PAYSAGE>PAYSAGES : dépaysons-nous

Véronique Granger
Publié le
Modifié le
Ke Kosa

JP-Angel

  • Culture
  • Événement
Chapô

Enfin l’été ! Maintenue contre virus et marées, la quatrième édition de l’événement culturel porté par le Département en collaboration avec Laboratoire, achève le cycle saisonnier commencé à l’automne 2016.

Visages masqués, gestes barrés, horizons limités : cette quatrième et dernière saison de PAYSAGE>PAYSAGES, finalisée en plein confinement, a dû forcément être repensée et adaptée en termes de dates et de conditions d’accueil.

Le Département de l’Isère a pourtant pris le pari de la maintenir, avec une programmation placée sous le signe du dépaysement.

Ce thème ne pouvait d’ailleurs tomber plus à propos, après deux mois de voyage en chambre. “On peut inscrire l’universel dans une géographie limitée”, écrivait le grand voyageur Nicolas Bouvier.

Les paysages familiers vus depuis notre lucarne nous sont apparus de fait sous un jour tout neuf, repeints par une nature exubérante. Plantes carnivores, oiseaux siffleurs, tritons palmés : un petit peuple sauvage auquel on ne prêtait pas attention s’est révélé à nos yeux et à nos oreilles.

PAYSAGE>PAYSAGES, c’est une invitation à prolonger cette expérience, du dehors au dedans et inversement, en compagnie d’artistes baladeurs un rien perchés et surtout doués, qui nous initieront à de nouveaux usages de notre monde familier.

Encart

Pratique

  • Du 15 juillet au 20 octobre
  • 120 événements ou expériences artistiques
  • 115 artistes et 113 partenaires
  • 5 territoires, 80 communes : Trièves, Bièvre-Valloire, Sud-Grésivaudan, agglomération grenobloise, Haut-Rhône dauphinois.
  • Entrée gratuite (sauf mention contraire)

Programme, horaires, accès (et possibles reports pour intempéries) sur paysage-paysages.fr

Corps suite

10 morceaux choisis

Vous êtes plutôt un oiseau de nuit ?

Le collectif grenoblois Ici Même vous propose une création, Vol de nuit, dans deux espaces naturels sensibles du Département : la tourbière du Peuil, dans l’agglomération grenobloise (à Claix les 14 et 16 juillet), et le marais de Vieille-Morte dans l’Oisans (les 11 et 12 juillet).

À la frontière du naturel et du surnaturel, humains et hôtes vivants des marais se côtoient dans un décor miroitant.


 

Cinéphiles en mal de salles obscures, l’association « À bientôt j’espère » vous emmène en forêt, dans le Trièves, dans son Grand Multiplexe : l’ancien refuge-ermitage d’Esparron, transformé en salles de projection, vous fera voyager à travers une quarantaine de films documentaires sur le tourisme et les paysages, avant une nuit pleine de rêves à la belle étoile ou sous la tente… (du 17 au 19 juillet).


Envie de grand bleu et de vertige des sens ?

Toujours dans le Trièves, la Compagnie Infusion vous embarque en poésie sur la passerelle himalayenne de l’Ébron, au-dessus du lac de Monteynard, avec des séquences de slam, danse ou jonglage inattendues (du 5 au 9 août).


 

Pour communier avec la nature, vous pourrez emboîter le pas de Jean Boucault et Johnny Rasse, les chanteurs siffleurs imitateurs d’oiseaux les plus connus au monde, pour une déambulation à travers les jardins du musée Hébert et le village médiéval de Saint-Antoine-l’Abbaye : un spectacle où geais, pinsons, fauvettes tiennent les premiers rôles (les 18 et 19 septembre).


 

Vous préférez danser maintenant ? De l’urbain au naturel, les compagnies Ke Kosa et Épiderme vous convient à une déambulation chorégraphique et festive entre Saint-Siméon et Saint-Pierre-de-Bressieux, à travers l’architecture et les paysages de la Bièvre (le 19 septembre).

Corps fin
Image

 

La cigale peut être aussi fourmi

Inspirée par le travail des champs, Julie Desprairie présentera au Pot-au-Noir de Rivoiranche sa “petite bacchanale agricole”, Tes jambes nues, construite avec les éleveurs et producteurs du Trièves (les 12 et 13 septembre).


Enraciné également, l’artiste anglais Douglas White

S’installera durant plusieurs semaines dans les sous-bois du campus universitaire de Saint-Martin-d’Hères pour vous révéler le vaste réseau social souterrain créé par les arbres pour communiquer entre eux à l’insu des humains (du 15 septembre au 18 octobre).


Les Croqmobeurs vont sillonner le Haut-Rhône dauphinois

Du 1er au 8 août: de Crémieu à Villemoirieu et de Morestel à Quirieu, au bistrot, en forêt, sous la pluie ou chez le menuisier, ces dessinateurs à Mobylette croquent les paysages, les villages et leurs habitants. On retrouvera leur périple dans un ouvrage qui sera offert aux habitants.

Rejoignez-les pour un marathon de dessin ouvert à tous et en plein air le dimanche 6 septembre.


Tout l’été, laissez-vous surprendre par des installations artistiques étonnantes !

À l’île de la Serre, le long de la ViaRhôna, la signalétique routière de Jean-Pierre Brazs vous désorientera. Au Domaine de Vizille, Pintpointing Progress, l’assemblage monumental et joyeux de Maarten Vanden Eynde, vous interpellera sur la vanité de nos progrès technologiques.

Et les photographies de Michel Gasarian d’un Tour de France sans cyclistes vous feront sourire en éveillant nos souvenirs communs.


Comme pour chaque édition, Laboratoire vous convie aussi à son traditionnel cycle « Ça remue »

Sur le campus, pour vous muscler les méninges et l’imagination : des conversations entre artistes et chercheurs émaillées de performances artistiques et poétiques vous emmèneront loin à la redécouverte du monde et de l’Isère. Joyeux dépaysement ! (Les 15 et 16 octobre.)

3
minutes de votre temps
A- A+
Véronique Granger
Publié le
Modifié le