ÇA SWINGUE

À VIENNE

Territoires

Le Rhône majestueux, des monuments historiques, l’immense marché du samedi, un festival de jazz emblématique, un patrimoine gastronomique, Vienne ne manque pas de panache.

Par Corine Lacrampe

 

Depuis le sommet de la montagne de Pipet, on mesure toute la splendeur de la ville. Entre monts et fleuve, autour de la cathédrale Saint-Maurice s’alignent les bâtisses historiques dominées par le théâtre antique et l’odéon sous la verdure.

À droite, la pente abrupte du mont Salomon planté d’un vignoble que dominent les ruines du château de la Bâtie. En face, Sainte-Colombe et Saint-Romain-en-Gal avec son site archéologique qui évoque l’importance du Viennois à l’époque gallo-romaine.

Ville d’art et d’histoire, au sein d’un territoire labellisé Vignobles & Découvertes, Vienne entend valoriser ses atouts et sa physionomie unique.

 

> UNE HISTOIRE ÉDIFIÉE PIERRE À PIERRE

 

Site occupé dès le Néolithique, Vienne a hérité d’un patrimoine remarquable avec des vestiges d’époques gauloise, romaine, médiévale, de la Renaissance… Du théâtre antique jusqu’à l’élégant bâtiment moderne du pavillon du tourisme, les pierres de Vienne s’imbriquent et racontent une longue et prestigieuse histoire.

Traversant la ville, on découvre tout un patrimoine, une colonne antique à l’angle d’une maison, une portion de voie romaine près du jardin archéologique de Cybèle, un temple romain flanqué de commerces, une maison à colombages et encorbellements, une autre avec des fenêtres à meneaux, les anciennes usines textiles le long de la Gère.

Autant de traces d’une succession d’identités, ville gallo-romaine, ville de passage et d’escale, de commerce et de gastronomie, ville ouvrière, ville culturelle, ville touristique, ville fluviale…

 

> TOUT UN ART DE VIVRE

 

À un point stratégique, aux confins de cinq départements, en lien avec Lyon, Valence et Grenoble, Vienne voit le passage de multiples voies de communication, du Rhône à l’autoroute.

Pour le maire, Thierry Kovacs : “C’est une qualité et un art de vivre que l’on vient chercher à Vienne, un environnement, un dynamisme commerçant, mais aussi culturel. La moitié des nouveaux habitants viennent de Lyon, attirés par le cadre de vie et les prestations offertes. Nous espérons passer la barre des 30 000 habitants en 2018.”

 

 

VIENNE ET LE DÉPARTEMENT

patrick-curtaud-iseremagcf.pattou.jpg
 

 

 >  DEUX CANTONS POUR VIENNE

 

Cette ville de près de 30 000 habitants appartient à la jeune agglomération de Vienne-Condrieu regroupant 30 communes et près de 90 000 habitants.

Vienne est située sur deux cantons Vienne-1 et Vienne-2 dont les conseillers départementaux sont : Erwann Binet, Carméla Lo Curto-Cino, conseillère municipale de Chasse-sur-Rhône, Patrick Curtaud, adjoint au maire de Vienne et Élisabeth Célard, conseillère municipale de Reventin-Vaugris.

 

REPÈRES

 

  • Vienne c’est  42 monuments classés ou inscrits au titre des Monuments historiques.
  • 11 000 places à l’époque pour le théâtre, l’un des plus vastes du monde gallo-romain. 
  • 400 associations ont leur siège social à Vienne.
  • Jazz à Vienne, c’est 200 000 festivaliers, 1 000 artistes, 250 concerts, dont 200 gratuits. 
  • Un mur de 900 bouteilles et 12 mètres de haut rend hommage aux vins de la région, au pavillon du tourisme.
  • 50 000 passagers de paquebots fluviaux font escale à Vienne chaque année. 
  • 1720 : installation des deux premières usines textiles le long de la Gère, début de deux siècles d’une industrie florissante. 
 

 

 DYNAMIQUE 

 

JAZZ À VIENNE, 38 ANS DANS L'ARÈNE

 

Fondé en 1981, sous l’impulsion de Jean-Paul Boutellier, ingénieur chimiste et grand amateur de swing, Jazz à Vienne se déroule durant les quinze premiers jours de juillet et déborde du théâtre antique pour investir de nombreux lieux de la ville, du jardin de Cybèle au temple romain.
 
C’est aujourd’hui une institution et une manifestation de réputation internationale organisée autour d’une riche programmation de concerts, mais aussi de stages, d’expositions et de rencontres, somme toute, une célébration du jazz démocratique, éclectique et opulente.
 
En 2018, pour sa 38e édition, Jazz à Vienne propose comme habituellement des têtes d’affiche internationales et de nouveaux talents. Au rendez-vous, des légendes comme Ron Carter et Rhoda Scott, Youssou N’Dour ou Gilberto Gil mêlent les genres.
 
À la marge, le funk, la pop, le hip-hop, le rock, le trip-hop, la soul, le blues, les rythmes africains ou l’électro s’invitent à la fête avec toutes les voix, au masculin ou au féminin, tous les instruments. Et sonnent trompettes, contrebasses, ouds et balafons !
 
Alors c’est un foisonnement du live sous les étoiles, métissé et engagé.
 
 
 
 

 

 PORTRAIT 

 

DES VIGNES À VIENNE, VITIS VIENNA

 

Dotée d'un port important, la ville antique faisait déjà commerce du vin local dont les amphores se vendaient jusqu'à Rome.

Les vignobles ont survécu à l'Empire romain, puis au Moyen-Âge durant lequel les congrégations religieuses prirent le relais.

Aujourd'hui, rive droite du Rhône, les coteaux sont toujours plantés de vignes produisant des vins très réputés. Rive droite aussi les viticulteurs s'affairent. Ils ont relancé  à partir de 1994 le vignoble qui avait été décimé par le phylloxéra, un siècle plus tôt.

Regroupés au sein de l’association Vitis Vienna, les producteurs de Vienne-Seyssuel sont engagés dans une démarche d’AOC pour leurs Vins des Collines Rhodaniennes, en Syrah pour les vins rouges, en Viognier pour vins blancs.

Parmi eux, Christophe Billon a planté le vignoble en terrasses sous les ruines du château de la Bâtie qui surplombe Vienne.

Ce producteur de Côte-Rôtie et de Condrieu qui exploite un vignoble de 5,5 hectares à Ampuis a décidé de traverser le fleuve en 2006 pour planter une parcelle de Syrah à Vienne. Depuis sa cuvée La Bâtie, encore confidentielle, est appréciée pour sa finesse et son élégance. 

 

Domaine Maryline & Christophe Billon

 
 

 

 PORTRAIT 

 

DROGUERIE PAILLARET : DEPUIS 1802

 

C'est la plus ancienne boutique de Vienne. Une institution et une ambiance vintage qui ne manque pas de charme.

Voici une droguerie au sens originel du terme, une Maison de couleurs selon l'ancienne appellation, où l'on prépare de la peinture à vos couleurs et où l'on trouve des brosses et des balais, des savons de Marseille et de vrais santons de Provence, des bougies et des boites en fer.

Mais aussi savon noir, soude, vinaigre blanc, fiel de bœuf, cire et encaustique et autres produits pour récurer et faire briller la maison, laver ou teindre le linge sans oublier des épices au détail et des fruits secs.

En prime, les conseils de spécialistes. A la barre, Joris Paillaret, arrière-petit-fils de Gustave, fondateur de l'enseigne en 1802. 

 

Droguerie Paillaret

 

 PORTRAIT 

 

LES CANOTIERS DU RHÔNE

 

Véronique et Bernard, entrepreneurs reconvertis dans la navigation de plaisance, ont créé leur compagnie des Canotiers du Rhône en 2016.

Depuis, ils sont à la barre de leur belle sapine à fond plat, construite en mélèze des Alpes sur le modèle des barques gallo-romaines. Les deux capitaines naviguent de Lyon à Tournon en passant par Vienne, avec une douzaine de passagers à bord, au maximum.

L'idée est de partager leur passion de la navigation et du Rhône lors de sorties à la demande qui marient les plaisirs : le bateau et le vélo sur la Via Rhôna (un aller en vélo, un retour en sapine ou le contraire), mais aussi la découverte des vignobles et du patrimoine.

Les Canotiers du Rhône font escale face à Vienne, à Sainte-Colombe. Traversez la passerelle avec un vélo électrique loué à l'office de tourisme, on vous racontera le fleuve et l'époque des mariniers, vous passerez l'écluse de Vaugris, en profitant d'un autre rythme et de paysages inédits.

Alternative à la promenade sportive, vous pouvez opter pour la promenade tranquille avec escale pique-nique ou la promenade festive en soirée avec lumières sur la ville et dégustation de vin à bord.

Dans tous les cas le capitaine vous passionnera !

 

Compagnie des Canotiers

VIENNE EN IMAGES 

Ancienne capitale des Allobroges, cité gallo-romaine prospère, Vienne est riche de plus de 2500 ans d’histoire. Intérieur du musée Saint-Pierre.
Les vestiges gallo-romains font partie du quotidien des Viennois.
Les jardins de Cybèle.
Le théâtre antique.
Le temple d’Auguste et Livie.
La voie romaine  de Vienne et sa borne milliaire situées dans le jardin de Ville.
Estampe du XVIIIe siècle représentant la voie romaine.
La cathédrale Saint-Maurice.
Détail du portail de la cathédrale Saint-Maurice.
La Gère où se sont installées dès le début du XVIIIe siècle les premières usines textiles.
Le marché de Vienne du samedi est le deuxième marché le plus important de France après celui de Nice.
Les rues commerçantes de Vienne sont très animées.

 

RACINES

 

UN MARCHÉ GÉANT ET 500 PETITS COMMERCES

Avec 400 stands sur 2,6 km de long, le marché du samedi est le deuxième marché le plus important de France après celui de Nice.
 
C’est une abondance de fruits et légumes par lots, volailles, fleurs, vêtements, chaussures, foulards, tissus, casseroles… Même dynamisme pour le petit commerce sédentaire avec près de 500 boutiques en centre-ville et, en 2017, plus d’ouvertures que de fermetures.
 
Vienne abrite des magasins deux fois centenaires, dont la droguerie Paillaret ou la bijouterie Fournier, et une pépite, La Pyramide de Fernand Point (1897-1955), avec aux fourneaux depuis 1993 le chef Patrick Henriroux, deux étoiles au guide Michelin.
 
De nouvelles boutiques, comme Les Carnets de Sophia, adresse de shopping au féminin, mariant belles pierres, griffes de bon goût et chaleur humaine, apportent leur contribution.
 

 

FIGURES DE VIENNE : CLIQUEZ SUR LES PHOTOS

Mona et Nada, deux sœurs originaires de Lyon, à Vienne depuis un an, se produisent avec leur groupe Monada, mixant musique du Moyen-Orient et chanson française. Leur premier CD vient de sortir : D’une rive à l’autre.
Loïc Avenel, boucher-charcutier de la très réputée maison Avenel, fondée en 1982 par son père Luc, tripier, développe des spécialités lyonnaises, ardéchoises, iséroises. En vitrine, gras double, pied de porc, volailles…
Éric Marsella a ouvert le Monte Cassino voilà trente-quatre ans et préside l’Amicale des hôteliers-cafetiers-restaurateurs : 60 établissements viennois, réseau convivial et caritatif (soirée boules, soupe du Lions Club).

LA RECETTE

 ROGER JOLIVET ET SON BEC FIN 

 

CŒUR D'ARTICHAUT AUX QUEUES D'ÉCREVISSES

À LA PARISIENNE SUR LIT DE MACÉDOINE

 

Temps de préparation 30 mn, de cuisson 20 mn

 

A Vienne, en son Bec fin, voilà plus de quarante ans que Roger Jolivet, maître-restaurateur, concocte une cuisine généreuse et bourgeoise dans la tradition de la gastronomie lyonnaise. 

 

Ingrédients :

  • Compter un artichaut et quatre ou cinq queues d'écrevisse par personne. 
  • Des petits légumes frais pour la macédoine : petits pois, haricots, carottes, pommes de terre Amandine, navets, en quantité égale. 
  • Pour la mayonnaise : un œuf frais, moutarde forte de Dijon, huile de tournesol. 
  • Crudités pour l'accompagnement.
 

Préparation :

  • Cuire les artichauts dans l'eau bouillante pendant une vingtaine de minutes. Pendant ce temps-là, éplucher les légumes, les couper en petits dés ou tronçons, écosser les petits pois, les garder entiers. 
  • Cuire carottes, navets et pommes de terre à la vapeur durant 6 à 7 mIn, égoutter. 
  • Ébouillanter les haricots durant 8 à 9 mIn et les petits seulement 3 mIn, refroidir immédiatement dans l'eau glacée. 
  • Mélanger les légumes. 
  • Ébouillanter les queues d'écrevisse crues au court-bouillon durant 3 min.
  • Faire la mayonnaise en mélangeant un jaune d'œuf, une cuillère à soupe de moutarde, monter à l'huile, saler, poivrer, ajouter aux queues d'écrevisse et à la macédoine de légumes.
  • Égoutter les artichauts, les effeuiller, les vider de leur foin.
  • Sur chaque assiette former un rond de macédoine de 1 cm de haut, poser le cœur d'artichaut dessus, le remplir de queues d'écrevisse. Entourer de crudités. 
  • Un saint joseph blanc convient bien à cette petite entrée pleine de fraîcheur.
 

Le Bec Fin

 
Publié le : 
06 juin 2018