QUAND LE CINÉMA

FAIT ÉCOLE

Citoyenneté

Des jeunes de la maison d’enfants Les Tisserands de La Côte-Saint-André ont joué dans une websérie abordant des sujets de société. Objectif : susciter débat et réflexion.

Par  Annick Berlioz
Photo : J.S Faure
 
  • Jamal, Morgan et les jeunes acteurs de la maison d’enfants Les Tisserands.
  • Jamal, Morgan et les jeunes acteurs de la maison d’enfants Les Tisserands.

 

“Les amis, aujourd’hui, on va vous parler de la violence. D’abord, c’est quoi la violence ? Pour la reconnaître, il suffit de se regarder et de voir comme on est ridicule lorsqu’on s’excite et que l’on s’insulte avec des gros mots.”
 
Ce message est extrait d’une des neuf vidéos auxquelles ont participé, comme comédiens, des jeunes de la maison d’enfants publique et départementale Les Tisserands à La Côte-Saint-André, un foyer spécialisé dans l’accueil des mineurs en difficulté.
 
“Ici, des enfants ont été placés sur ordonnance judiciaire parce qu’ils ont été confrontés à la violence familiale, physique, sexuelle ou psychologique. Ils ont été cabossés par la vie. Notre mission est de les protéger contre les agressions extérieures en leur apprenant le libre arbitre”, explique Jamal Benkader, éducateur.
 
À travers des sketchs humoristiques et des parodies, ils ont abordé des thèmes très complexes, la violence, le racisme, la discrimination ou encore la radicalisation. 
 
 
 

> DES VIDÉOS POUR SUSCITER LE DÉBAT

 

Jamal et Morgan Djian, le réalisateur de cette websérie, sont à l’origine du projet. “Nous voulions initier les jeunes au travail d’équipe dans des conditions de tournage professionnel qui leur inculquent le dépassement de soi, la concentration et le sens de l’effort”, explique Morgan.
 
Les jeunes ont participé à un casting et se sont rendus deux fois en studio à Paris durant les vacances scolaires. “Pour toucher ados et jeunes adultes, nous avons opté pour un ton décalé et associé quelques vedettes, comme Rachel Legrain-Trapani, Miss France 2007, et Raphaël Liot, un célèbre Youtubeur”, poursuit Jamal.
 
Ces vidéos seront prochainement diffusées dans les collèges isérois et sur Internet. “Pour le Département, qui a financé le projet, ces courts-métrages sont un moyen de faire passer un message citoyen à une jeunesse parfois déboussolée”, conclut Sandrine Martin-Grand, vice-présidente du Département chargée de l’enfance et de la famille.

 

 REPÈRES 

 

>  UN JEUNE SUR TROIS CONFRONTÉ À LA VIOLENCE


Selon une enquête réalisée en 2016 par OpinionWay, 84 % des jeunes de moins de 26 ans pensent que la violence augmente. Parmi leurs principales sources d’inquiétude :  
  • le terrorisme (45 %) 
  • la délinquance (11 %)
  • l’extrémisme religieux (10 %)
 
Fait inquiétant, 20 % reconnaissent avoir été la cible d’actes violents, dont deux sur trois dans la sphère scolaire. Un chiffre qui grimpe à 38 % pour ceux qui habitent en zone urbaine sensible.
 

 TOUS LES 15 ET 30 DU MOIS : UNE NOUVELLE VIDÉO 

Publié le : 
01 janvier 2018