INSERTION :

PRIORITÉ À L'EMPLOI !

Citoyenneté

Le Département s’appuie sur les contrats aidés pour favoriser le recrutement des personnes éloignées de l’emploi. Un dispositif gagnant-gagnant qui avantage autant les employeurs que les allocataires du RSA.

Par Annick Berlioz
 
Photo : F.Pattou
  • Véronique a pu retrouver du travail grâce à un contrat aidé financé par le Département ;

 

Christian Roux est le directeur de l’Ermitage Jean Reboul, un centre de vacances pour adultes handicapés situé à Saint-Maurice-en-Trièves. En mai dernier, il embauché Véronique qui était allocataire du RSA depuis six ans.

"Dès l’entretien, nous avons pressenti que c’était la personne idéale pour occuper le poste de chef cuisinière dans notre association”, témoigne-t-il. 

Pour ce recrutement, Christian s’est appuyé sur le dispositif Parcours emploi compétences (PEC) cofinancé par le Département et l’État.

Ce dernier est ouvert aux employeurs du secteur non marchand qui embauchent des allocataires du RSA pendant au moins un an.

 
 

> LE DÉPARTEMENT PALLIE AU DÉSENGAGEMENT DE L'ÉTAT

 

Le Département, dans le cadre de son programme départemental pour l’insertion vers l’emploi (PDIE), expérimente actuellement ce dispositif auprès des entreprises du secteur marchand.

“L’objectif est de multiplier les chances d’insertion en impliquant davantage les chefs d’entreprise, premiers pourvoyeurs d’emplois. Pour ce type de contrat, nous sommes les seuls financeurs, l’État ayant retiré sa participation”, explique Anne Gérin, vice-présidente du Département chargée de l’insertion.

Une personne a pu être ainsi recrutée comme vendeuse dans une boutique du village de marques de Villefontaine.

Ces contrats sont très avantageux : tout d’abord pour les employeurs qui perçoivent un soutien financier, dont le montant peut aller de 50 à 60 % du Smic.

Le Département met aussi de nombreux outils à leur disposition : accompagnement des candidats, CVthèque, soutien à la formation… Cette offre de service permet d’optimiser l’attractivité des métiers en tension et de contribuer activement à la lutte contre l’exclusion.

Quant à la personne recrutée, elle retrouve sa dignité et une expérience qu’elle pourra valoriser dans sa démarche d’insertion. “Quarante-quatre pourcents des bénéficiaires sortent du chômage dans les six mois qui suivent la fin de leur contrat, voire 70 % dans le secteur marchand”, poursuit Anne Gérin.

Concrètement, durant l’année 2018, le Département s’est engagé à soutenir financièrement 195 contrats aidés pour un montant total de 1,1 million d’euros.

Dans un souci d’exemplarité, il s’impose des recrutements dans ses propres services, notamment dans les collèges où les besoins sont importants.

 

 

 ZOOM 

> UNE CVTHÈQUE POUR FACILIER LE RECRUTEMENT


Pour aider les employeurs, le Département a mis en ligne une plateforme numérique où ils peuvent consulter les profils des personnes éloignées de l’emploi.
 
Ils sont accompagnés par ses services et ses partenaires dans le cadre notamment de plans locaux pour l’insertion et l’emploi (PLIE).
 
Cet outil leur offre une vision des compétences disponibles, par territoire, et facilite ainsi la mise en relation entre des demandeurs d’emploi et un besoin de recrutement.

 

Publié le : 
11 novembre 2018