L'ISÈRE

SANS SIDA ?

Santé

À l’horizon 2030, le sida devrait avoir disparu de notre région. Tous les acteurs du Comité de coordination régionale de lutte contre le VIH (Corevih), dont le Département de l’Isère, s’y sont engagés.. Quelle est leur stratégie ? 

Par Annick Berlioz
Crédit photo : F. Pattou

 

  • Le docteur Olivier Épaulard, professeur d’infectiologie au CHU de Grenoble et président du Corevih Arc alpin, veut faire disparaître le sida des Alpes d’ici à 2030.

Le docteur Olivier Épaulard, professeur d’infectiologie au CHU de Grenoble et président du Corevih Arc alpin, veut faire disparaître le sida des Alpes d’ici à 2030.

 

“Nous disposons aujourd’hui de traitements performants qui ont peu d’effets indésirables et évitent aux patients porteurs du VIH d’arriver jusqu’au stade sida. Pour les personnes non infectées, il existe des médicaments qui protègent du virus et empêchent la contamination”, explique Olivier Épaulard, professeur d’infectiologie au CHU de Grenoble et président du Corevih Arc alpin.

Son ambition, faire disparaître le sida des Alpes et les cas d’infection d’ici à 2030 et réduire à zéro le nombre de décès liés au virus. Trois départements sont concernés : l’Isère, la Savoie et la Haute-Savoie.

Même si la science avance, il n’existe pour l’heure aucun vaccin ni médicament capable d’éliminer complètement le virus. En France, 150 000 personnes vivent encore avec le VIH, dont 25 000 ignorent qu’elles sont contaminées.

 
 

> LE DÉPARTEMENT PARTENAIRE DU COMBAT

 

Pour relever ce défi, le Corevih Arc alpin a décidé d’activer plusieurs leviers : développer le recours au dépistage, traiter le plus précocement possible les personnes infectées, intensifier l’information et lutter contre les discriminations. Le Département de l’Isère fait partie des principaux partenaires de ce combat.

“La lutte contre le sida est un enjeu de santé publique. Nous gérons trois centres d’information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD), qui proposent des tests de dépistage du VIH de façon anonyme et gratuite. Notre objectif est de toucher davantage de personnes à risques ou ayant un doute après un rapport sexuel non protégé”, explique Magali Guillot, vice-présidente du Département déléguée à la santé.

En 2018, près de 7 500 personnes se sont rendues dans un CeGiDD. “Nous savons que le dépistage est l’une des armes les plus efficaces pour enrayer l’épidémie. Par ailleurs, lorsqu’une personne infectée est traitée, elle n’est plus contagieuse même sans préservatif. D’où la nécessité de répondre à toutes les demandes”, précise Marianne Hauzanneau, chef de service prévention santé publique au Département.

Ce dernier veut aussi s’attaquer aux autres infections sexuellement transmissibles (IST). Outre l’activité dépistage, les CeGiDD sont des lieux où l’on peut aborder sa sexualité dans sa globalité. Ils ont aussi un rôle-clé dans le traitement des IST.

“Notre volonté est de proposer le dépistage combiné contre le VIH, les hépatites virales et les IST : facteurs de risque pour la transmission du virus”, poursuit Marianne Hauzanneau. Distribution gratuite de préservatifs, traitement des IST (gonocoque, chlamydia…), prescription et suivi du traitement prophylactiques anti-VIH (Prep), vaccination contre les hépatites virales A et B et le papillomavirus, tous les moyens de prévention sont mis à disposition.

 

 REPÈRES 
 

  • 15 % des personnes infectées par le VIH ne connaissent par leur statut sérologique.
  • 7 nouveaux cas de VIH sont pris en charge chaque mois en Isère, Savoie et Haute-Savoie.
  • Entre 2012 et 2017, le nombre d’IST (syphilis, gonocoque, chlamydia) a été multiplié par 8.

 

Contacts

  • CeGIDD de Grenoble : Centre départemental de santé – 23, avenue Albert-Ier-de-Belgique ; 04 76 12 12 85.   
  •  CeGIDD, antenne de Vienne : 10, rue Albert-Thomas ; 04 81 34 00 50.        
  •  CeGIDD, antenne de Bourgoin-Jallieu : Maison du Département – 18, avenue Frédéric-Dard – parc des Lilattes ; 04 26 73 05 08. 

 

Pour en savoir plus

 

OBJECTIF ZÉRO CONTAMINATION EN ISÈRE, SAVOIE, HAUTE-SAVOIE D'ICI 2030

 
Publié le : 
03 mars 2019