Dans l'air !

Hors-série

Prendre de la hauteur, se laisser porter par le vent, découvrir de fabuleux paysages comme les techniques de pilotage… Libre comme l’air ? C’est en Isère.

Par Marion Frison

  • Crédit photo : Villard-de-Lans

OSEZ LA MONTGOLFIÈRE
À VILLARD-DE-LANS

Tandis qu’un ventilateur gonfle le ballon de 3 000 m3, Albert Filotti fixe les brûleurs sur la nacelle.

Le temps de s’installer dans le panier, et la montgolfière décolle plein gaz dans le vacarme des brûleurs.

Des lambeaux de brume matinale strient le plateau du Vercors. Le spectacle est féérique.

A 2 000 mètres du sol, devant un panorama à 360° qui embrasse la Meije, le Mont-Blanc, le Jura et les Cévennes, Albert Filotti confie avoir succombé aux charmes de la montgolfière en 1992, conquis par la liberté du décollage et l’incertitude du lieu d’atterrissage.

« Une montgolfière ne se dirige pas, elle vole au gré des vents. La seule donnée sur laquelle on intervient, c’est l’altitude. Pour monter, on envoie de l’air chaud. Pour descendre, on attend que le ballon se remplisse d’air froid », résume-t-il.

Après une heure de vol, il est temps de descendre. L’aérostier rase la cime d’une forêt, puis reprend un peu d’altitude avant de négocier un atterrissage dans un champ, à 15 kilomètres de son lieu de départ.

Le pilote libère la soupape du ballon, l'air s'échappe… Les souvenirs de cette expérience unique resteront.

A partir de 230 euros.

www.vercorsmontgolfieres.com - 06 08 74 12 28

  • Crédit photo : Cap ULM

EN ULM SUR LA TRACE
DES CHARTREUX

L’ULM propulsé par un moteur turbo de 115 CV s’arrache de la piste du terrain d’aviation de Cessieu, près de La Tour-du-Pin, et vire sur l’aile avant de mettre le cap au sud-est.

Quelques minutes plus tard, vous survolez le lac de Paladru avant de prendre la direction du désert de Chartreuse.

Sensations garanties ! « Dans ce type de machine, vous volez à l’air libre ; vous ressentez les odeurs et les écarts de température », explique Jean-Marc Chevalet.

En vol, cet ex-champion de France d’ULM vous raconte l’histoire du territoire, qu’il entrecoupe de considérations aérologiques : « Regardez ces martinets, ils mangent des insectes, preuve qu’ils sont dans un courant ascendant. Nous allons en profiter aussi », analyse-t-il en piquant dans leur direction pour prendre de l’altitude.

Une heure plus tard, le pilote signale sa position, « 2500 pieds QNH à la verticale de La Tour-du-Pin », avant de négocier son atterrissage.

A partir de 90 euros.

www.ulm-isere.com - 06 82 81 42 62

  • Crédit photo : E. Bigillon

ESCAPADE EN RANDO-PARAPENTE

Gravir à pied un sommet avant de le redescendre en parapente biplace, c’est l’aventure à laquelle vous convie Joël Kersaoui.

« Inutile d’être sportif, il suffit d’être capable de marcher », précise-t-il.

Son parapente sur le dos, il vous accompagne au Pic Saint-Michel, à la Dent de Crolles, ou encore au Grand Colon, en prenant le temps de vous faire découvrir les paysages et la flore locale.

Là-haut, Joël déplie sa voile, vous arrime à son harnais et guette un vent propice au décollage.

Soudain, l’aile se gonfle. Reste à courir dans la pente, avant que le sol se dérobe sous les pieds.

Le pilote utilise les courants ascendants pour se jouer du relief, s’approche d’une falaise pour vous montrer un bouquetin campé sur une vire herbeuse, plane derrière une buse…

20 minutes plus tard, vous vous posez en douceur, les étoiles plein les yeux.

A partir de 80 euros.

www.parapente-isere.com - 06 76 33 75 11

Publié le : 
07 juillet 2016