ASSOCIATIONS

ILS S'ENGAGENT

Associations

 DU SPORT ADAPTÉ CONTRE L'OBÉSITÉ 

Par Sandrine Anselmetti 


Les personnes obèses sont souvent isolées et découragées face à leur problème de poids : manque de moyens, déficit d’accompagnement, absence de structures sportives adaptées…
 
Pour les aider, l’association Fort en sport a créé un programme spécifique et complet, avec de l’activité physique adaptée (APA), un suivi diététique et physique, et un soutien psychologique.
 
Un modèle associatif de prise en charge globale unique en France et reconnu d’intérêt général. Fondée en 2012 par Sébastien Le Page, chirurgien de l’obésité à Bourgoin-Jallieu, et Fabrice Ponsin, professeur associé en activité physique à l’université de Lyon, l’association intervient à Lyon, Bourgoin-Jallieu et lance une nouvelle antenne à Voiron, dès septembre.
 
Concrètement, Fort en sport propose un programme annuel encadré par des professionnels (intervenant en APA, diététicienne, psychologue du sport…), à un coût raisonnable (entre 25 et 59 euros par mois), dont quatre séances de sport par semaine en groupe de 15 personnes au maximum, dans une ambiance bienveillante.
 
“Les premières séances sont très douces et prennent en compte les problématiques liées à l’obésité, comme l’essoufflement rapide et les douleurs musculo-squelettiques (genoux, dos, etc.). Des activités en piscine, notamment, permettent de travailler en décharge et de gagner en endurance progressivement”, explique Fabrice Ponsin, le président de l’association.
 
Et les résultats sont là : perte de poids, augmentation des capacités cardio-ventilatoires, meilleures mobilité et souplesse, diminution de la prise de médicaments et, surtout, hausse de la qualité de vie (moral, sommeil, estime de soi…).
 
“La dynamique de groupe a des effets exceptionnels. Les personnes retrouvent une excellente forme physique et mentale… et les kilos deviennent secondaires.” 
 
 
Contact :  06 95 07 76 10

 

 

CLIQUEZ POUR AGRANDIR 

 

infographie-obesite-iseremag.jpg

 SURMONTER L'ABSENCE 

Par Sandrine Anselmetti 


“Nous sommes là pour aider les personnes en deuil à franchir cette épreuve et à réapprendre à vivre, pas après pas”, explique Danielle Sauge-Gadoud, fondatrice d’« À la vie, accompagner les vivants ».
 
Créée en 2007, cette association rayonne à 30 kilomètres autour de Vienne et compte une trentaine de membres, dont une dizaine de bénévoles ayant eux-mêmes vécu le décès d’un être cher.
 
“Nous proposons un espace où les personnes peuvent parler librement de leur proche disparu, de la mort, de leur souffrance… Ici, elles s’expriment sans crainte de réveiller la douleur de leur entourage ou d’être jugées. Elles viennent déposer leur peine, se ressourcer et repartent petit à petit dans la vie”, poursuit Danielle.
 
L’association propose ainsi une écoute pour échanger en toute simplicité, mais aussi des groupes de parole accompagnés d’un thérapeute, des conférences sur les soins pouvant aider le corps et l’esprit (psychologie, ostéopathie, fleurs de Bach, médecines alternatives, etc.), des soirées débats animées par des intervenants sur des thèmes variés (la culpabilité, la santé, « que dire aux enfants »…) ou encore des sorties conviviales.
 
Cet accompagnement bienveillant et solidaire est aussi un message d’espoir : “On leur montre que l’on peut ‘s’en sortir’, souligne Danielle. Le dépassement de la perte de l’être aimé fait surgir des relations d’une tout autre intensité, de soi à soi et de soi aux autres. La vie prend une dimension nouvelle.” 
 
 
Contacts : 06 72 29 01 33 ou accompagner_vivants@yahoo.fr
 

 

 UNE TÉLÉVISION SUR UN PLATEAU 

Par Véronique Granger


Et si le mont Aiguille était creux et venait à s’effondrer, dans deux ans ou dans mille ans ? Ce reportage du 1er avril dernier sur Vercors TV a encore fait exploser l’audimat de cette « chaîne » associative !
 
Si beaucoup y ont cru (poisson d’avril !), c’est que cette webtélévision (diffusée exclusivement sur Internet) est plutôt réputée pour son sérieux. Il faut dire que ses créateurs, Geneviève Rouillon et Guy Meauxsoone, sont des professionnels chevronnés de l’audiovisuel et du documentaire.
 
Arrivés à la retraite en 2010, après trente-cinq ans de reportages autour du monde, ces « Vertacos » d’adoption, à Méaudre depuis 1985, ont continué à faire leur métier… bénévolement, en resserrant la focale sur ce territoire montagnard de 53 000 habitants.
 
Épaulés par deux correspondants sur le Vercors sud et le Diois, ils ont déjà produit 540 vidéos, à raison de quatre ou cinq nouveaux reportages par mois, sur l’actualité du pays et ses habitants. Ils s’attachent aussi à faire revivre l’histoire locale.
 
Depuis 2014, Vercors TV a entrepris de numériser et de remonter les films du père Gavet, curé d’Autrans (1887-1977), qui témoigna de toute la vie villageoise d’avant-guerre avec sa caméra.
 
Un patrimoine considérable ! Six films sont déjà visibles sur le site gratuitement. Vercors TV revendique 50 000 visiteurs par mois, dont 15 % d’étrangers et 50 % de Français vivant hors région Auvergne/Rhône-Alpes.
 
“Mais on a seulement 360 adhérents : pour 22 euros par an, c’est la meilleure façon de nous soutenir !”, appelle Guy Meauxsoone.
 
 
 
Publié le : 
06 juin 2018