SAINT-MARCELLIN :

UN FROMAGE, DES NOIX ET TROIS MARCHÉS

Territoires

Gourmande, agricole et industrieuse, la capitale du Sud-Grésivaudan se distingue par sa vitalité associative et culturelle, ses petits commerces, de grandes entreprises et un riche passé.

Par Corine Lacrampe

 

Dans le sud-ouest du département, près de la Drôme, Saint-Marcellin, 8400 habitants, est une ville à la campagne.

Discrète capitale du Sud-Grésivaudan, desservie par le train et l’autoroute, elle occupe une situation stratégique entre Grenoble et Valence.

Le paysage alentour est marqué par l’alignement des noyers – le centre-ville abrite depuis quatre générations la noyeraie de la famille Jany ! Mais c’est à un fromage que la ville a donné son nom.

Les producteurs locaux se retrouvent trois fois par semaine sur la place du marché, autour du kiosque à musique.

 

> PATRIMOINE, CULTURE ET QUALITÉ DE VIE

 

Saint-Marcellin, c’est aussi toute une ambiance autour des petits commerces, des boutiques gourmandes, des terrasses de café et d’un restaurant gastronomique de terroir – La Tivollière – dans le château du Mollard (XIVe siècle) qui domine la ville.

Les vestiges de plusieurs monastères et du rempart témoignent de son passé de capitale religieuse. À proximité de Beauvoir-en-Royans et de l’abbaye de Saint-Antoine, deux lieux de pouvoir, politique et religieux, Saint-Marcellin fut un chef-lieu de bailliage sous l’Ancien Régime.

La ville, qui abrita jusqu’à sept églises et quatre couvents – carmes, ursulines, visitandines et récollets –, devient une petite capitale administrative, ville d’hommes de loi, de nobles et de notables. Quatre circuits patrimoniaux permettent de remonter l’histoire.

Aujourd’hui, la cité affiche un beau dynamisme culturel avec la présence des Méliès, cinéma d’art et d’essai, du Diapason, salle de spectacles et lieu de résidence pour des artistes, ou encore du Marque Page, librairie indépendante.

Saint-Marcellin, ce sont enfin 180 associations recensées ! Rien d’étonnant à ce que de nombreux habitants aient choisi de rester ou de venir vivre ici tout en travaillant à Grenoble, Romans ou Valence. 

Plus de la moitié des 3 000 salariés travaillent en dehors de Saint-Marcellin et parmi eux plus d’un millier prennent le train chaque matin.

 

SAINT-MARCELLIN ET LE DÉPARTEMENT

julien-polat-iseremagcdr_2.jpganne-gerin-iseremagcdr_2.jpg
 

Laura Bonnefoy et Bernard Perazio sont les deux conseillers départementaux du canton du Sud-Grésivaudan, auquel appartient Saint-Marcellin.

Le Département soutient cette commune attractive pour tout le territoire, avec Le Diapason, labellisé « Scène ressource en Isère » (17000 euros de subventions en 2017).

Le collège Le Savouret a bénéficié d’une importante réhabilitation (7,6 millions d’euros). Elle s’achève avec la construction du bâtiment de la section d’enseignement général et professionnel adapté (Segpa).

Enfin, le Département finance à hauteur de 73 % l’aménagement des anciennes halles, dans le cadre d’un plan de relance touristique.

Le maire de Saint-Marcellin se nomme Jean-Michel Revol, élu depuis 1995.

 

REPÈRES

LE CANTON DU SUD-GRÉSIVAUDAN

- 44 communes et 41 000 habitants.
 
- Saint-Marcellin (8 400 habitants) et Vinay (4 100) sont les deux communes les plus peuplées. Suivent Chatte (2 500), Saint-Sauveur ( 2 100) et Saint-Hilaire-du-Rosier (1 950).
 
- 4 communes montagnardes ont moins de 100 habitants : Beauvoir-en-Royans, Châtelus, Malleval-en-Vercors et Presles.
 
 

QUELQUES CHIFFRES ET DATES

- IVe siècle : Marcellin, venu d’Afrique, futur apôtre et évêque d’Embrun, évangélise la région.
- 1083 : premier acte authentifié attestant l’existence d’un village du nom de Saint-Marcellin.
- 1343 : le dauphin Humbert II accorde aux habitants de Saint-Marcellin une charte de libertés, franchises et privilèges à l’origine du développement de la ville.
- 7 200 vaches laitières, soit 65 millions de litres de lait produits par an pour la fabrication du saint-marcellin.
- 600 000 noyers dans la vallée.
 

 DYNAMIQUE 

UNE CITÉ EN PLEINE TRANSFORMATION

Dans cette cité séjournèrent, adolescentes, Françoise Sagan dont le père dirigea, à partir de 1945, l’entreprise qui devint Legrand, et Barbara dont la famille se cacha dans la ville, de l’été 1943 à l’automne 1945.

 
Au début du siècle dernier, Saint-Marcellin attirait les ouvriers-paysans. Aujourd’hui, les usines pourvoyeuses d’emplois ont fermé et la ville doit s’adapter. Elle vient d’engager un important plan de restructuration afin de gagner en cohérence et en harmonie.
 
Au menu : des passerelles entre les quartiers, dont celui de la gare, la réhabilitation des friches industrielles (Lidl, Legrand, etc.) et une valorisation du potentiel touristique.
 
Dans le cadre du plan de relance touristique financé par le Département autour de la véloroute du Sud-Grésivaudan, en liaison avec ViaRhôna, Saint-Marcellin tire son épingle du jeu avec l’aménagement de ses anciennes halles, où sera implanté un point de vente de produits du terroir, qui devrait ouvrir en 2018. 
 
 

SAINT-MARCELLIN EN IMAGES

Vue panoramique de Saint-Marcellin.
De beaux vestiges restent de la vieille-ville édifiée sur un petit promontoire.
Le secteur de remparts, en voie de réhabilitation, constitue un atout touristique.
L’église Saint-Marcellin.
Le square Barbara et l’école élémentaire du centre.
A l’ombre des platanes, le kiosque à musique ajoute au charme de la place du marché.
Jour de marché à Saint-Marcellin.
Le centre-ville abrite depuis quatre générations la noyeraie de la famille Jany. 
Une noyeraie au cœur de la ville.

 PORTRAIT 

FRANCK PETIT : CHOCOLATIER DE TERROIR 

Pâtissier et chocolatier talentueux et méticuleux, Franck Petit s'est formé auprès de plusieurs maisons régionales, avant d'ouvrir, avec son épouse Christelle, il y a 20 ans, sa propre boutique à Saint-Marcellin.
 
Le chef travaille avec des produits locaux - cerneaux de noix du Dauphiné, framboises de Saint-Pierre-de-Chérennes, miel de Murinais, cagette de bois de Vercors-Emballages pour la présentation - et fait la promotion de sa ville dans les salons de chocolat et des animations lors de la Fête du Saint-Mercellin : démonstration de fabrication de caramel aux noix ou de poules en chocolat.
 
Dans sa boutique, on trouve entre autres deux spécialités de terroir enrobées de chocolat blanc : le petit St Marce, un petit saint-marcellin version sucrée, avec du praliné, des noix torréfiées et des perles de chocolat, et le Petit raviol, des ravioles en chocolat, fourrées d'un praliné à l’ancienne, parfumé à la pistache. 
 
Contact : 19, Grande rue ; 04 58 22 00 03
 

Patisserie Chocolatier Petit

 

RACINES

DEUX FLEURONS GOURMANDS POUR LE TERROIR

Saint-Marcellin conjugue avec gourmandise les ingrédients de pays, noix et fromage.
 
Le fromage qui porte aujourd’hui son nom est une petite tomme au lait de vache connue depuis le Moyen Âge et estampillée indication géographique protégée (IGP) depuis 2014.
 
La zone d’appellation concerne 185 communes en Isère, 76 dans la Drôme et 13 en Savoie. 
 
Comme la noix de Grenoble, le saint-marcellin a sa confrérie et de nobles chevaliers pour le défendre. Ainsi en est-il du caviste-fromager de la ville, qui avoue une petite préférence pour celui de Jean-Noël Rochas de Quincieu, au lait cru, dont les vaches montent librement sur leur petit alpage depuis leur étable propre comme un sou neuf, ou presque.
 
 

FIGURES DE SAINT-MARCELLIN : CLIQUEZ SUR LES PHOTOS

Anaïs Chemla crée des bijoux bohèmes et joyeux, ponctués de pompons colorés, sous la griffe Naïves, 100 % « made in Isère ». On les trouve dans son adorable caravane-boutique itinérante et sur Internet (Facebook Bijoux Naïves).
Sébastien Maucarré fut caviste à l’hôtel Matignon et chef sommelier aux Terrasses d’Uriage où il rencontra son épouse, Stéphanie. Le couple propose une sublime sélection de vins et de fromages aux Caves des carmes, une ancienne chapelle, et des ateliers d’œnologie.
Rémi Rey est, avec Nicolas Chanron, l’un des deux maraîchers de la commune présents sur le marché. Leurs fruits et légumes de saison, de plein champ ou de serre, sont produits en culture raisonnée et vendus en circuit court.

ASSOCIATION 

L'ABEILLE SAINT-MARCELLINOISE : DÉFENSE DU MIEL URBAIN

C'est l'une des 180 associations de Saint-Marcellin.

Fondée en 2015 et présidé par Daniel Winter, jardinier de la ville et apiculteur passionné, elle compte une cinquantaine d'adhérents et une dizaine de ruches installées sur le plateau de Joud, sur les hauteurs de Saint-Marcellin, à l'abri de la pollution des véhicules.

Son but est de faire connaître la vie des abeilles, de promouvoir l'apiculture de loisirs et de sensibiliser au respect de l’abeille dans son environnement.

Ses programmes de formation à l'apiculture sont ouverts à tous publics. 

Paradoxe : les abeilles urbaines bénéficient d'une belle biodiversité sans traitements chimiques et donnent un miel de meilleure qualité que celui de la campagne dans un environnement de monoculture et d'utilisation des pesticides...

LA RECETTE DE CHRISTINE SERVE 

LE CROMESQUIS DE SAINT-MARCELLIN

Maître restaurateur, Christine Serve, chef du restaurant familial et gastronomique La Tivollière, à Saint-Marcellin, est l’héritière d’une lignée de six générations de chefs.

Elle orchestre avec brio les produits du terroir, dont le fromage qui porte le nom de sa ville, qu’elle accommode avec tendresse de multiples manières, dont celle-ci, en croquettes.
 
Difficulté : deux toques
15 min de préparation, 20 min de cuisson, 4 personnes.
 
Ingrédients

2 saint-marcellin, 150 g de panure, 50 g de noisettes torréfiées, 2 œufs, 6 abricots pas trop mûrs, 1 branche de romarin.

Pour la vinaigrette

Huile de noix, vinaigre de miel de l’abbaye (La Clandestine), sel et poivre du moulin. 
 
Préparation
 
  • Couper les saint-marcellin en quatre. Confectionner à la main huit boules de fromage. Les rouler dans la panure, trois fois de suite. Réserver au congélateur.
  • Couper les abricots en petits cubes. Ébrancher et hacher grossièrement le romarin, ajouter aux abricots. Faire compoter à feu doux environ 20 min.
  • Pendant ce temps, réaliser la vinaigrette, frire les cromesquis dans l’huile bouillante (180 °C) jusqu’à coloration, égoutter et enfourner 4 min à 180 °C.
  • Dresser les croquettes avec la compote d’abricots tiède et décorer selon l’inspiration (roquette, fleur, tomate cerise, menthe ou brin de thym...).
 
 

UNE AUTRE RECETTE

LA MARCELLINE : UNE RECETTE FROMAGÈRE

On dit qu'en 1445, le dauphin Louis, futur roi Louis XI, chassait le loup et le renard dans la forêt de Lente lorsqu'il se trouva face à un ours.

Deux bûcherons lui portèrent secours et pour l'aider à se remettre de ses émotions partagèrent avec lui un bout de pain et de ce fromage local déjà vendu au marché de Saint-Marcellin.

Le dauphin en fut fort aise et le fromage de Saint-Marcellin pris ses quartiers à la table royale. 
 
En l’an 2000, les hôteliers et restaurateurs du Sud-Grésivaudan ont mis au point la recette de la Marcelline, feuilleté au saint-marcellin qui a désormais de nombreux adeptes.
 
 
Préparation
 
  • Prenez un saint-marcellin, de fines tranches de poitrine fumée et de pâte feuilletée 
  • Couper le fromage en deux dans la longueur, l'enrouler de poitrine fumée, le mettre dans un quart de pâte feuilletée comme un chausson
  • Badigeonner de jaune d’œuf
  • Enfourner à four chaud à 220 °C, 15 minutes. 
 
 
Publié le : 
09 septembre 2017