Ça s'explique

Ça s'explique

79% DES ISÉROIS SATISFAITS DES ACTIONS DU DÉPARTEMENT DE L'ISÈRE

 

Le Département de l’Isère a fait réaliser par l’Ifop, début février, une étude d’évaluation* sur ses actions et ses projets. Décryptage avec Jean-Pierre Barbier, président du Département.

Par Richard Juillet

Jean-Pierre Barbier, président du Département de l’Isère.

 

Isère Mag : Pourquoi avoir fait réaliser une enquête d’évaluation sur les actions du Département ?

Jean-Pierre Barbier : Évaluer, n’est-ce pas la chose la plus évidente qui soit quand on met en œuvre des politiques publiques au service des habitants et d’un territoire ? Cela fait partie des outils de management modernes qu’une collectivité comme un Département se doit de mettre en œuvre.

L’actualité nous conforte dans ce choix. Nos concitoyens demandent des comptes et des résultats. Il est de notre responsabilité de savoir si les actions du Département sont en phase avec les attentes des Iséroises et des Isérois et, surtout, si elles répondent à leurs priorités. Les résultats de cette enquête sont sans ambiguïté et nous incitent à continuer dans la direction que nous avons prise. Lorsque 79 % des personnes interrogées sont satisfaites de l’action du Département de l’Isère, il y a de quoi se réjouir !

 

I. M. : Quels sont les principaux points de satisfaction que vous avez retenus ?

J.-P. B. : Je constate que des actions, comme la gratuité des transports scolaires dans le périmètre du réseau départemental, la mise en place du plan de relance de 100 millions d’euros pour soutenir l’économie locale, la création de plusieurs centaines de places en établissement pour les personnes âgées et les personnes handicapées ou la remise en exploitation du Petit Train de La Mure, sont largement plébiscitées par les Isérois avec un taux de satisfaction qui oscille entre 82 et 92 %.

Sans oublier les 221 millions d’euros que nous investissons pour rénover les collèges afin de permettre aux jeunes isérois d’étudier dans des conditions optimales. Nous ne nous sommes pas trompés sur notre diagnostic comme d’ailleurs sur les projets que nous menons actuellement.

 

I. M. : C’est-à-dire ?

J.-P. B. : Pour d’obscures raisons dogmatiques, cela fait plusieurs mois que nous sommes injustement attaqués sur des projets qui touchent à la dignité de la personne et à l’attractivité de notre département.

Lorsque j’observe que 73 % des Isérois interrogés sont favorables au principe de réciprocité qui consiste à donner un peu de son temps à une association lorsqu’on perçoit une aide sociale, je me dis que cette mesure n’est absolument pas perçue comme discriminante. Au contraire. C’est montrer aux bénéficiaires d’aides sociales que l’on a besoin d’eux, valoriser leur savoir-faire et préserver leur dignité.

Quant au projet de mise à deux fois trois voies de l’A480 à Grenoble et à l’aménagement du Rondeau qui apparaît aussi dans cette enquête, je ne suis pas surpris par les 80 % d’opinions favorables qu’il suscite. Il faut se mettre à la place de l’artisan qui doit quotidiennement emprunter cet itinéraire embouteillé ou de l’usager en transit exaspéré par les difficultés d’accès à Grenoble. Pour notre majorité, cette enquête démontre que tous les voyants sont au vert.

 

* Enquête Ifop réalisée du 8 au 12 février 2019 auprès d’un échantillon de 803 personnes, représentatif de la population de l’Isère âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par canton.

L’ensemble de l'étude est téléchargeable en ligne sur le site du Département

 

 

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

1_page_rapport_detude_des_actions_du_depart_isere-v2_2.jpg

 

Publié le : 
05 mai 2019