Ça s'explique

Ça s'explique

2018 : UN BUDGET D'AVENIR

Le 15 décembre dernier, le budget primitif du Département de l’Isère, d’un montant de 1,5 milliard d’euros, était voté par l’assemblée départementale avec une idée-force : faire de l’Isère un département plus attractif, plus humain, plus vivant. Explications avec Jean-Pierre Barbier, président du Département de l’Isère.

Par Richard Juillet
  • Jean-Pierre Barbier
Jean-Pierre Barbier, président du Département de l'Isère
 
 
Isère Mag : Quelle est la philosophie de ce budget primitif 2018 ?
 
Jean-Pierre Barbier : Nous avons intitulé ce budget : « Un budget 2018 d’avenir. » Pourquoi ? Parce qu’il présente toutes les caractéristiques de ce que notre majorité veut entreprendre : bâtir les bases de l’Isère de demain, sans oublier personne. Veiller ainsi, comme nous le faisons depuis toujours, au « bien vivre » des personnes les plus fragilisées, personnes âgées, personnes handicapées, enfants en danger… Préserver le pouvoir d’achat des Isérois en faisant le choix, pour la troisième année consécutive, de ne pas augmenter les impôts. Je rappelle que dans le périmètre départemental, les transports scolaires sont gratuits. 
 
Permettre aussi aux entreprises d’étoffer leur carnet de commandes en étant un acteur économique résolument bâtisseur. Pour soutenir l’activité et l’emploi, nous injecterons cette année 338 millions d’euros en investissements pour ouvrir de nouveaux chantiers partout en Isère. L’avenir se joue aussi en termes d’attractivité, et quoi de plus attractif qu’un département où tous les territoires bénéficient du haut et du très haut débit. Les moyens que nous mettons dans ce programme Isère THD sont colossaux et essentiels pour les foyers comme pour les entreprises. 
 
Ce budget est un budget d’avenir, car il est aussi tourné vers nos enfants. Notre majorité s’est ainsi donné pour objectif de construire et de rénover 42 collèges d’ici à 2020, de raccorder tous les établissements au réseau très haut débit et d’équiper 20 % des collégiens en tablettes numériques. Nous consacrons 221 millions d’euros à cet ambitieux programme qui verra commencer cette année les travaux de réhabilitation des collèges La Moulinière à Domène, Joseph-Chassigneux à Vinay, Marcel-Cuynat à Monestier-de-Clermont, Jacques-Brel à Beaurepaire avec la rénovation de la demi-pension. Sans compter les dix autres collèges qui vont être partiellement rénovés d’ici à deux ans. 
 
 
Isère Mag : Quels souvenirs gardez-vous de cette année 2017 ?
 
Jean-Pierre Barbier : Beaucoup de satisfaction lorsque nous avons pu relancer des dossiers qui étaient au point mort, comme l’autoroute A480, le transfert des archives départementales à Saint-Martin-d’Hères ou encore le Petit Train de La Mure, de nouveau sur les rails. Mais aussi de la colère, lorsque je me suis rendu, le 11 juin, à Grenoble pour rencontrer la communauté éducative du collège Lucie-Aubrac, incendié volontairement. 
 
À ce sujet, je suis très fier de l’implication des agents du Département, qui se sont mobilisés sans compter pour que l’établissement rouvre ses portes dès la rentrée, comme de ceux, à la Direction des mobilités du Département qui, pendant trente-deux mois, ont œuvré à la réouverture dans les délais du tunnel du Chambon.
 
Dans ces deux cas, le Département a parfaitement joué son rôle de garant des solidarités familiales et territoriales. 
 
 

BUDGET 2018 : CLIQUEZ POUR AGRANDIR

infographie-budget-2018.jpg

Publié le : 
01 janvier 2018