TOUS

EN SELLE !

A fond

Sport élégant, exigeant en compétition, l’équitation permet surtout de vivre des moments intenses au contact des chevaux. De la simple balade aux grands concours de sauts d’obstacles, toutes les émotions sont possibles.

Par Véronique Buthod

 

Tous les mercredis et samedis, ces jeunes filles reviennent « crottées », épuisées et ravies du centre équestre ; elles ont passé l’après-midi à caresser, brosser, graisser, « faire les pieds » des chevaux, avant de faire un peu de dressage ou de sauter quelques obstacles. 

Leur objectif : s’amuser et progresser pour obtenir un nouveau galop, réussir le prochain concours.

Près de 7 300 jeunes iséroises vivent cette véritable passion. Les cavaliers masculins sont plus discrets – 2 100 sur les 13 000 licenciés du département. “Nous pouvons aussi compter sur 4 000 à 5 000 pratiquants occasionnels, souligne Jean-Marie Desqueyroux, président du comité départemental. Grenoble est une des villes françaises les plus cavalières !”

Avec une large palette d’activités, l’équitation est accessible à tous, dès 2 ans avec le baby-poney, et une balade peut permettre à tout un chacun de découvrir les premières sensations.

En Isère, 166 centres équestres proposent des offres variées, avec différentes formules budgétaires : initiation, compétition, randonnées équestres, attelage, endurance, voltige…

Et il n’y a pas d’âge pour essayer !

 
Après avoir longtemps accompagné sa fille, Josiane Viallet a commencé à monter la quarantaine passée… “Aujourd’hui, j’ai 75 ans et il ne se passe pas un jour sans que j’aille voir ma jument. Le lien est fort. Au départ, je ne voulais faire que de la balade, mais je me suis laissé prendre au jeu. Quand on monte à cheval, on oublie tout. Il y a le plaisir de faire corps avec l’animal et de franchir un obstacle. Après, une balade au petit matin dans la nature, où l’on va croiser des lapins ou des biches, c’est magique !” 

 

> SE DÉVELOPPER AU CONTACT DE L'ANIMAL
 

L’équitation développe la musculature – dos, adducteurs, bassin, chevilles –, mais aussi la patience et l’humilité, le contrôle de soi, le sens de l’effort et le respect des règles ainsi que du bien-être de son cheval. “Il faut s’en occuper, lui parler pour construire une relation. On voit des enfants timides s’exprimer et les plus turbulents, apprendre à se calmer. Ils découvrent le sens des responsabilités”, estime-t-elle. 

 

Le contact à l’animal est un atout très intéressant : extrêmement sensible et réceptif, le cheval réagit à l’humeur du cavalier et s’adapte aux différents publics qui l’approchent ; de nombreux professionnels – ergothérapeutes, psychomotriciens, orthophonistes – interviennent en lien avec des centres équestres accueillant des personnes en situation de handicap (projet Hand’ICV).
 
Et le développement d’attelages et d’itinéraires adaptés a été soutenu par le Département, en Bièvre-Valloire et bientôt dans le Trièves. Pour que le plaisir équestre soit vraiment accessible à tous !”
 
 
 

 REPÈRES 
 

> LES PROCHAINS RENDEZ-VOUS ÉQUESTRES

 

Parmi les grands rendez-vous de l’été, pour admirer des prouesses de haut niveau : 
 
  • Du 13 au 16 juillet : Jumping international Grenoble-Brié,
  • Du 18 au 20 août. : Course d’endurance internationale à Saint-Ismier 

 

 PRATIQUE 

 

Publié le : 
06 juin 2017