APPEL

À VOLONTAIRES...

Citoyenneté

Le service départemental d’incendie et de secours de l’Isère recrute actuellement des sapeurs-pompiers volontaires pour renouveler ses effectifs. Il cherche aussi à diversifier les profils et souhaite notamment attirer davantage de femmes. Pourquoi pas vous ?

Par Richard Juillet

 

En France, mais aussi dans nombre de pays européens, comme l’Allemagne, l’Italie ou encore les Pays-Bas, l’engagement volontaire constitue la base de notre modèle de secours d’urgence.

En Isère, on compte ainsi 4 200 sapeurs-pompiers volontaires pour 827 sapeurs-pompiers professionnels et 250 personnels administratifs, techniques et spécialisés, répartis aussi bien en ville que dans les territoires les plus reculés. Un rapport de un à quatre qui fonctionne parfaitement tant que les effectifs sont suffisants et qu’ils permettent aux équipes d’intervenir selon les codes de procédure.

“Dans une société jugée de plus en plus individualiste, les contraintes de l’engagement sont moins acceptées que par le passé. D’autant qu’en parallèle le nombre des interventions bat des records d’année en année, avec de plus en plus de missions à caractère social. En Isère, le nombre d’interventions est passé de 69 092 en 2016 à 81 190 l’an passé ! L’engagement des volontaires est donc indispensable pour garantir notre sécurité aux côtés des sapeurs-pompiers professionnels”, explique Jean-Claude Peyrin, président du conseil d’administration du Sdis de l’Isère.

 

> SERVIR SA COMMUNAUTÉ

 

Pour garantir une continuité de service, diversifier les profils et fidéliser l’engagement, le Sdis de l’Isère a lancé, à l’automne dernier, une importante campagne de sensibilisation intitulée « #Tous volontaires », où des sapeurs-pompiers volontaires, comme Pierrick, 20 ans, boucher-charcutier, Aurore, 27 ans, esthéticienne, ou encore David, 38 ans, professeur d’université, font part de leur vécu et surtout réfutent quelques clichés bien ancrés : “Le sapeur-pompier tout en muscles, oui, ça existe, mais une bonne condition physique suffit, expliquent-il.

Autre grief : “C’est chronophage.” Certes, les services départementaux d’incendie et de secours doivent être aujourd’hui le dernier service public ouvert 24 h/24 et 7 j/7, mais là aussi les pratiques ont évolué. Les Sdis se sont mis à la place des engagés volontaires et tiennent compte désormais de leurs impératifs dans l’élaboration des plannings. Étudiante, Pauline donne ainsi quelques heures par semaine sans que son engagement soit préjudiciable à ses études. “Au contraire, j’ai trouvé une ambiance, du soutien, une famille”, se réjouit-elle.

Pour devenir volontaire, il faut avoir entre 16 et 60 ans, jouir de ses droits civiques, être en bonne condition physique et médicale mais surtout avoir l’idée de se rendre utile au bénéfice des autres. “On peut être tenté d’aller sauver les baleines au bout du monde alors que parfois, c’est tout simplement au bout de sa rue que l’on a besoin de vous”, concluent-ils.

 

Sdis38

 

 

 REPÈRES 

 

> LE SDIS 38 EN CHIFFRES*

  • Budget : 121 millions d’euros, dont 54,15 millions financés par le Département de l’Isère.
  • Effectifs :
    • 4 200 sapeurs-pompiers volontaires
    • 827 sapeurs-pompiers professionnels
    • 250 personnels administratifs, techniques et spécialisés
  • Véhicules : 970 
  • Casernes : 113
  • Interventions : 81 190, dont 82 % secours à victime, 9 % incendies, 8 % opérations diverses, 1 % risques technologiques.
  • Visites préventives : 1 079 (immeubles, centres commerciaux, structures d’accueil pour personnes âgées, crèches, salles de spectacle…)

* 2018

 ZOOM 

 

> APPRENEZ LES GESTES QUI SAUVENT

 

Depuis 2016, pour éduquer les citoyens à la prévention et au secourisme, le Sdis 38 propose tous les premiers samedis du mois une initiation aux gestes qui sauvent dans dix de ses casernes.

Au programme : position latérale de sécurité, massage cardiaque ou utilisation du défibrillateur… L’an passé, 1 700 Isérois ont participé à ce programme gratuit.

 

Inscriptions

 

Publié le : 
05 mai 2019