PAS DE VACANCES

POUR LES CAMPINGS !

Economie

L’hôtellerie de plein air ne s’est jamais aussi bien portée en Isère, avec de nouveaux hébergements et des services qui séduisent les touristes de proximité ou les cyclotouristes.

Par Véronique Granger

Le camping du Buisson, dans le massif de Belledonne.
 

L’image du camping synonyme de vacances au rabais où l’on partage toile de tente, matelas gonflable, partie de pétanque et douche collective, c’est fini ! Aujourd’hui, l’« hôtellerie de plein air » rime de plus en plus avec confort, voire avec luxe et glamour – du camping au « glamping » – tendance écolo-chic avec salon, cuisine équipée et salle de bains privative !

Pods (dômes en bois avec terrasse), kotas (petits chalets en hexagone), lodges ou bivouacs sur pilotis (avec garage à vélos), doubles mobile homes « spécial familles » recomposées : chaque année, les gestionnaires de campings investissent dans des hébergements toujours plus cosy et étoffent leur offre de services.

“Cette montée en gamme répond à la demande de nos clients, justifie Franck Perron, président départemental de la Fédération Rhône-Alpes de l’hôtellerie de plein air. Notre capacité d’adaptation, c’est notre force !”

Le nombre des habitations légères de loisirs, selon l’observatoire d’Isère tourisme, a été ainsi multiplié par deux et demi en dix ans, pour constituer aujourd’hui près de la moitié de la fréquentation.

“On continue bien sûr de louer des emplacements nus pour les campeurs purs et durs, notamment la clientèle nordique, poursuit Franck Perron. Mais quoi qu’il en soit, nous allons vers plus de confort. Les emplacements s’agrandissent, on rénove et on multiplie les sanitaires, on installe le wi-fi, une piscine couverte… Et on peut même faire les lits et le petit déjeuner, comme à l’hôtel !”

Lui-même gérant du camping du lac de Valbonnais, entre Oisans et Matheysine, a ainsi ajouté pour cette saison une salle de massage et une esthéticienne à sa gamme de prestations traditionnelles.

Pour beaucoup, c’est un moyen de conquérir une nouvelle clientèle et d’élargir la saison. Situés sur le parcours de la ViaRhôna et de la route verte des Hollandais, près de Crémieu, Alain et Bénédicte Cochet, à la Ferme des Épinettes, ont investi dans des lodges et des cabanes à vélos sécurisées, pour capter les cyclotouristes itinérants.

“Quand on vient de faire 30 kilomètres à vélo, on n’a pas forcément envie de monter la tente ! On propose aussi une restauration sur place, pour éviter à nos clients d’avoir à bouger après la douche.”

Avec 12 chalets et trois mobile homes, ce camping, parmi les rares ouverts toute l’année en Isère, peut aussi accueillir des employés de l’aéroport de Saint-Exupéry ou de la plateforme logistique de Saint-Quentin-Fallavier, qui profitent du calme et du cadre verdoyant.

 

> UNE ACTIVITÉ OÙ IL FAUT INVESTIR TOUS LES ANS
 

Grâce à sa nouvelle piscine couverte avec balnéo (500 000 euros d’investissement), le camping Le Coin tranquille, aux Adrets, s’affirme quant à lui comme une destination à part entière.

“Nous sommes en pleine campagne dans les Vals du Dauphiné, une région qui n’a pas encore de réelle notoriété. Cet équipement est un déclencheur de réservations. On en ressent déjà les effets”, se réjouit sa gérante, Martine Vallon.

En altitude, où les nuits sont vite fraîches, l’enjeu est aussi de rallonger la saison avec des touristes de proximité. Sur les hauteurs de Saint-Martin-d’Uriage, dans le massif de Belledonne, le Camping du buisson séduit désormais des clients lyonnais et même grenoblois avec ses yourtes grand luxe de 40 mètres carrés tout équipées, avec jacuzzi privatif et vue imprenable sur le Vercors. “Les gens viennent ici vivre une expérience en pleine nature dans un cadre d’exception”, affirme le gérant, Jean-Luc Gainon.   

Ces efforts sont payants : depuis dix ans, l’hôtellerie de plein air fait de plus en plus d’adeptes. Un séjour en camping répond aussi à des préoccupations écologiques toujours plus prégnantes : “Le tri sélectif, les économies d’eau et les énergies renouvelables font partie de notre quotidien depuis longtemps”, conclut Franck Perron.

 

EXTÉRIEUR, INTÉRIEUR : LES CHARMES DU CAMPING

Les yourtes du Camping du buisson, avec leur jacuzzi extérieur.
Les yourtes du Camping du buisson, avec leur jacuzzi extérieur.
Les yourtes du Camping du buisson, avec leur jacuzzi extérieur.
Le camping des Epinettes à Saint-Romain-de-Jalionas propose des cabanes sur pilotis, des chalets et des bungalows toile et bois.
Le camping des Epinettes à Saint-Romain-de-Jalionas propose des cabanes sur pilotis, des chalets et des bungalows toile et bois.
Le camping des Epinettes à Saint-Romain-de-Jalionas propose des cabanes sur pilotis, des chalets et des bungalows toile et bois.
Ambiance safari avec le lodge Kenya développé par Trigano.
Le camping Le Coin tranquille, aux Adrets, a investi dans une piscine couverte avec balnéo.
Le camping Belle Roche à Lalley dans le Trièves est équipé de Pod et de lodges en toile.
Le camping Belle Roche à Lalley dans le Trièves est équipé de Pod et de lodges en toile.
Le camping Belle Roche à Lalley dans le Trièves est équipé de Pod et de lodges en toile.

ZOOM

 

 >   DIX HÉBERGEMENTS DE CAMPING INSOLITES EN ISÈRE

 

  • Camping du Buisson : une yourte alpine tout confort avec vue sur la montagne et jacuzi, au-dessus d’Uriage (Belledonne)
  • Le Régnière : la maison du vicomte parvenu, du chevalier kleptomane et de la princesse perchée, à Villette-d’Anthon en Nord-Isère
  • Le Bois de Cornage : le « Coco sweet », une drôle de roulotte, près de Vizille (agglomération grenobloise)
  • Les Quatre Chemins : une tente tipi trappeur dans une ferme équestre à Chichiliane (Trièves).
  • Ferme Rony : un tipi à la ferme à Saint-Nizier-du-Moucherotte, avec table d’hôte tout bio (Vercors)
  • Accueil Paysan : une roulotte à la ferme au pied du Mont- Aiguille (Trièves)
  • AbracadaRoom : un bulle au milieu des brebis, à Assieu (près de Vienne)

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

infographie-camping-iseremagcbfouquet.jpg

 

Publié le : 
05 mai 2019