ASSOCIATIONS

ILS S'ENGAGENT

Associations

ARAMIS LUTTE CONTRE LES CANCERS DU SANG 

Par Richard Juillet


Lymphome de Hodgkin, myélome multiple, splénomégalie myéloïde… Ces maladies ne vous disent peut-être pas grand-chose au regard d’affections plus connues, comme le cancer du sein, du poumon ou de la prostate.

Il s’agit pourtant bien de cancers également, des cancers du sang et de la moelle osseuse qui touchent près de 30 000 personnes en France.

À La Tronche, au CHU Grenoble-Alpes, l’Association pour la recherche sur les affections malignes en immunologie sanguine (Aramis), bataille ferme depuis trente ans pour faire avancer la recherche, former des praticiens et accompagner les malades vers la guérison.

“Elle a été créée en 1988 par le professeur Jean-Jacques Sotto pour développer l’allogreffe et les transplantations de moelle osseuse. À l’époque, les moyens étaient insuffisants pour greffer en milieu stérile. Aramis a donc levé des fonds pour acquérir, par exemple, des pyjamas stériles ou des épurateurs d’air, explique Sophie Park, professeure en hématologie et présidente d’Aramis.

Aujourd’hui, nous sommes plutôt tournés vers la recherche et nous aidons tous les projets qui ne peuvent être financés par les pouvoirs publics. Nous accompagnons aussi nos patients, de 800 à 1 000 nouvelles personnes chaque année, à contrôler leur maladie à travers des ateliers animés par des praticiens.”

L’association, qui compte aujourd’hui plus de 1 500 adhérents en région Rhône-Alpes, professionnels de santé, chercheurs ou anciens malades, organise régulièrement des événements festifs pour récolter des fonds et financer ses travaux.

Parmi les prochains rendez-vous : un stand gastronomique lors de la fête du 1er Mai à Saint-Sauveur et un concert le 29 juin avec les Musiciens du Louvre au prieuré de Chirens, en partenariat avec l’association des Amis du prieuré.

 

Contact : 04 76 76 70 37

Aramis38@chu-grenoble.fr

Plus d'infos

 

INFOGRAPHIE

 

> LES CANCERS DU SANG EN CHIFFRES

 

On estime à 30 000 le nombre de personnes touchées chaque année par un cancer du sang ou hémopathie maligne, dont :

  • myélome multiple, 5 000 patients
  • lymphome malin, 4 100
  • leucémie lymphoïde chronique, 4 500
  • leucémie aiguë myéloïde, 2 800
  • syndrome myélodysplasique, 4 100
  • syndrome myéloprolifératif, 2 000

 

LA POÉSIE POUR ASILE 

Par Véronique Granger


Les uns souffrent de pathologies psychiques et de la difficulté de vivre. Les autres sont des poètes reconnus comme Yvon Le Men, Antoine Choplin, Angèle Paoli ou Jean-Pierre Siméon...

Tous ont en commun l’amour des mots et de la parole adressée, avec le don de les faire sonner comme des notes de musique pour nous faire voyager au cœur du sensible, par-delà le quotidien.

Marie-Philippe Deloche, médecin psychiatre et poétesse, a réuni tous ces auteurs au sein de Fol Asile, une maison d’édition au statut associatif. « Pendant des années, j’ai animé des ateliers de poésie au sein d’un hôpital psychiatrique que je dirigeais à Grenoble. J’y ai beaucoup appris. Avec cette maison d’édition, nous offrons un asile à toutes ces voix singulières en leur donnant la possibilité de sortir des murs et de l’isolement », explique-t-elle.

Forte de 150 adhérents, l’association, basée à Grenoble, sort aujourd’hui son troisième recueil en un an, Et la nuit passera sans pouvoir nous réduire. Quatre jeunes auteurs et un dessinateur de la région y sont rassemblés.

Deux autres opus sont en préparation : Pâtes alphabet, sur l’oralité et la lettre et Pas l’un sans l’autre, qui réunira des œuvres réalisées à deux mains où chacun fait place à l’autre.

Si cela vous inspire, envoyez vos textes, dessins ou photos (noir et blanc) à Fol Asile, 7 rue de la Poste à Grenoble ou par mail : folasile@gmail.com.

 

Contact : 06 75 69 42 15

 

DES CLOWNS DANS LES MAISONS DE RETRAITE 

Par Annick Berlioz 


Aujourd’hui, c’est jour de fête à la maison de retraite de la Barre de Saint-Jean-de-Bournay. Séraphine, 97 ans, a des étoiles qui pétillent dans les yeux. Deux artistes clowns viennent d’entrer dans sa chambre pour l’inviter à danser.

Portée par Jaspir, une association créée en 2002 pour promouvoir la culture en milieu rural, cette animation vise à apporter un peu de joie dans les établissements pour personnes âgées.

“Concrètement, les clowns interviennent en binôme à raison de deux fois par mois durant un an. Tous sont des artistes professionnels formés aux actions en milieu hospitalier”, explique Fanny Michelon, salariée de Jaspir et coordinatrice du projet.

“Notre objectif est de rétablir du lien quand les fonctions cognitives sont devenues défaillantes ou que l’usage de la parole a été perdu, poursuit Michel Rousseau, directeur artistique. Nous ne sommes pas là pour proposer un spectacle, mais pour improviser autour d’une situation vécue. Par exemple, s’amuser avec le déambulateur ou jouer à cache-cache dans les couloirs.”

À chaque fois, les clowns travaillent en étroite concertation avec l’équipe soignante dans un souci de procurer un maximum de bien-être à la personne âgée.

Ainsi, si un résident est fatigué, ils lui entonnent une chansonnette dans l’oreille pour l’apaiser. Le bénéfice de ces interventions est unanimement reconnu. Jaspir recherche de généreux donateurs pour pouvoir les développer à plus grande échelle sur le pays saint-jeannais.

 

Contact : 04 74 79 51 67

fanny@jaspir.com

Plus d'infos

 

DES CLOWNS AUPRÈS DE NOS AÎNÉS

 
Publié le : 
01 janvier 2019