L'ART CONTEMPORAIN

AU COLLÈGE

Actualité

Le collège Ponsard à Vienne a transféré au Département de l’Isère son fonds d’art contemporain. Une collection unique en France au collège !

Par Véronique Granger

  • A Vienne, au collège Ponsard, les 715 élèves vivent l’art au quotidien en côtoyant 300 œuvres.
  • Sabine Gely, chargée de mission du Département (à gauche) et la principale du collège, Geneviève Tourtet, présentent le tableau de Robert Combas dans la salle des professeurs.

 

Robert Combas, Philippe Favier, Olivier Debré, Salvador Dali, Patrice Giorda, Jacques Truphemus, Vincent Gontier… Si vous n’êtes pas amateur d’art contemporain, ces noms ne vous disent peut-être rien (excepté sans doute Dali...).

Tous ces artistes sont pourtant d’envergure nationale ou internationale et ont en commun d’avoir au moins une œuvre en permanence au collège Ponsard à Vienne !

Des générations d’élèves les ont côtoyés et continuent de les admirer dans les salles de classe, dans la cour, au restaurant scolaire... Avec 301 peintures, dessins, estampes ou sculptures pour 715 élèves, l’établissement situé en zone d’éducation prioritaire, est un vrai musée… et c’est unique en France !  

 

>  UNE FIERTÉ POUR LES ÉLÈVES ET LES ENSEIGNANTS

 

L’initiative revient à Michel Sottet, principal du collège de 1987 à 1999. Soucieux de redorer l’image du collège et d’en faire un « pôle d’excellence », ce passionné d’art avait mobilisé son réseau d’artistes pour organiser des expositions, avec un projet pédagogique ambitieux : « Je voulais que les élèves se confrontent aux œuvres des plus grands. Qu’ils les côtoient au quotidien », dit-il.

De 1990 à 2005, un fonds exceptionnel d’artistes de la seconde moitié du XXe siècle est ainsi constitué — certains avec le budget du collège, d’autres offerts par les artistes ou à l’aide de mécènes locaux. Des vernissages avec plus de 400 personnes sont organisés, des visites au Musée d’art contemporain de Lyon, qui travaille avec les élèves. « C’était une fierté pour les professeurs et les jeunes », se souvient Michel Sottet.

La collection ne fait pas simplement partie des meubles : elle est intégrée à l’enseignement. « Les élèves de 3e,notamment, doivent présenter une œuvre à l’oral du brevet. Et ceux de 4e et de 5e travaillent actuellement sur les cartels de présentation avec le Département. », détaille la principale, Geneviève Tourtet.

Avec le transfert de cette collection prestigieuse au Département de l’Isère, celle-ci sera préservée et valorisée sur le long terme. Sabine Gely, chargée de mission du Département à Vienne et Laurence Nesme, directrice du musée Hébert en seront les « gardiennes », avec la volonté de la faire vivre au quotidien… et l’espoir de continuer à la développer !

 

  • Patrick Curtaud
Patrick Curtaud, vice-président chargé de la culture et du patrimoine

 

 INTERVIEW 

 

>  LES ÉLÈVES DOIVENT DEVENIR LES AMBASSADEURS DE LA COLLECTION

Isère mag : Quelle est la valeur de ce fonds d’art contemporain ?

Patrick Curtaud : L’inventaire que nous avons réalisé confirme l’intérêt exceptionnel de cette collection, qui est très homogène. Et si quelques œuvres ont besoin d’être restaurées, la collection est aussi en très bon état. Les élèves vivent avec elle et ils la respectent.

I.M : Comment comptez-vous la valoriser ?

P.C : Notre volonté est que les élèves en soient les ambassadeurs, et qu’elle revienne au cœur du projet éducatif de l’établissement. C’est un formidable outil de diffusion culturelle !

En 2015, une exposition à la Halle des Bouchers, le centre d’art contemporain de Vienne, a déjà permis au public de découvrir plusieurs œuvres en prêt pendant deux mois.

Publié le : 
01 janvier 2017