ON SORT

CONFÉRENCES

Conférences
  • Anubis préside à la pesée du cœur. Musée de Turin ©J.Claveau
  • L'égyptologue Christine Cardin.
  • Le défunt devant le tribunal d'Osiris-Musée de Turin. ©J.Claveau.
  • @L.Claveau

 LE 14 MARS 

MOURIR PUIS REVIVRE DANS L'ÉGYPTE ANTIQUE
À GRENOBLE

 
L''association ADEC Champollion vous convie le 14 mars prochain à une conférence animée par l'égyptologue Christine Cardin sur le thème  :"Mourir puis revivre dans l'Egypste antique. Dislocation et reconstitution des éléments composant la personne."
 
Pour les anciens Egyptiens, la mort était suivie de la dissociation des éléments composant l’être humain. La survie du défunt dans l’au-delà dépendait donc de leur rapide réappropriation au cours d’une quête semée d’embûches et de dangereuses rencontres.
 
Grâce aux liturgies récitées par les prêtres-lecteurs et aux textes magico-religieux emportés dans la tombe comme viatiques, le mort pouvait s’engager sur les chemins du Domaine d’Osiris, muni d’efficaces moyens de défense contre les déités malveillantes et doté d’excellentes formules magiques pour recouvrer son identité. En cas d’échec, il était voué à l’errance ou à la seconde mort définitive.
 
Au terme de ce voyage, cet être nouveau, pourvu parfaitement de toutes ses indispensables composantes, pouvait enfin se présenter dans la Salle des Deux-Maât afin d’y être jugé. Agréé comme justifié, il bénéficiait alors des largesses d’Osiris et accédait au statut d’akh. 
 
Devenu lui-même un dieu, il menait une existence conforme à ses désirs, accomplissant pour l’éternité sa triple destinée : dans la Douat, dans le ciel et sur terre.
Bien que les Egyptiens n’aient pas donné de définitions de ces composantes (en l’état actuel de nos connaissances), ils y ont fait de très nombreuses allusions dans leurs textes et leur iconographie funéraires.

Le 14 mars à 15 h aux Archives départementales , 2, rue Auguste-Prudhomme à Grenoble.
 
Contact et informations : champollion-adec
Publié le : 
02 février 2020