LUTTE ANTI-TABAC :

LE DÉPARTEMENT AGIT

Santé

Et si vous profitiez du mois sans tabac pour arrêter de fumer ? Après trente jours de sevrage, vous aurez cinq fois plus de chance de décrocher définitivement ! Un grand défi national en faveur de la santé, soutenu par le Département.

Par Annick Berlioz
Crédit photo : F.Pattou

Cigarette : mieux vaut dire "stop" immédiatement. Chaque tentative de sevrage augmente les chances de réussite.
 

Un demi-siècle après la publication du rapport qui établissait pour la première fois en 1964 un lien entre le tabac et le cancer du poumon, la liste des risques provoqués par la cigarette ne cesse de s’allonger. “Fumer cause plusieurs types de maladies, souvent mortelles ou responsables de handicaps à vie, dont tous les cancers ORL (gorge, larynx, langue et lèvres), des dommages irréparables sur les artères, mais aussi des complications cardiovasculaires et respiratoires”, expliquent les docteurs Isabelle Maure-Trombetta et Coline Quehen, tabacologues au CHU de Grenoble.

Lorsqu’il est fumé, le tabac dégage près de 4 000 substances chimiques, dont beaucoup sont toxiques, comme les goudrons qui endommagent les tissus et les muqueuses, les nitrosamines, responsables des cancers, ou encore le monoxyde de carbone, qui bouche les artères.

 
 

> UNE CAMPAGNE POUR RELEVER LE DÉFI

 

Face à cet enjeu de santé publique, les gouvernements successifs ont mis en place des mesures dissuasives. Parmi les plus emblématiques, l’interdiction de fumer dans les lieux publics, l’augmentation significative du prix des cigarettes et du tabac à rouler ou encore ces images chocs figurant sur des paquets dits « neutres ».

Bien que les chiffres soient à la baisse – entre 2016 et 2017, 1,4 million de personnes ont cessé de fumer en France –, ces initiatives ne donnent pas tous les résultats escomptés. Dans l’Hexagone, le nombre de fumeurs s’élève encore à 32 % et chaque année le tabac est à l’origine de 73 000 décès !

“Une seule cigarette suffit pour mettre le doigt dans l’engrenage et créer une dépendance à vie. Mais chaque tentative de sevrage augmente les chances de réussite. D’où la nécessité d’essayer”, poursuivent les tabacologues.

C’est l’objectif du mois sans tabac qui se déroule actuellement, avec au programme de nombreuses actions pour aider les plus accros dans leur combat : ateliers, forum de discussion, coaching… “Chaque année, nous finançons à hauteur de 210 000 euros l’instance régionale d’éducation et de promotion santé Auvergne-Rhône-Alpes qui pilote cette campagne en Isère, rappelle Magali Guillot, vice-présidente du Département déléguée à la santé.

Nous menons aussi une lutte antitabac dans nos services de protection maternelle et infantile auprès des femmes enceintes qui sont reçues par des sages-femmes formées à la tabacologie.” Car continuer à fumer pendant la grossesse implique de nombreux risques pour l’enfant à naître sur son développement et sa santé. 
 

Plus de renseignements

 ZOOM 

 

> QUID DE L'EFFICACITÉ DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE ?

 

Si la cigarette électronique est reconnue comme étant bien moins nocive que le tabac et comme une aide efficace au sevrage, ses potentiels impacts à long terme restent encore méconnus. En septembre dernier, les autorités sanitaires des États-Unis ont attribué deux décès à des infections graves provoquées par le vapotage.

“Le mieux est d’apprendre à se passer totalement de la cigarette, qu’elle soit électronique ou pas. Au centre de tabacologie de l’hôpital de Grenoble, nous accueillons toutes les personnes qui souhaitent arrêter de fumer, sous prescription médicale ou de leur propre volonté. Sophrologie, thérapies comportementales et cognitives… de nombreuses méthodes qui ont déjà fait leurs preuves leur sont proposées”, rappellent Isabelle Maure-Trombetta et Coline Quehen.
 

Contact : 04 76 76 89 43

 

Faite vous une opinion : ici

 

 

Publié le : 
11 novembre 2019