CENT ANS DE PRÉSENCE

PROTESTANTE EN DAUPHINÉ

Notre histoire

En 1598, le royaume de France est au bord de la désintégration, au terme de 36 ans de guerre entre catholiques et huguenots. C’est dans ce contexte qu’Henri IV signe le 13 avril 1598, à Nantes, le premier acte officialisant la liberté de conscience en France. Mais des articles secrets, conservés aux Archives départementales de l’Isère, portent en germe sa décomposition future.

Par Marion Frison

 REPÈRES 

> UN ÉDIT, QUATRE DOCUMENTS

L’édit de Nantes se compose de quatre actes différents :

  • L’édit proprement dit, signé fin avril 1598 par Henri IV.
  • Les 56 articles « secrets » du 2 mai 1598, signés de la main du roi, précisant les dispositions de l’édit, qu’elles réinterprètent parfois dans un sens plus restrictif.                                                                                                                                                                                      
  • Un brevet militaire, daté du 30 avril, qui octroie aux protestants 150 places fortifiées pour une durée de huit ans, ainsi que leur entretien aux frais du royaume, alors même que l’article 82 de l’édit leur interdisait la levée d’armées et le maintien de places fortes.
  • Un brevet pour les pasteurs assurant aux réformés une somme annuelle de 45 000 écus pour les besoins du culte protestant et la rémunération des pasteurs. Bien que signé le 3 avril, antérieurement à l’édit de Nantes, il en fait partie intégrante.

 ZOOM 

edit-de-nantes-henri-iv-iseremagcdr.jpg

« Faict par le roy estant en son conseil à Nantes le deuxième jour de may mil cinq cent quatre vingt dix huict [Signé] Henry »
 

> TRÉSORS D'ARCHIVES

Les Archives départementales de l’Isère possèdent les fonds riches et prestigieux des anciennes institutions du Dauphiné.

Siège d’un Parlement, Grenoble recevait, à ce titre, tous les édits des rois de France qui devaient être enregistrés par les magistrats pour devenir exécutoires.

L’édit de Nantes fait exception à la règle. « Il n’existe plus qu’aux Archives nationales. Les exemplaires des Parlements des provinces ont sans doute été détruits au moment de la Révocation », explique Hélène Viallet.

A l’inverse, le texte des 56 articles secrets de l’édit de Nantes est le seul exemplaire original portant la signature d’Henri IV qui soit conservé. Les Archives de l’Isère possèdent aussi les minutes du procès-verbal établi en 1599 en Dauphiné pour l’exécution de l’édit de Nantes par les commissaires députés du roi.

 

 LES TEXTES DES 56 ARTICLES SECRETS 

Le bon roi Henri IV (1553-1610) signe l’édit de Nantes en 1598, qui accorde aux protestants la liberté de conscience et une liberté de culte étroitement contrôlée.
Les articles secrets de l’édit de Nantes.
En haut, au centre, la signature du roi Henri IV.

 

 LE PROTESTANTISME EN DAUPHINÉ (fin du XVIe siècle) - Cliquez sur la carte pour l'agrandir 

carte_protestantatisme-iseremagcdr.jpg

 

Publié le : 
01 janvier 2017