TRÈS HAUT DÉBIT :

LA FIBRE POUR TOUS !

Dossier

 

Raccorder 100 % des Isérois à l’Internet très haut débit d’ici à 2024 via un réseau de fibre optique qui couvrira l’ensemble du territoire. C’est l’engagement pris par le Département à la fin 2016 avec son projet « Isère THD ». Ce chantier de 560 millions d’euros est le plus gros chantier de la mandature.

C’est aussi le réseau d’initiative publique départemental le plus important de France. Soit 450 000 prises à rendre raccordables, 2 500 kilomètres de fibre optique à déployer, essentiellement sous terre, et 109 bâtiments techniques à construire pour installer les nœuds de raccordement et ainsi desservir 475 communes. Du jamais-vu !

Après une phase d’études, le projet entre en production industrielle. Patience donc, la fibre va arriver peu à peu chez vous ! L’enjeu est d’éviter une fracture numérique entre urbains connectés et ruraux. Avec, à la clé, l’attractivité économique et touristique de l’Isère.

Par Annick Berlioz et Véronique Granger

Huit ans de chantier : ce n’est pas si long ! En comparaison, il a fallu 30 ans pour installer le réseau téléphonique partout en France et 40 ans pour électrifier la France. 

 ISÈRE THD : UN PROJET D'ENVERGURE

 

Le déploiement de la fibre passe à la vitesse supérieure en Isère au rythme de 80 000 nouvelles prises construites par an. À la clé, la possibilité d’un débit illimité !

Le tout premier abonné professionnel avait été raccordé en mars dernier à Villefontaine. D’ici à quelques semaines, ce sont les 20 000 habitants de la ville nouvelle qui vont pouvoir bénéficier des avantages du très haut débit (THD) grâce au réseau de fibre optique du Département.

Au rythme de 80 000 nouvelles prises raccordables par an, 300 000 logements et locaux professionnels (soit 70 % des Isérois) à la fin 2021 et 450 000 en 2024 seront équipés pour pouvoir échanger de gros fichiers, regarder la télévision en très haute définition et accéder à toutes sortes de services en ligne…

Tout cela à un prix accessible – les premières offres tournent autour de 30 euros par mois et de moins de 100 euros pour des abonnements professionnels.

Un doux rêve pour tous ceux (encore nombreux) qui ne disposent même pas d’un débit suffisant pour remplir leur déclaration d’impôts en ligne ! Mais tout est allé très vite.

 

>  LE RESEAU CUIVRE ADSL AURA BIENTÔT ATTEINT

SES LIMITES

“En 2010, une capacité de 4 mégabits par seconde était excellente. Il faut aujourd’hui un minimum de 30 mégabits par seconde pour se raccorder à un service TV+Internet+téléphone avec une box adaptée afin de profiter confortablement de ses équipements”, reconnaît Lionel Recorbet, président de SFR Collectivités.

Si l’on arrive aussi à un bon débit en boostant le réseau de cuivre téléphonique ADSL, ses limites seront bientôt atteintes. Entre la multiplication des écrans et des objets connectés à domicile (assistant vocal, radiateur intelligent, robot culinaire…), et l’arrivée de nouveaux services en ligne (télétravail, télémédecine, e-administration…), le volume de données numériques qui transite via les réseaux va continuer d’augmenter de façon exponentielle.

D’où le choix du Département de l’Isère de construire un réseau 100 % fibre optique. Avantage, son potentiel est illimité : ce fil transparent plus fin qu’un cheveu transporte les informations à la vitesse de la lumière.

L’inconvénient, c’est qu’il faut reconstruire entièrement un réseau de 2 500 kilomètres de câbles, essentiellement sous terre, auxquels s’ajouteront 10 000 kilomètres de réseau secondaire pour arriver au pied des bâtiments.

Ces câbles passeront ensuite par 109 nœuds de raccordement optique (NRO), des locaux techniques où le signal optique sera réparti par chacun des opérateurs exploitants entre ses abonnés.

Après une phase d’étude et d’échanges avec les communautés de communes pour choisir les bonnes implantations, le chantier bat son plein partout en Isère. “Nous mobilisons 250 personnes sur le terrain”, confirme le patron d’Isère Fibre, délégataire du Département.

Pour augmenter la voilure, il faudrait également plus de personnes formées à ces métiers d’avenir. Une opportunité pour les publics en insertion : les formations mises en place avec la Région n’exigent pour la plupart aucune qualification de départ.

 

 LE CHANTIER THD EN VIDÉO 

 

Damien Michallet, vice-président du Département délégué à l’aménagement numérique.

 
 

>  “UN CHOIX D'AVENIR ET DE COHÉSION TERRITORIALE”

 

Isère Mag : Pourquoi avoir fait le choix du « tout fibre optique » – qui nécessite un plus gros et plus long chantier que d’autres technologies, comme la 4G ?
 

Damien Michallet : La fibre est un choix d’avenir et de cohésion territoriale. Elle offre des transmissions plus rapides et plus stables même sur de longues distances, avec un potentiel illimité : on peut télécharger des films et de gros fichiers en quelques secondes. La 4G mobile est une alternative pour ceux qui se déplacent beaucoup, mais c’est un réseau complémentaire. Le déploiement de la 4G et de la 5G nécessite également que les antennes soient raccordées régulièrement à la fibre optique. Il faut donc mailler le territoire.

En Isère, nous souhaitons que tous, particuliers, entreprises et collectivités, aient accès au même service, en ville ou en zones rurales. Pour mémoire, sans l’intervention du Département, seulement 46 communes – une partie de la Métro, Vienne Condrieu agglomération, Bourgoin-Jallieu et Voiron – auraient été raccordées.

L’objectif d’une couverture à 100 % en 2024 peut paraître long. Mais il faut construire un tout nouveau réseau. Et nous aurons ensuite une longueur d’avance. Rappelons aussi que, sous l’ancienne majorité, en 2015, l’Isère était très en retard, avec un projet plus onéreux et une livraison prévue en 2027 !

 

I. M. : Quels sont les enjeux de ce chantier ?

D. M. : Ils se mesurent en termes d’attractivité, de compétitivité de nos entreprises, d’attrait touristique ! Et plus aucune entreprise ne veut s’implanter là où il n’y a pas de débit. Le télétravail, la télémédecine se développent. Pour nos collectivités, cette transition va aussi permettre de développer des politiques ambitieuses, comme le plan numérique de l’éducation dans les collèges isérois, le projet IsèreAdom, pour le maintien à domicile des anciens…

 

Ils sont tous mobilisés pour la fibre !

Patrick Dumontroty, responsable réseaux à l’Institut de radio-astronomie millimétrique, à Saint-Martin-d’Hères

chantal-carlioz-iseremagcf.pattou.jpg

 

> IL DISPOSERA D'UNE LIGNE OPTIQUE DE 10 GIGABITS PAR SECONDE

 

Fondé en 1979 par le CNRS (France) et la société Max-Planck (Allemagne), l’Iram est un institut de recherche international qui se consacre à l’exploration de l’univers.

Il gère l’observatoire Noema sur le plateau de Bure, dans les Hautes-Alpes, et le télescope de 30 mètres au Pico Veleta, en Espagne. En trente ans, la puissance de calcul et la qualité des images obtenues se sont démultipliées… tout comme le volume de données à traiter !

“Des chercheurs du monde entier viennent ici, à Grenoble, pour les analyser, précise Patrick Dumontroty. Avec un débit de 20 mégabits par seconde avec l’observatoire Noema, ça devenait très compliqué ! Grâce au réseau Isère THD et aux infrastructures déployées avec le Département, la Métro et la Région Paca, nous disposerons d’une liaison optique de 10 gigabits par seconde sur 160 kilomètres avec le plateau de Bure pour les traiter en temps réel !”  

Lionel Recorbet, PDG de SFR Collectivités, président de Isère fibre

lise-dumasy-iseremagcuga.jpg
 

> IL PILOTE LE PLUS GRAND CHANTIER DÉPARTEMENTAL DE FRANCE

 

En décembre 2016, le Département a confié à SFR Collectivités le déploiement de son réseau de fibre optique auprès de tous les habitants.

Sa filiale Isère Fibre est l’interlocuteur des élus locaux, des syndics ou des bailleurs, qui doivent anticiper un certain nombre de démarches pour être raccordés.

Pour l’opérateur national, ce chantier est le plus grand de France, avec des enjeux majeurs d’aménagement du territoire : “Il s’agit de poser une ligne de fibre optique partout où il y a une ligne de cuivre, soit 10 000 kilomètres de réseau à déployer en huit ans : cela peut paraître long quand on n’a même pas un débit acceptable. Mais c’est un temps record, comparé aux trente ans qu’il aura fallu pour installer le téléphone en France !” rappelle Lionel Recorbet.

SFR s’est engagé à livrer 80 000 nouvelles prises par an : “Après une phase d’études, notre usine de production tourne à plein régime !”

 

Dominique Savignon, agent du Département

marie-dorin-iseremagcdr.jpg

 

> IL INSTALLE LA FIBRE EN ISÈRE
 

“La fibre optique est un fil de verre aussi fin qu’un cheveu. Le nœud de raccordement optique (NRO) est le cœur du réseau. Depuis ce local technique, partent des milliers de câbles vers les abonnés.

Mais avant d’en arriver là, plusieurs opérations doivent être effectuées : faire passer les câbles par les infrastructures souterraines, c’est-à-dire les fourreaux du réseau. Il faut ensuite tirer la fibre jusqu’au domicile de chaque abonné.

Ma mission consiste à trouver le meilleur chemin entre le NRO et les futurs abonnés. S’ajoutent de nombreuses démarches administratives avant les travaux, dont les demandes d’autorisation aux gestionnaires de voirie”, explique Dominique Savignon.

Depuis mars 2018, cet agent du Département facilite le déploiement du THD dans trois territoires isérois : Bièvre-Valloire, Roussillonnais et, très bientôt, le Sud-Grésivaudan. Il a été choisi pour son expérience et sa bonne connaissance du terrain. Il est passionné par son métier.

Juliette Jarry, vice-présidente de la Région Auvergne-Rhône-Alpes déléguée aux infrastructures, à l’économie et aux usages numériques

florence-lambert-liten-iseremagcf.pattou.jpg

 

> ELLE SE MOBILISE POUR LA FORMATION
 

“La Région a saisi très tôt les enjeux en matière de formation pour le déploiement de la fibre optique sur notre territoire : plus de 300 places de formation, réparties entre tous les départements, ont été financées en 2018, et cette opération devrait être reconduite”, souligne Juliette Jarry.

La Région est aussi impliquée financièrement dans le projet Isère THD à hauteur de 82,5 millions d’euros jusqu’en 2026 : “C’est le projet le plus important et le plus ambitieux à l’échelon départemental”, poursuit la vice-présidente.

Pour elle, les enjeux se situent autant en matière d’aménagement du territoire que de développement économique et de nouveaux usages citoyens dans les domaines de la santé, de l’éducation, avec de nombreux projets dans les établissements scolaires notamment.

 

Cathy Biasini, directrice générale de Biasini, à Eybens

philippe-girardon-iseremagcf.pattou.jpg

 

> ELLE CONSTRUIT LES NRO
 

“En 2017, nous avons été retenus par le Département parmi les entreprises chargées de développer le THD en Isère. Notre mission, construire les bâtiments techniques où convergent tous les câbles et équipements.

Pour nous, c’est une très grande satisfaction. Notre personnel est compétent, réactif et performant. Des salariés ont été formés en interne pour répondre à toutes les contraintes du chantier, notamment en termes de délais”, explique Cathy Biasini, à la tête de Biasini, à Eybens, une entreprise de travaux publics de 49 salariés.

“Actuellement, 11 NRO ont été bâtis par notre société et une dizaine d’autres sont en cours de construction. Je suis fière de participer à ce projet qui va apporter un très grand confort de vie et de travail à notre entreprise et à tous les abonnés isérois.”

 

Samir Hassani, gestionnaire de copropriétés

patrice-rilly-fresenius-vial-iseremagcm.major.jpg

 

> IL FAIT SIGNER LES CONVENTIONS
 

“La loi instaure un droit au très haut débit, comme il existe un droit à l’antenne, auquel le propriétaire ne pourra pas s’opposer.
 
Par ailleurs, elle prévoit l’encadrement des relations entre propriétaires et opérateurs en matière d’installation, d’entretien et de remplacement des lignes. À ce titre, lors des assemblées générales de copropriété, nous devons mettre à l’ordre du jour les demandes d’autorisation pour faire passer la fibre dans les immeubles”, rappelle Samir Hassani, gestionnaire de copropriétés à la régie Bochard qui gère 44 copropriétés correspondant à 1 200 logements sur le Nord-Isère.
 
“Aujourd’hui, l’ensemble de nos copropriétés ont voté les autorisations nécessaires au déploiement du THD. Mais il faudra compter entre huit et douze mois avant de pouvoir y avoir accès. D’autres opérations sont nécessaires, comme la validation des plans de câblage, l’installation des boîtiers et le déploiement de la fibre dans les parties communes.”

 

Cécile Rocca, maire de Bernin

jean-souchal-poma-iseremagcf.pattou.jpg

 

> ELLE REND LA FIBRE ACCESSIBLE SUR SON TERRITOIRE
 

“Dans la vallée du Grésivaudan, le déploiement du THD est en bonne voie. Depuis quelques années, les communes profitent des chantiers engagés sur les réseaux souterrains pour implanter les fourreaux.

Pour la partie investissement, la communauté de communes du Grésivaudan finance le projet à hauteur de 781 000 euros par an sur huit ans”, explique Cécile Rocca, maire de Bernin, et déléguée au numérique à la communauté de communes du Grésivaudan

“Le THD est très attendu par les entreprises et les habitants. À Bernin, la fibre sera accessible fin 2019. Les enfants des écoles pourront ainsi accéder à de nouveaux outils pédagogiques numériques. Mais tout le monde doit pouvoir bénéficier de ce progrès.

Pour cela, le Grésivaudan a engagé une politique d’inclusion qui se déploie dans toutes les communes volontaires : un point numérique sera mis en place dans les mairies, qui le souhaitent avec un salarié ou un bénévole chargé de renseigner les usagers.”

Anatole Morand, salarié en alternance chez ERT

 

thd-anatole-morand-iseremagcf.pattou_0.jpg

> IL SE FORME À L'INSTALLATION DU THD
 

Titulaire d’un CAP de peintre automobile, Anatole Morand, 31 ans, a travaillé comme livreur de meubles puis comme cordonnier en cogérance avant de se retrouver au chômage pendant un an.

En mars dernier, il postule pour un contrat en alternance comme technicien réseaux chez ERT technologie, entreprise chargée par le délégataire de service public du Département (la société Isère Fibre) de déployer la fibre optique et le très haut débit en Isère.

“J’ai d’abord suivi une formation de trois mois à l’Afpa [Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes] de Pont-de-Claix, où j’ai appris les rudiments du métier. Derrière, j’ai signé un contrat de professionnalisation d’un an, qui pourra déboucher sur un CDI si je donne satisfaction.

Ce métier demande beaucoup de qualités, comme la patience et la minutie. Selon les opérateurs, nous devons gérer différentes situations. C’est aussi un secteur très prometteur en termes d’emploi.”

 

REPÈRES

 

>  CINQ QUESTIONS QUE VOUS VOUS POSEZ 

 

1/ Qu’est-ce que le très haut débit ?

C’est la quantité de données numériques susceptible d’être transportée par seconde sur un support (fil de cuivre, fibre optique), exprimée en bits.

Aujourd’hui, on parle de très haut débit (THD) à partir 30 mégabits par seconde. Mais il peut atteindre déjà 1 gigabit par seconde (soit 1 000 mégabits) en offre grand public.
 

2/ Comment savoir si je peux avoir le THD dans ma commune ? 

Dans les prochains jours, Isère Fibre, délégataire du Département (filiale de SFR Collectivités), mettra à disposition des usagers une carte interactive de l’Isère permettant de connaître l’éligibilité de chacune des communes sur son site isere.fr. Vous pouvez aussi consulter le site iserethd.fr
 

3/ Si ma commune est éligible, comment faire pour avoir la fibre ?

Appelez un fournisseur d’accès présent sur le réseau, qui viendra installer une prise de fibre optique chez vous (avec une box adaptée).
 

4/ Pourquoi est-ce si long ?

Il faut compter de six mois à deux ans et demi pour couvrir la totalité d’une commune. Une fois le réseau structurant construit, Isère Fibre doit tirer les câbles jusqu’à l’abonné. Il faut compter de trois à six mois entre cette dernière étape technique et la commercialisation.
 

5/ Quel sera le coût de raccordement ?  

L’accès à Internet n’est pas un service public obligatoire, comme l’eau ou l’électricité. Il est donc soumis aux lois de la concurrence. Le réseau Isère THD est ouvert à tous les fournisseurs d’accès Internet qui auront signé un contrat avec Isère Fibre, délégataire du Département. 

 

 

 

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

thd-carte-iseremagcb.fouquet.jpg

 

ZOOM

 

>  POURQUOI L'INTERNET ULTRA-RAPIDE VA CHANGER NOS VIES ?
 

L’e.santé

Téléassistance, télé-suivi médical, objets connectés, consultations médicales en ligne, carnet de vaccination électronique… de nombreux outils se développent grâce au numérique et deviendront plus accessible avec le THD.

L’e.éducation

Avec la généralisation du très haut débit, les élèves pourront accéder à de nouveaux outils pédagogiques nécessitant des fichiers encore plus volumineux.

D’autres innovations vont voir le jour, comme les « robots-lycéens », une technologie testée dans la Région Auvergne-Rhône-Alpes qui vise à remplacer l’élève en classe quand il est malade.

L’e-administration

D’ici à 2022, toutes les démarches administratives devront être dématérialisées. Le Département propose déjà des services en ligne comme la demande de l’APA (allocation personnalisée d’autonomie), le Pack rentrée, l’entrée en maison de retraite ou les demandes de subventions. Les particuliers, associations et entreprises pourront ainsi accéder plus facilement à leurs droits.
 

Les e.déplacements

Pour favoriser le covoiturage, le Département s’appuie sur le numérique, notamment à travers son site itinisère où l’on peut s’inscrire en ligne et trouver un conducteur. D’autres solutions innovantes permettent d’améliorer l’usage des transports en commun.
 
Ainsi, les cars ont été équipés d’une puce GPS permettant de connaître leur position exacte toutes les 20 secondes. Ces informations sont accessibles depuis n’importe quel Smartphone.
 

Le télétravail

Grâce au numérique, le télétravail se développe en France. Ce mode de travail, utilisant les outils de communication et diverses plateformes se substitue aux déplacements. Il est beaucoup plus économique et plus écologique pour le salarié comme pour l’employeur.
 

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

infographie_thd.jpg

Publié le : 
01 janvier 2019