QUAND L'ACTION CITOYENNE

FAVORISE L'INSERTION

Citoyenneté

Le Département expérimente sur l’ensemble de l’Isère le principe de « réciprocité » pour les allocataires du RSA. Objectif :  les aider dans leur réinsertion professionnelle en valorisant leur compétence.

Par Annick Berlioz

Photo : F.Pattou

 

 
Amandine, 30 ans, est allocataire du RSA. Depuis février 2016, cette habitante de Saint-Chef s’investit deux fois par semaine comme bénévole à Nuances, une association de Villefontaine qui propose des ateliers d’arts plastiques, notamment aux personnes en difficulté.
 
“Je donne un coup de main pour toutes les animations. Cette activité m’a fait prendre conscience que j’avais de ‘l’or dans les doigts’ et un certain talent pour la transmission. Elle me redonne du courage. À terme, j’aimerais ouvrir un atelier de couture et devenir mon propre patron !”. 
 
 
 

> VALORISER LES COMPÉTENCES

 

L’Isère compte 23 770 allocataires du RSA, dont près de la moitié le sont depuis plus de trois ans. Depuis juin dernier, le Département, qui consacre 157 millions d’euros à cette allocation de solidarité, les incite à s’impliquer dans une activité citoyenne de leur choix.
 
Cet engagement peut s’effectuer dans une association comme bénévole ou d’une manière informelle et plus ponctuelle, par exemple en accompagnant des sorties scolaires ou en rendant visite à des personnes âgées.
 
“Toute personne percevant le RSA doit signer un contrat avec le Département l’obligeant à entreprendre des démarches pour retrouver un emploi ou une formation, explique Sandrine Martin-Grand, vice-présidente du Département chargée des actions de solidarité et de l’insertion.
 
Nous voulons aussi les encourager à consacrer quelques heures de leur temps au service des autres. L’objectif est de les reconnaître comme des citoyens à part entière en leur donnant l’occasion de valoriser leurs compétences et de jouer un rôle actif dans la société. Rien n’est imposé. Il s’agit d’une réciprocité consentie.”
 
Ce principe a été expérimenté d’octobre à avril 2016 dans trois territoires tests : à Bourgoin-Jallieu, dans le Trièves et à Pont-de-Claix. Près de 400 personnes ont adhéré au dispositif et seulement 3 % de refus ont été enregistrés.
 
Fort de ces premiers résultats, le Département déploie cette expérimentation sur l’ensemble de l’Isère en se rapprochant des associations pour faciliter le recrutement de bénévoles et en formant les travailleurs sociaux à travers des ateliers dédiés.
 
 
 

 ZOOM 

potager-solidaire-iseremagcdr.jpg

 

> LES ASSOCIATIONS Y CROIENT

“Au Potager solidaire, une dizaine de bénévoles sont allocataires du RSA. À travers leur investissement, ils sortent de l’isolement, s’intègrent dans un projet, retrouvent une place sociale et reprennent confiance en eux !”, témoigne Evelyne Bordet, présidente de l’association.

Créée en 2012 à Beaurepaire, celle-ci gère un jardin collectif qui approvisionne une épicerie où l’on paie selon ses revenus.

Des ateliers de sensibilisation au « mieux manger » sont aussi proposés aux bénéficiaires de minima sociaux. L’objectif est de les rendre acteurs de leur vie.

Pour eux, le bénévolat est un levier puissant d’intégration !

 

Publié le : 
09 septembre 2017