela plaît beaucoup, car on se déplace sur un terrain vallonné, parfois en sous-bois, pendant une journée”, décrit Guy-Hervé Savornin.

Dans le même esprit, mais avec des cibles en forme d’animal, les parcours de tir 3D offrent aussi des sensations dans les grands espaces. Avant d’y goûter, il faudra acquérir un peu de technique. Alors autant essayer rapidement. Les premières cibles, de 122 cm de diamètre, sont situées à une distance de 8 à 10 mètres.

Réussite garantie, paraît-il…

 

Publié le : 
03 mars 2019