ASSOCIATIONS

ILS S'ENGAGENT

Associations

 LE CINÉMA FORAIN RÉINVENTÉ 

Par Véronique Granger 


« À bientôt, j’espère ! » C’est ce qu’on se dit au moment de se quitter après une belle rencontre. C’est aussi le titre d’un film de Chris Marker, documentariste-culte des années 1970… et le nom d’une association grenobloise dont la vocation est de faire partager son amour du cinéma documentaire.
 
“Il existe plein de films passionnants qui racontent le monde en images, mais qu’on ne voit jamais nulle part, déplore la présidente et cofondatrice de l’association, Anne-Dorothée Lebrun. Plus qu’une simple séance dans une salle des fêtes, nous proposons au public de vivre une expérience lors d’un moment convivial. Et quoi de mieux qu’un repas ?”.
 
Animée par douze bénévoles, À bientôt j’espère a commencé par organiser des projections chez les particuliers il y a cinq ans. Après 135 séances à domicile, pour toucher un plus large public, elle propose maintenant aux communes une formule de ciné-banquet, avec une programmation qui fait écho au lieu et à la situation. “On fournit le film, le matériel, les transats, les lampes à pied… et le repas !”, détaille Anne-Dorothée.
 
C’est ainsi que la salle des fêtes de Mizoën, village de l’Oisans connu pour son festival de musique, s’est métamorphosée l’hiver dernier en cinéma forain autour d’un film sur l’harmonie municipale de Pontarlier et d’une bonne croziflette, dans le cadre de la saison d’hiver de Paysage-Paysages.
 
Chaque trimestre, l’association organise aussi une grande tablée-ciné au Petit 38, rue Saint-Laurent, à Grenoble. À bientôt, on espère ! 
 
 
 

COMME DES POISSONS DANS L'EAU

Par Sandrine Anselmetti


Femmes enceintes, jeunes parents, bébés et même aquaphobes… Faire partager à tous des moments de bien-être dans l’eau, c’est l’objectif d’Aux plaisirs de l’eau, à Villette-de-Vienne. Créée en 1980 par un gynécologue, à l’origine, cette association proposait uniquement des cours de préparation à l’accouchement dans l’eau.

Aujourd’hui, des séances s’adressent aux enfants de 5 mois à 5 ans, accompagnés de leurs parents. “Notre activité-phare, les ‘bébés nageurs’, est basée sur le jeu et le plaisir d’être ensemble dans l’eau. L’objectif est de favoriser le lien entre parents et enfants”, explique Cyrielle Paillet, présidente de l’association.

En parallèle, Aux plaisirs de l’eau poursuit ses séances prénatales, permettant aux femmes enceintes de se relaxer dans une eau chauffée à 32 °C, avec des mouvements de gymnastique douce et de respiration adaptés. “C’est aussi un moment d’échange avec d’autres futures mamans. Les papas sont également les bienvenus. L’ambiance est très conviviale”, poursuit Cyrielle Paillet.

L’association compte 91 familles adhérentes, soit 113 enfants, et 25 bénévoles, dont sept animateurs formés par la Fédération des activités aquatiques d’éveil et de loisir. Aux séances familiales s’ajoute une activité rare : la « réconciliation avec l’eau ».

“Nous aidons les personnes à surmonter leur appréhension. En petit groupe, à leur rythme, elles apprennent à prendre confiance. Une de nos adhérentes, qui a vaincu sa peur, est même devenue animatrice pour les bébés nageurs… Pour nous, c’est une belle récompense !”

 

Contact : 06 95 17 71 68

 

CENT ANS DE GUERRE CONTRE LE CANCER

Par Annick Berlioz 


“Il y a cinquante ans, lorsqu’un médecin diagnostiquait un cancer, l’issue était fatale pour le patient dans près de 100 % des cas. Grâce à l’extension du dépistage et aux progrès de la médecine, le taux de guérison est passé à 60 %”, rappelle la professeur Claudine Agnius-Delord, présidente de la Ligue contre le cancer de l’Isère qui fête cette année ses 60 ans. 
 
Créée à Paris en 1918 et à Grenoble en 1958, l’association lutte contre le cancer et finance des programmes de recherche pour améliorer l’efficacité des traitements. “Chaque année, le comité de l’Isère soutient une quinzaine d’équipes et de laboratoires pour un montant de 400 000 euros, poursuit Claudine Agnius-Delord. Nous aidons aussi les établissements hospitaliers à se doter d’équipements innovants.”
 
Outre ce volet, qui représente 50 % de ses financements, l’association propose des consultations avec des psycho-oncologues pour accompagner les malades et leurs proches.
 
Dernier axe fort, la prévention. La Ligue est à l’origine du Côlon Tour, un intestin géant qui se déplace de ville en ville pour nous sensibiliser à l’intérêt du dépistage du cancer colorectal.
 
Par ailleurs, le comité de l’Isère organise régulièrement des campagnes et des conférences sur les risques liés au tabac, à l’alcool, au cannabis, à l’exposition solaire et à l’alimentation. Des actions financées par la générosité des adhérents et des donateurs – 9 000 en Isère – et portées par 300 bénévoles.
 
 
Contact : 8, rue du Général-Ferrié, à Grenoble ; 04 76 47 63 63
 

 

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

chiffres-cancer-sere-v2cb-fouquet.jpg

Publié le : 
03 mars 2018