L'ISÈRE EXPÉRIMENTE

LE SERVICE NATIONAL UNIVERSEL

Citoyenneté

L’Isère a rejoint les 13 départements qui ont expérimenté le Service national universel (SNU). À ce titre, 16 jeunes ont effectué un séjour de cohésion sur le plateau matheysin. Rencontre avec Adam, Rodja, Simon et les autres.

Par Annick Berlioz
Crédit photo : Annick Berlioz

 

La semaine n’a pas été de tout repos. Après un réveil à 7 heures, les journées se sont organisées autour de nombreuses activités de cohésion et de pleine nature.
 
Du 24 au 28 juin dernier, huit filles et neuf garçons âgés de 15 à 18 ans, engagés sur la base du volontariat, ont passé cinq jours en immersion au Relais de Chantelouve, à Laffrey, dans le cadre de la troisième expérimentation du Service national universel en Isère. Au programme : sport, vie associative, débats, sensibilisation à la protection de l’environnement…
 
Projet-phare de l’État, le SNU devrait devenir obligatoire pour tous les jeunes de 16 ans d’ici à 2022-2023. Avant sa généralisation, une phase pilote, version courte, rassemblant quelque 2 000 jeunes volontaires, a été menée dans plusieurs départements.
 
“Le SNU n’est pas le rétablissement du service militaire supprimé en 1997. Son objectif est d’apprendre aux jeunes à vivre ensemble, de susciter des valeurs fortes, comme l’entraide, le sens de l’engagement et le dépassement de soi. Le rôle des éducateurs est de les amener à se responsabiliser”, explique Florence Michelland, encadrante et conseillère jeunesse de la direction départementale de la cohésion sociale de l’Isère.
 
 

> FORMER À LA CITOYENNETÉ

 

Le Département, qui partage la même philosophie, a financé cette action dans le cadre de son Plan jeunesse avec l’École de la deuxième chance et l’État.

Cette action valorise la citoyenneté. Durant leur séjour, les volontaires ont intégré des associations et ainsi pu découvrir l’intérêt du bénévolat. L’autre point fort est l’accent mis sur la mixité sociale, avec des profils issus d’horizons différents”, insiste Martine Kohly, vice-présidente du Département chargée de la jeunesse, du sport et de la vie associative.

De leur côté, les jeunes sont très satisfaits. “J’ai pris conscience qu’il fallait un peu s’oublier pour vivre en collectivité. Aujourd’hui, je sais mieux me débrouiller”, témoigne Adam, 17 ans.

Quant à Rodja, qui habite au Village olympique, à Grenoble, elle s’est découvert des capacités physiques insoupçonnées : “C’est la première fois que je faisais une randonnée de 17 kilomètres en montagne. Je ne pensais pas pouvoir y arriver !”

Les organisateurs vont faire remonter leurs observations au comité national de préfiguration. “Le SNU est très bénéfique lorsqu’il se déroule dans un cadre éducatif comme les environnements de pleine nature”, constate Manuel Brissaud, directeur adjoint de la direction départementale de la cohésion sociale de l’Isère, qui a suivi le projet.

Afin d’acter leur mobilisation, les jeunes ont reçu un certificat de participation valorisant leur implication.

 ZOOM 

Martine Kohly, vice-présidente du Département chargée de la jeunesse, du sport et de la vie associative.

 

> UN PLAN JEUNESSE POUR L'ISÈRE

 

En mars 2016, le Département a voté un plan pour la jeunesse afin de rapprocher les 12-25 ans du monde de l’entreprise et susciter l’engagement citoyen.

Objectif : favoriser les initiatives des jeunes, valoriser leur talent et les aider à trouver leur place en prenant en compte les spécificités de chaque territoire.

Avec de nombreux partenaires, dont les collectivités locales, la Caisse d’allocations familiales, la Protection judiciaire de la jeunesse, l’Éducation nationale, le Comité régional des associations de jeunesse et d’éducation populaire, Réseau 38 et le comité départemental olympique et sportif de l’Isère, le Département met en place des contrats territoriaux pour la jeunesse qui répondront aux attentes des jeunes et se généraliseront partout en Isère d’ici à 2020.

 

Publié le : 
08 août 2019