SAISISSANTE

CHARTREUSE !

Découvertes

Le massif de Chartreuse est un territoire à taille humaine qui offre de nombreuses possibilités de balades hors des sentiers battus pour les mollets aguerris ou non. Depuis ses hauteurs jusqu’à ses gorges les plus encaissées. Effet waouh garanti !

Par Richard Juillet

Crédits photos : F.Pattou ; JL.Rigaux ; S.Prodent/OT Pays voironnais : R.Juillet.

Le fort du Saint-Eynard, au Sappey-en-Chartreuse, offre un panorama exceptionnel sur Grenoble et les vallées du Drac et de l’Isère. En arrière-plan, la Pinéa et la dent de Crolles.

Lorsqu’en 1084, saint Bruno demande à l’évêque de Grenoble de le conduire dans un lieu retiré pour y créer un ermitage, c’est en Chartreuse que le prélat lui suggère de s’installer et plus précisément dans un vallon isolé, dominé par le Grand Som et les rochers de la Fitole.

Si durant les siècles cette communauté religieuse a laissé une empreinte indélébile sur ce territoire avec l’édification des monastères de la Grande-Chartreuse à Saint-Pierre-de-Chartreuse, de Currière à Saint-Laurent-du-Pont et de Chalais à Voreppe, ainsi que de nombreux oratoires, chapelles et ouvrages d’art, comme les ponts Pérent, du Grand-Logis, Saint-Bruno ou de la Petite-Vache, le massif recèle d’autres curiosités qui valent le détour.

 
 

> VUES D'EN HAUT

 

Comme ce magnifique point de vue sur la chaîne des Alpes depuis Saint-Hilaire-du-Touvet. Pour en prendre plein les yeux, direction Lumbin où après avoir pris place dans le funiculaire qui vous « hissera » jusqu’au plateau des Petites-Roches, un sentier de randonnée de 2,7 kilomètres vous conduira jusqu’à la table d’orientation du Bec-Margain.

Face au vide, 300 kilomètres d’horizons alpins s’offrent à vous, de la chaîne de Belledonne au Mont-Blanc, en passant par le pic de l’Étendard, en Oisans.

Dans le même esprit contemplatif, le fort du Saint-Eynard, au Sappey-en-Chartreuse, et le belvédère de Chalais, à Voreppe, révèlent d’époustouflants panoramas sur Grenoble et la vallée de l’Isère. Après les hauteurs, la fraîcheur !

 
 

> QUE D'EAU, QUE D'EAU...

 

La Chartreuse est, en effet, un massif soumis à une forte pluviométrie avec des conséquences très visibles : forêts denses, gorges encaissées, galeries souterraines, torrents impétueux…

Si le cirque de Saint-Même, à Saint-Pierre-d’Entremont, est certainement le spot le plus saisissant avec ses quatre cascades alimentées par le Guiers-Vif, d’autres chutes d’eau méritent qu’on s’y intéresse : comme celle de la Pisserotte, à Saint-Joseph-de-Rivière, qui dévale de la Grande Sure.

Pour admirer ses 64 mètres de hauteur, il faut marcher vingt minutes depuis le hameau des Grollets. À son contact, embruns et puissance sonore vous surprendront ! Sur le balcon oriental du massif, une dizaine d’autres cascades défient la gravité entre Bernin et Barraux, dont celle d’Alloix et ses 45 mètres de dénivelé, accessible depuis Saint-Vincent-de-Mercuze.

Enfin, à proximité de la RD 520B, qui relie Saint-Laurent-du-Pont à Saint-Pierre-de-Chartreuse, un sentier vous conduira au fond des gorges du Guiers-Mort, entre le pont Saint-Bruno et le pic de l’Œillette.

Ce chemin, jadis emprunté par les Chartreux, vous familiarisera avec la flore (hêtraie-sapinière, érablaie...) et la faune de ce torrent sauvage* qui prend sa source entre la dent de Crolles et le hameau de Perquelin à Saint-Pierre-de-Chartreuse.

Un sentier balisé permet de se rendre jusqu’à sa résurgence après deux heures et demie de marche depuis le hameau. Dépaysement garanti !

 

* Le Guiers-Mort fait actuellement l’objet d’une campagne de mécénat territorial pour sa préservation, sa protection et son inscription au label « Site rivières sauvages ».

 

REPÈRES

 

> PARMI LES INCONTOURNABLES...
 

  • La Casamaure à Saint-Martin-le-Vinoux
  • Proveysieux et son sentier des peintres
  • Le château du Touvet et ses jardins
  • Le fort Barraux, à Barraux
  • Le musée de la Grande-Chartreuse, à Saint-Pierre-de-Chartreuse
  • Le musée d’Art sacré contemporain, à Saint-Hugues-de-Chartreuse
  • Saint-Aupre, son tilleul de Sully et ses deux églises
  • Le pas du Frou et les gorges du Guiers-Vif (RD 520C).
  • Les caves de Chartreuse, à Voiron
  • La ferme de Plantimay, à Saint-Joseph-de-Rivère (fromages fermiers, produits régionaux…)
  • La chocolaterie Sandrine Chappaz, à Saint-Laurent-du-Pont

 

ZOOM

 

> VOUS AVEZ DIT SENSIBLE ?

La Chartreuse abrite une biodiversité exceptionnelle. Pour la préserver, six zones de protection ont été créées par le Département et le parc naturel régional.

Si la réserve naturelle des Hauts de Chartreuse n’est accessible qu’à pied, les espaces naturels sensibles du bois de la Bâtie, à Saint-Ismier, du marais de Montfort, à Crolles, du col du Coq, à Saint-Pancrasse, du marais des Sagnes, au Sappey-en-Chartreuse, et des tourbières de l’Herretang, à Saint-Laurent-du-Pont, sont faciles d’accès. Ouverts toute l’année, ils offrent une variété de milieux : alpages, forêts alluviales, marais tourbeux et quelques surprises.

Comme aux tourbières de l’Herretang, où le Département a restauré l’ancienne tuilerie Rully-Barral-Jay. Ce lieu encore peu connu mérite de s’y attarder.

Ne serait-ce que pour découvrir la fabrication des tuiles avant de repartir vers de nouvelles aventures chartrousines.

 

LA CHARTREUSE EN IMAGES

Le fort du Saint-Eynard, au Sappey-en-Chartreuse, offre un panorama exceptionnel sur Grenoble et les vallées du Drac et de l’Isère. En arrière-plan, Chamechaude et la dent de Crolles.
Le belvédère de Bellevue, à Voreppe, est accessible à pied depuis le monastère de Chalais. Vue imprenable !
La résurgence du Guiers-Mort, accessible depuis Saint-Pierre-de-Chartreuse et le hameau de Perquelin.
Depuis l’intérieur de la grotte.
Dans les gorges du Guiers-Mort, sur la RD 520B, un sentier vous conduit sur les traces des pères chartreux du pont Saint-Bruno jusqu’au pic de l’Œillette. Ici, le pont Pérent construit vers l’an 1500.
Le Guiers-Mort en passe d’obtenir le label « Site rivières sauvages ».
Vue aérienne de Saint-Pierre-de-Chartreuse.À Saint-Joseph-de-Rivière, la cascade de la Pisserotte, et ses 64 mètres de hauteur, dévale de la Grande Sure.
Vue aérienne de Saint-Pierre-de-Chartreuse.
Vue aérienne du monastère de La Grande-Chartreuse.
L’église de Saint-Hugues-de-Chartreuse qui abrite le musée d’Art sacré contemporain.
Saint-Laurent-du-Pont et son église Saint-Bruno.
Saint-Laurent-du-Pont et son hôpital fondé par les Chartreux en 1892.
Le col du Coq, un espace naturel sensible du Département.
La tourbière de l’Herretang à Saint Joseph-de-Rivière, un autre espace naturel sensible du Département.
Publié le : 
03 mars 2019